Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

NUTS

billou95 par billou95,  email  @billou_95
Développeur / Editeur : Joon Pol Muutsch Char & Torfi
Supports : PC / Switch / Apple Arcade
Cher journal, je suis enfin arrivé. Ah si on m'avait dit que pour me lancer dans le test de NUTS, j'allais devoir me mettre dans la peau d'un zoologue et traquer des écureuils fauves au milieu des bois par -5°, je ne l'aurais pas cru. Et pourtant me voilà en lisière de l'immense parc naturel de Melmoth, prêt à partir sur les traces des ténors du journalisme total comme Peter et Steven ! Au programme aujourd'hui : mon guide Simon ne devrait plus tarder à arriver pour nous conduire, moi et la caravane aménagée mise à ma disposition par Viago Insitute jusqu'au coeur de la forêt. Là-bas, je serai livré à moi-même, face à la nature. Enfin presque. Un téléphone satellite et un fax me permettront de rester en contact avec l'équipe et leur envoyer mes différents relevés... Je ne sais pas encore ce qui m'attend, mais j'ai déjà hâte de m'y mettre.

Jour 1

Enfin seul. Simon m'a laissé quelques jours de provisions et de quoi effectuer mes premiers relevés : un matériel de capture vidéo Syncmaster couplé à une imprimante EZ que je me suis empressé d'installer dans la caravane, un GPS portable, un Instacam et un appareil photo numérique SW250, équipé en standard d'une balise, d'un système de diffusion sans fil Syncwave et d'un détecteur de mouvements infrarouge. La grande classe ! Oh et j'ai mis en route le groupe électrogène qui me permettra d'alimenter mon matériel et tenir pendant les froides nuits à venir. Je suis fin prêt et je n'ai plus qu'à suivre les instructions laissées par mes prédécesseurs. Première étape, déposer le réflex aux coordonnées GPS reçues sur mon récepteur ce matin.

Elles sont censées représenter l'endroit ou un "petit roux" a été vu pour la dernière fois. Secondo, orienter correctement l'appareil sur son trépied en s'aidant de son écran LCD pour ajuster la mire et espérer capturer les allées et venues du rongeur à la nuit tombée. Je profite surtout de cette première journée en immersion pour ressentir la forêt, ses arbres, écouter les bruits du vent dans les feuilles, les hululements des oiseaux et admirer des couleurs pour le moins uniques.

Nuit 1

J'ai froid et je n'arrive pas à dormir. Je n'ai donc aucun mal à repérer la lumière d'alerte de l'enregistreur qui m'informe qu'il a capturé quelque chose. Je m'installe devant la console et commence à me familiariser avec l'étrange objet. Le moniteur à sa droite me permet de suivre la minute d'enregistrement effectuée sur l'appareil photo. Des boutons de commande contrôlent le déroulement de la bande magnétique à la manière d'un magnétoscope. Je peux même activer un mode lent et faire un zoom sur l'image. Alors voyons voir s'il y a un rongeur sur cet enregistrement.

Après quelques secondes, je vois en effet sa petite bouille timide descendre d'un arbre en colimaçon puis s'enfuir sur la droite de l'image... Je rembobine un peu, mets l'enregistreur en pause et me retourne vers l'imprimante pour sortir un cliché. Bon ben ça sera tout pour cette nuit et c'était pas si mal pour une première ! Il va falloir que je réflechisse avant de repositionner mon appareil demain matin.

Jour 2

Il est 7h et le téléphone sonne. C'est Nina au bout du fil et elle à l'air énervée. Oh je ne vous ai pas parlé de Nina ? Le professeur Nina Scholz est la responsable de toute cette "opération" chez Viago. Elle m'a contacté lorsque j'ai commencé à m'intéresser au jeu développé par Joon, Pol, Muuutsch, Char & Torfi. Elle m'avait vendu du rêve en me parlant avec amour de ces bestioles, leur mode de vie et de sa thèse sur les sciuridés de tous poils.



Mais c'est surtout son combat mené il y a quelques années pour éviter que leur habitat ne soit complètement détruit qui m'a intrigué. Un promoteur avait pour projet de construire un barage en amont et de raser une partie de la forêt pour y construire des habitations bon marché. Nina avait alors convaincu les autorités de les pousser à faire machine arrière. Enfin bref devinez quoi, l'industriel revient à la charge et voit d'un mauvais oeil notre mission qui pourrait bien une nouvelle fois faire capoter ses plans. Il n'y a donc pas une minute à perdre. Il faut rassembler des preuves qu'il y a de la vie dans la forêt, et vite. Justement je fais parvenir à Nina mon cliché pris la nuit dernière à l'aide du télécopieur. Elle me rappelle dans la foulée pour me remercier et m'expliquer la suite. Si je veux savoir où va notre petit intrus de la nuit dernière, il va falloir repositionner le réflex plus loin dans la forêt en visant l'endroit par lequel il est parti. Parce que ces bêbêtes là sont assez tétues, elles refont leur même ronde chaque nuit ! Je m'exécute et en profite pour mitrailler la rivière, les arbres et les crevasses aux alentours avec l'Instacam.

Nuit 2

Je commence à m'habituer au froid. Réveillé à 1h par le matos vidéo qui me signale une nouvelle minute d'enregistrement. Cette fois-ci je vois bien la petite queue panachée passer devant mon objectif et partir au loin dérrière un rocher. Je sais donc ce qui me reste à faire demain...

Jour 6

La surprise du jour c'est le nouvel appareil photo et le second moniteur de contrôle que Simon a déposés devant la caravane avant mon réveil. Cool, je vais pouvoir aller deux fois plus vite dans mes "enquêtes nocturnes". Je positionne donc le second appareil un peu plus loin en aval du ruisseau découvert hier pile dans l'axe de l'autre caméra. Je m'occupe ensuite de ce premier appareil que je dispose après la grosse bute, orienté vers le fameux renfoncement dans la roche vers lequel l'écureuil semblait se diriger la nuit dernière. Si tout va bien, je devrais voir l'écureuil arriver vers moi sur la caméra 2 et bifurquer vers la gauche sur la caméra 1.

En rentrant à la caravane, je reçois un coup de fil de Nina qui est plus inquiète que l'autre soir. Le géant du bâtiment met la pression au comté de Melmoth pour qu'il lui réattribue les droits d'exploitation.

Nuit 6

Moteur, action, ça tourne ! Effectivement je vois maintenant le rouquin gambader tout droit jusqu'à la caméra 2 puis passer hors champ, ré-apparaitre sur la 1 jusqu'à aller s'installer dans le renfoncement pour manger une noisette. Hop, je prends un beau cliché du loulou en plein repas et j'envoie ça à Nina avec un extrait de mes derniers relevés en espérant que ça l'aidera dans ses démarches.

Jour 7

J'ai reçu les félicitations matinales de Nina : ma mission ici est un franc succès. Mon dernier cliché et les relevés effectués vont faire grossir le dossier en faveur de la sauvegarde de la forêt. Il n'y a maintenant plus qu'à attendre Simon qui va remorquer ma caravane plus loin dans la forêt pour démarrer une nouvelle série de relevés.

Jour 11

J'ai bien remarqué les 2 autres écureuils qui partaient vers le sud et l'est sur la vidéo. Mais il va me falloir du matos supplémentaire si je veux couvrir plus d'espace et les traquer pour savoir où ils ont bien pu aller en un minimum de temps. Ca tombe bien, Simon m'a amené un troisième et dernier kit de chasseur d'image. En me baladant dans les environs pour repositionner les appareils, j'ai aussi pu constater les ravages de toutes les années d'exploitation et les épaves d'excavateurs forestiers abandonnés sur place.

Nuit 19

La quatrième série de relevés avance bien. J'ai repéré un "plumeau" solitaire sur la bande vidéo. Comme lui, je ne me sens pas très à l'aise dans cette zone marécageuse de la forêt. On sent beaucoup trop l'impact de l'humain sur la zone. Les barils rouillés, les buses en béton laissées à l'abandon et les anciens bunkers réservés au personnel qui travaillait sur le barage.

Nuit 26

Il est 22h47 et je ne sais plus quoi faire. Le matériel est complètement HS et en plus la tempête commence à secouer pas mal à l'extérieur. Nina me conseille d'aller moi-même poser une noisette sur un gros caillou et d'attendre planqué avec mon Instacam et un k-way en attendant que rouquinou se pointe. Avec un peu de chance et en répétant l'action plusieurs fois, je pourrai savoir où ce petit là va manger son déjeuner et le prendre sur le fait tel un paparazzi. Il va falloir que je fasse attention à ne pas me casser une jambe, les surfaces sont glissantes et le vent n'aide pas. La nuit va être longue.

Jour 27

Ce qui devait arriver arriva. En courant après le petit sans faire trop attention, j'ai dévalé une pente et je suis maintenant dans l'impossibilité de revenir sur mes pas. Je ne sais pas trop où j'ai atteri mais j'ai découvert un peu plus loin l'ancien poste d'observation de Nina. Je vais voir si je peux trouver de quoi remettre en marche le groupe électrogène pour contacter l'équipe...

NUTS s'avère être un très bon petit jeu d'aventure qui a pour lui une mécanique originale de puzzles/surveillance d'écureuils finalement très agréable à prendre en main sur la durée. Comme vous l'avez surement compris, on oscille entre le placement des appareils photo en journée et le décorticage des images la nuit venue. Le jeu est assez court (comptez 3 heures pour en venir à bout), mais il fait l'effort de ne jamais se répéter. Si on ajoute à ça un scénario empli de mystère et qui sait faire monter la mayonnaise comme un certain Firewatch, un doublage de qualité, un sound design forestier réussi et des visuels tout en aplats/dégradés de couleurs qui traduisent bien les ambiances saisonnières des parcs naturels américains, vous obtenez une vraie petite pépite à essayer de toute urgence !

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews