Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

FIFA 2004

snoopers par snoopers,  email
A l’instar du Beaujolais ou des liftings de Jeanne Moreau, chaque année voit arriver sa nouvelle version de FIFA. Ce coup ci, c’est affublé d’un 2004 fort à propos que la série phare de EA Sports revient nous bouger le short sur Xbox. Groovy.

Le grand match


Pour la première fois de son histoire, EA Sports s’est fait battre au jeu des chiffres. En effet, l’année dernière, ce n’est pas FIFA 2003 mais l’outsider japonais Pro Evolution Soccer 2 qui a fait exploser les charts, et ce grâce à une technique de jeu bien plus complexe que celle du géant américain. Bien décidés à revoir leur copie, les développeurs canadiens se sont retroussés les manches et nous livrent un jeu qui, s’il est loin du chef-d’œuvre de Konami, se révèle fort plaisant à jouer et pourrait même s’attirer les grâces d’un public perdu dans les commandes compliquées d’un PES. En effet, en assumant l’étiquette de jeu d’arcade, FIFA 2004 se trouve être bien plus cohérent et fini que ses prédécesseurs, par trop consensuels et approximatifs.



Une réalisation somptueuse


S’il est un point sur lequel FIFA 2004 ne déroge pas à la règle de la série, c’est bien sur les graphismes. Modélisation des personnages littéralement époustouflante, stades détaillés, effets de lumière à gogo et textures d’une finesse incomparable… il est clair qu’à ce niveau là, cette nouvelle mouture de FIFA ne déçoit pas. De même l’ambiance sonore est définitivement réussie. Le public hurle, chante aux couleurs de l’équipe présente sur le terrain, réagit aux actions, fait la ola… On s’y croirait ! En ce qui concerne les commentaires, plus en retrait, on dira simplement qu’ils auraient pu être bien pires.



La loi du terrain


Mais trêve de bavardages, entrons dans le vif du sujet ! Au détour de menus clairs et agréables, on a le plaisir de découvrir de nouvelles options (si si, j’vous jure !) comme le mode carrière, qui vous place à la tête d’un club n’attendant que vous pour gagner des galons au fil de matchs et de championnats à travers le monde. Egalement, vous aurez la possibilité de donner quelques ordres à plusieurs joueurs sur le terrain, en cours de match. Sympathique, mais tout cela n’est rien face à LA grande inconnue du jeu : le gameplay.

Une fois sur la pelouse, je dois avouer que l’on se sent plutôt bien. Les commandes répondent bien, le jeu est agréable à manier, et les divers angles de vue permettent un confort de jeu optimal. Les actions, elles, s’enchaînent assez rapidement et l’on ne met pas longtemps avant de maîtriser son pad. Enfin, l’IA est tout à fait correcte et vous donnera bien du fil à retordre lors de certains matchs. Tout est donc là pour faire un concentré de fun, mais comme d’habitude, le tout reste très superficiel, et le jeu ne permettant pas vraiment de coups techniques, on a vite fait le tour des possibilités offertes. Dommage, mais il ne faut pas oublier que FIFA reste résolument arcade, et qu’il n’a aucunement l’ambition de marcher sur les plates-bandes de PES (enfin, tout du moins en ce qui concerne le gameplay…). Bref, on s’amuse vraiment et le plaisir est quasiment immédiat, sans compter que le mode multi risque de vous saper de nombreuses nuits en compagnie de potes. Soyez donc prévenus : n’achetez pas FIFA si vous n’aimez pas l’arcade. Mais dans le cas contraire, n’hésitez pas, cette édition 2004, sans être un grand cru, reste une valeur sûre pour ce qui est de s’éclater seul ou entre amis sans se prendre la tête. Et ce n’est déjà pas si mal.

FIFA 2004 reste fidèle à la série, c'est-à-dire un jeu d’arcade pur jus de grande qualité, peut-être même plus que précédemment. Inutile donc de préciser que le fun est au rendez-vous, même si l’on pourra déplorer une trop grande superficialité du gameplay... Au moins, on ne pourra pas leur reprocher d’être consensuels. La question est donc posée : simu ou arcade ? A vous de choisir.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews