Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
ARTICLE

The Walking Dead : One Mort Song

Nicaulas par Nicaulas,  email  @nicaulasfactor
Il y a quelques jours, nous avons dit au revoir à Clementine et à Telltale, non sans émotion. Enfin, moi j'étais ému en tous cas, même si je me doute bien que plus grand monde n'en a grand-chose à foutre depuis longtemps, échaudé par des années de recyclage poussif. Mais il reste un dernier combat à mener, une dernière pelletée de terre à jeter sur le cercueil, un dernier hommage à rendre. Car si tant de moments de The Walking Dead ont marqué les joueurs.euses, la musique n'y est probablement pas pour rien. 
Alors oui, on aurait pu carrément faire un récapitulatif de la carrière de Jared Emerson-Johnson, tant le bonhomme est associé à Telltale. Même s'il a commencé par bosser sur le Bard's Tale de Brian Fargo, il a ensuite composé les bandes originales de la quasi-totalité des jeux Telltale depuis Bone, à l'exception notable de Minecraft Story Mode. Mais l'une des grandes caractéristiques de son travail, c'est qu'il n'a d'intérêt (le plus souvent) qu'en jeu. Puisqu'elles ont toujours voulu faire du jeu d'aventure et ont toujours dû composer avec les contraintes du Telltale Tool, les équipes de Telltale ont presque toujours écrit leurs jeux avant de les développer. Pour les Walking Dead, typiquement, les codeurs et animateurs passaient en dernier après les scénaristes, les dialogues, les acteurs de doublage... et les musiques. Jared Emerson-Johnson s'est distingué par sa capacité à créer des musiques collant à des situations déjà écrites, et c'est assez logiquement qu'il est resté le compositeur attitré du studio jusqu'à la fin. 

Le point positif, c'est que ses compositions participent à l'efficacité narrative des jeux en soulignant les enjeux émotionnels et en rythmant les montées de tension, le plus souvent à la perfection. Le point négatif, c'est que quand on les écoute en dehors de leurs contextes, elles n'ont que très peu d'impact. Se plonger dans la carrière d'Emerson-Johnson, c'est se plonger dans des dizaines et des dizaines de pistes qui au mieux nous évoqueront des souvenirs, au pire nous sembleront interchangeables, pour ne pas dire fades si on n'a pas joué aux jeux concernés. D'ailleurs, si on se concentre uniquement sur The Walking Dead, Telltale n'a pas hésité à réutiliser des pistes d'une saison sur l'autre : quand une musique colle à une scène, pourquoi ne pas la réutiliser dans une scène similaire ? Tendez néanmoins l'oreille, on vous a écrémé tout ça et vous pourriez trouver quelques perles dans notre sélection.

The Walking Dead

Si on ne devait garder que deux morceaux de la saison 1, on se dirigerait probablement vers Twist of Fate et Clementine Suite. Le premier se joue dans la scène d'intro du jeu et contient déjà tous les éléments qui façonneront l'univers musical de la saga : une alternance de longues nappes nostalgiques et de rythmiques très appuyées, principalement jouées aux cordes. Le second est un medley de morceaux liés à Clementine incarnant parfaitement ce qu'on est censé ressentir pour elle : un besoin irrépressible de tout faire pour protéger une gamine perdue et apeurée, à la fois symbole de tout ce que le monde a perdu et espoir pour l'avenir. The Bandit's Raid est un motif qui sera réutilisé dans presque toutes les saisons, et on trouve d'autres morceaux de bravoure, comme Family Ties, Training Clementine ou Save Yourself.
 

400 Days

DLC ultra-court (il est même aujourd'hui intégré d'office à la saison 1), 400 Days est une succession de saynètes de quelques minutes. Forcément, l'OST n'est pas bien épaisse et on trouve beaucoup de morceaux très courts. Mais paradoxalement, c'est l'une des BO les plus atypiques de la série. On en retiendra le motif mélodique qui unit 41 Days et Just To Be Safe, les percussions de The Light ou le très court Fled dont les violoncelles semblent préfigurer Assassin's Creed Syndicate.
 

Saison 2

Quoi de mieux qu'un écran de menu pour nous plonger dans l'ambiance ? La saison 2 démarrait sur les chapeaux de roues émotionnels, et rien de tel que le très fonctionnel Episode Select 1 Version 2 pour s'en rappeler. La saison reprendra à son compte les grands préceptes de sa grande sœur, mais s'autorisera de jolies étrangetés, comme le très hitchcockien Held Up. Les arrangements s'enrichissent également, comme dans Run qui ajoute une vraie mélodie reconnaissable à une trame très rythmique dont le but premier était juste d'accompagner une poursuite. A l'époque de cette saison 2, Jared Emerson-Johnson bossait également sur The Wolf Among Us, et on retrouve ces sonorités plus électro, comme dans Aimless ou Meeting Luke And Pete. Grand méchant des trois premiers épisodes, Carver a droit à son propre thème musical, sorte de mélange foutraque représentant assez bien la psyché violente du lascar. Violence qui s'exprimera au travers de Beatdown, qui accompagne la fameuse scène "de la radio". Toute la saison 2 était construite autour d'une scène finale, sur laquelle il y aurait beaucoup à redire, mais pour laquelle Two Sides est impeccable.
 

Michonne

Ce court spin-off a beau reprendre la recette de la série principale, il cultive sa différence notamment grâce à son ambiance sonore. Que ce soit pour illustrer les tourments de Michonne (Phantoms), une plongée dans l'horreur (Mobjack), l'ambiance poisseuse du bayou (Monroe) ou bien la détresse des personnages (The Day My Wife Died), on y entend des choses qui ne seront guère repris dans les saisons suivantes, et c'est bien dommage.
 

A New Frontier

Fruit de beaucoup d'efforts visibles dans la technique et les systèmes de jeu, la troisième saison n'en restait pas moins décevante sur à peu près tout le reste. Le recyclage musical semble y tourner à plein régime, et on peine à distinguer des morceaux dans la masse de compositions studieuses mais peu marquantes. Allez, citons tout de même Opening Credits qui semble sortir de The Wolf Among Us, la montée en puissance maîtrisée de David, l'angoissant Deal Or No Deal et enfin I Love You Brother.
 

The Final Season

Bon, on ne va pas se mentir, ce paragraphe est sujet à caution. Déjà parce que l'OST du jeu n'a pas été officiellement publiée et que j'ai eu un mal fou à trouver quelque chose qui ressemble à une tracklist vaguement complète et précise. Je n'ai aucune certitude sur les titres des morceaux, ni même sur leur origine (tirés des fichiers du jeu ou ripés depuis une capture de gameplay). Quoiqu'il en soit, cette saison 4 n'hésite pas à réutiliser de vieilles recettes voire compositions, mais propose aussi quelques jolies choses. Jared Emerson-Johnson ne s'attendait probablement pas à ce que ce soit son tout dernier travail chez Telltale, et très franchement on doute que ça aurait changé quoique ce soit à ses méthodes. On retiendra par exemple Boarding School, qui remplit son office en nous donnant l'impression d'être à la maison (un des moteurs narratifs de la saison). Le Lilly Theme Version 2 est également efficace pour illustrer le mélange de joie (de retrouver un personnage de la saison 1) et de colère (c'est une sale conne). Raider Attack reprend encore une fois le thème de l'attaque de bandits présent depuis la saison 1, mais y ajoute une voix vocodée du fond des enfers qui lui donne un petit cachet. Le très éthéré Bell Tower copie certes un des thèmes d'Assassin's Creed Origins, mais vient souligner un assez joli moment. Old Friend est aussi tire-larmes que la séquence dont il est tiré, mais c'est le genre de scène dans laquelle on plonge sans retenue. La scène la plus étrange de la saga se devait d'avoir le morceau le plus étrange de la saga, on laissera donc Walker Barn vous plonger dans un abîme de perplexité. 
 
ATTENTION : La seule personne ayant uploadé l'OST en qualité correcte a cru malin d'illustrer les vidéos avec des captures d'écran qui TURBOSPOILENT LEUR RACE 

Le son pop-folk

Avant de se quitter, faisons un petit tour du côté des chansons. Si Jared Emerson-Johnson s'est chargé de l'instrumental in-game, Telltale est allé piocher dans le répertoire folk et blues pour beaucoup de ses génériques. Ça a commencé dès la saison 1 avec Take Us Back en générique de fin du dernier épisode, un enchaînement scène déchirante/chanson douce-amère tellement frappant que le dernier épisode de la saison 4 a été baptisé... "Take Us Back". Pour la saison 2, ça a été un festival avec une chanson à chaque épisode ou presque. La plus marquante restera probablement In The Pines, qui clôturait l'épisode 2 et qui est une cover maison (c'est une développeuse de Telltale qui chante) d'une chanson du légendaire bluesman Leadbelly. L'impact émotionnel de l'épisode, couplé à cette très belle chanson, poussera Telltale à récompenser les joueurs en la replaçant en générique de fin... de l'épisode 2 de la saison 4. De son côté, Michonne aura droit à Gun In My Hand, un percutant générique de début faisant beaucoup pour distinguer le spin-off du reste des jeux. Enfin, difficile de ne pas citer Safe and Sound, qui ferme la marche musicale de la saga avec un mélange de nostalgie et d'espoir bien plus émouvant que le happy end forcé de la saison 4.
 
Rechercher sur Factornews