Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

Snipperclips : Les deux font la paire

Frostis Advance par Frostis Advance,  email  @FrostisAdvance  
Développeur / Editeur : SFB Games Limited
Sorti au lancement de la Nintendo Switch, mais coincé exclusivement sur l’eShop, mis dans l’ombre du merveilleux The Legend of Zelda : Breath of the Wild, et en bataille avec quelques portages, on pourrait presque se dire que le jeu de SFB Games Limited n’a pas choisi son moment pour se dévoiler au monde. Mais en quelques coups de ciseaux, le petit nouveau nous prouve le contraire.

Coups de ciseaux

Snipperclips : Les deux font la paire, c’est avant tout un petit jeu en Flash sorti de la tête de deux frangins, Adam et Tom Vian, lors d’une Game Jam en 2015. Dit comme ça, ce n’est pas forcément ultra vendeur et on est clairement très loin du AAA développé par 600 personnes. Mais 2 ans plus tard, quelques rendez-vous avec Nintendo et un portage sur le moteur Unity, le voici en exclusivité sur Nintendo Switch.
 
Le concept de base n’a absolument pas changé et colle parfaitement à l’aspect multijoueur de la console de Nintendo. Le titre met en scène Snip et Clip, de petits personnages en papier ressemblant fortement à des gommes de crayons. Ils n’ont pas de super pouvoir, mais possèdent la capacité de se découper l’un l’autre, dans le but de résoudre des énigmes. La variété de celles-ci est d’ailleurs l’un des points forts de Snipperclips.

Si au début, il faudra tout simplement se découper pour prendre une forme spécifique, on basculera très rapidement dans quelques casses têtes et jeux d’adresse : faire entrer un ballon de basket dans un panier, remplir des cuves d’un liquide douteux, actionner des mécanismes, etc.

Il faudra donc user et abuser de découpages, en tentant d’obtenir la meilleure forme possible pour résoudre les énigmes. Pour obtenir la forme voulue, il suffit tout simplement de juxtaposer les Snip et Clip, d’appuyer sur un bouton et hop ! Evidemment, nos petits personnages peuvent pivoter à 360° grâce aux gâchettes L et R des Joy-Con, s’accroupir, se tendre vers le haut avec leurs petites jambes, sauter, ou enfin, réinitialiser sa forme à volonté, histoire de pouvoir se redécouper avec le plus de précision possible.

A deux, c’est mieux. A quatre, c’est fou.

Si Snipperclips peut se jouer seul, en prenant le contrôle des deux personnages, il faut avouer que ce n’est clairement pas la meilleure des configurations. On se retrouve vite à s’emmêler les ciseaux, mais aussi à ralentir la vitesse de l’action. Par contre, dès que deux joueurs se mettent ensemble, c’est beaucoup mieux !  Vous l’aurez compris, il s’agit d’un jeu pensé purement multijoueur local, où la discussion à l’orale prend une importance capitale, de même que le sang-froid, la précision et les bières sur la table basse. Un joueur un peu chiant (ou bourré) peut vite mettre un bordel monstre, agacer tout le monde et péter l’ambiance. Au contraire d’une équipe soudée, qui prendra plaisir à jouer en collaboration et enchaîner les niveaux.



Si vous avez une seconde paire de Joy-Con, un mode 3 et 4 joueurs est à disposition, avec de nouveaux niveaux. Et c’est généralement à ce moment que les discussions de canapé partent en live total, avec des « découpe-moi à gauche ! »« attends, je te saute dessus et machin me prend par la droite », ou encore ce merveilleux moment choisi, « je te fais un trou et ensuite, je me mets dedans ».

Le Game Design fait aussi partie intégrante de ce multijoueur très poussé, puisque les développeurs ont jugé bon, et à raison, de ne donner que très peu d’indications pour la résolution des énigmes. Seul le tutoriel propose du texte, pour le reste, il faudra réfléchir un minimum collectivement, pour comprendre ce qu'il faut faire et dans quel ordre. Heureusement, les niveaux sont toujours extrêmement bien conçus, sur un seul écran, et la solution est assez vite trouvée. Au final, la difficulté se trouve être dans son exécution. Si un joueur ne connait pas sa gauche de sa droite, ça peut vite devenir très long.

Ciseaux à 20 balles

En parlant de longueur, la durée de vie de Snipperclips est certainement son point faible. Les 60 niveaux du mode Monde (1 à 2 joueurs) et les 21 niveaux du mode Fête (1 à 4 joueurs), se terminent en quelques heures et le replay value n’est franchement pas à la fête. Cela manquerait presque de mises à jour régulières, avec l’ajout de nouveaux niveaux. Ou même un éditeur de niveaux avec un mode en ligne pour les partager ! Ce serait vraiment top. Mais actuellement, ça fait un peu léger.



On peut toujours se rabattre sur le les mini-jeux du mode Extra, avec Basket-ball dans lequel il faudra marquer des paniers le plus rapidement possible. Ou encore avec Hockey, qui reprend le même principe que le sport réel. Et enfin, avec Dojo, un joyeux bordel où il faudra découper ses adversaires. Mais trop honnêtement, ce n’est pas ce dernier mode qui rallongera la durée de vie, puisque l’intérêt est vraiment limité.

A noter aussi que Snipperclips n’accepte pas d’autres pads que les Joy-Con. Heureusement, chaque possesseur de Nintendo Switch dispose de deux Joy-Con, mais tout de même, pour un jeu vendu 20€ sur l'eShop, le choix est restreint. 
Possédant clairement des qualités multijoueur amenant à de franches rigolades, un game design compréhensible en quelques secondes et une bonne précision dans l’exécution, Snipperclips fait partie de ces jeux intelligents qu’on aimerait voir plus souvent dans nos consoles. Malheureusement, son faible contenu fait aussi de lui une sorte de one shot. Un peu comme un excellent shooter dans un bar, on reste sur notre faim et on en redemande !

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews