Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

51 Worldwide Games

Kallen404 par Kallen404,  email  @JustinGridou
Développeur / Editeur : Nintendo Nd Cube
Support : Switch
Loin d’être passé inaperçu lors du dernier Nintendo Direct, 51 Worldwide Games arrive enfin sur nos consoles en ce mois de juin ! 15 ans après la sortie de 42 Jeux Indémodables sur DS, Nintendo propose enfin une nouvelle version de cette licence, cette fois-ci sur Switch. Au programme, une cinquantaine de jeux à (re)découvrir en solo, en famille ou entre amis !

51 shades of games

En cette période post-apocalyptique, quoi de mieux qu’un tour du monde par procuration ? Dans 51 Worldwide Games, vous serez invités à découvrir les jeux intemporels et indémodables de nombreuses régions du monde. Jeux de plateaux anciens ou récents, jeux de cartes, jeux de sport en version miniature… Ce sont au total 51 jeux auxquels vous aurez accès. Vous aurez le choix soit de les découvrir au fil de l'eau en fonction de vos guides de voyage (représentés par des figurines humaines assez creepy je dois l'avouer), soit accéder directement à l'ensemble des jeux disponibles. que vous pourrez débloquer ! 



Ces guides proposent une sélection de 4 à 5 jeux selon une thématique proposée : jeux difficiles à maîtriser, jeux de chance, grands classiques, jeux pour les fans de sports, jeux idéaux en local, jeux tactiles, jeux en solo, classiques internationaux, jeux anciens, etc. Au total, ce sont 51 jeux et un mini-piano tactile que vous pourrez débloquer. À noter que certains titres peuvent se retrouver dans plusieurs catégories et donc vous être reproposés à l’arrivée d’un nouveau guide.

Sur cette cinquantaine de jeux, je pense que chacun y trouvera son bonheur. La sélection est plutôt bien équilibrée entre les jeux reposant sur le hasard total, ceux nécessitant tactique et réflexion et ceux purement récréatifs.

Pour ma part, j’ai adoré découvrir le Mancala ou le Mahjong ou rejouer à des grands classiques comme le Yam’s, les dames chinoises ou encore le Spider Solitaire. J’ai par contre trouvé sans véritable intérêt les jeux de sport miniature. Le gameplay est assez lourd, reposant bien souvent sur 2 boutons à presser au bon moment, rendant le tout assez mou du genou et trop approximatif. N’ayant pas connu la plupart de ces jeux dans mon enfance (désolé les vieux), peut-être m’a-t-il aussi manqué le petit côté nostalgique pour vraiment m’éclater dessus, je ne sais pas. D’autres jeux complètement hasardeux comme la Bataille ou le Jeu de paires m’ont également laissée de marbre. Trop de hasard tue le hasard.

Néanmoins, on appréciera la possibilité d'abandonner de rage la plupart des jeux en retournant sa Switch (un petit caméo qui nous vient de la Wii U à priori selon les dires d’experts bien plus experts que moi en jeux vidéo).

Baby it's a wild world 51 Worldwide Games out there

Chaque jeu est introduit d’une vidéo tuto rappelant les grands principes et règles générales du jeu en question. Bon point pour le côté inclusif, vos guides parlent. Si vous faites partie des joueurs et joueuses n’aimant pas lire les règles, vous serez donc ravis. Si comme moi, vous préférez lire les règles, passez votre chemin. Outre le doublage surjoué exaspérant, certaines vidéos manquent parfois de clarté sur des points de règles. Qui plus est, il est pénible que la vidéo se relance automatiquement à chaque nouvelle partie.



Fort heureusement, chaque jeu dispose également d’une section de règles écrites souvent bien plus claires que la vidéo. Certains jeux assez compliqués, comme le Mahjong, comprennent également des tutoriels en plusieurs parties permettant de découvrir les différentes mécaniques du jeu. Enfin, lors d’une partie, il est également possible d’accéder à des aides de jeux en appuyant sur la touche L. C’est une fonction très pratique, notamment sur certains jeux comme le Poker ou le Mahjong, qui permet de se rappeler très rapidement des différentes combinaisons possibles par exemple.

Tout est donc mis en œuvre pour que vous soyez toujours accompagnés.  Malheureusement, c’est parfois un peu trop et on se retrouve étouffé par toutes ces attentions et indications. Laissez-nous découvrir le jeu et galérer un peu, didiou ! L' interface est envahie d'informations si bien qu'on ne sait plus où regarder ni sur quoi se concentrer.

Au Mahjong par exemple, on nous propose systématiquement le meilleur coup à faire, on n’a donc pas vraiment besoin de surveiller les pièces jouées par les autres joueurs. Au Poker, le jeu nous indique directement la combinaison que l’on peut faire avec nos cartes et le flop. Au Mancala, les galets sont comptabilisés automatiquement. Le jeu est donc parfois trop prémâché ce qui peut gâcher le plaisir de jouer. D’autant plus que la plupart des jeux sont proposés en 4 niveaux de difficulté se débloquant uniquement en remportant une partie dans la difficulté précédente. On peut donc clairement prendre son temps pour découvrir le jeu et appréhender les différentes stratégies au fur et à mesure, et progresser à son rythme. Il est dommage de ne pas avoir permis la désactivation de ces vidéos et aides de jeux.

Outre cet accompagnement envahissant, 51 Worldwide Games manque cruellement d’options. Côté configuration, c’est juste le néant. On ne peut pas diminuer ou couper complètement la musique, les bruitages ou les voix. Et pourtant, vu la qualité médiocre des boucles musicales répétitives, cela aurait été fort appréciable. On ne peut également pas désactiver le lancement automatique des vidéos tutoriel à chaque lancement de jeu. On peut les passer, certes, mais c’est pénible de devoir appuyer sur un bouton à chaque fois. On peut regretter également l’absence de configuration des sous-titres étant donné qu’il y a parfois pas mal de texte à lire.

Côté jeu, les manques se font vite sentir aussi. On ne peut pas par exemple choisir le nombre de manches de certains jeux (au Poker, c’est 5 ou 10, ni plus ni moins. Le temps est donc compté si comme moi vous souhaitez plumer tous vos adversaires). De manière générale, j’ai regretté le manque de configuration des parties (pas de possibilité de mettre un handicap ou un avantage à un joueur, de limiter le temps, etc.). Autre incompréhension, tous les jeux ne disposent pas d’une option pourtant ô essentielle : le signet, la sauvegarde de la partie en cours. Je n’ai vraiment pas compris pourquoi cette option n’était pas disponible pour tous les jeux. Enfin, dernier point mais non le moindre, il n’y a pas d’option “rejouer immédiatement”. À la fin d’une partie, vous êtes obligés de retourner sur la fiche du jeu pour relancer une partie. Que vous jouiez seul ou à plusieurs. Une option « revanche » aurait été un vrai plus pour gagner du temps dans les menus.



J’ai également regretté que certaines fonctions de la Switch comme le gyroscope ou les vibrations HD des joy-cons ne soient pas assez exploitées. Quel dommage par exemple de devoir utiliser un joystick parfois approximatif pour viser des cibles ou des ballons alors que le jeu se prête vraiment au gyroscope ou au tactile (coucou le joy-con drift). Si certains jeux comme le bowling encouragent l’usage des joy-cons pour lancer sa boule, à l’usage, la maniabilité n’est pas au rendez-vous et gâche un peu le plaisir de jouer. À l’inverse, des jeux qui semblaient parfaits sur le papier en mode tactile, sont finalement très difficiles à jouer : pas de possibilité de changer la vue, écran caché par nos doigts, etc. Le tout couplé à une maniabilité parfois un peu lourde selon les jeux. Au Yam’s par exemple, vous pouvez secouer votre gobelet de dés avec le joy-con, mais il faut quand même appuyer sur un bouton pour lancer les dés. Pourquoi ne pas avoir permis de faire le geste naturel du lancer de dés tout simplement ? Il faudra donc parfois tester le jeu dans différentes configurations pour trouver celle qui vous convient le mieux.

Bien heureusement, tout n'est pas à jeter dans 51 Worldwide Games. Les jeux ont été très bien développés et sont très jolis (les pierres brillent, les dés roulent à la perfection, le bruit des cartes satisfait complètement mes oreilles). Les petites anecdotes en fin de partie et les conseils pour l'emporter sont plutôt de bon aloi pour aiguiser sa stratégie et se la péter en société (saviez-vous par exemple qu'il y a une chance sur 360 de deviner du premier coup la combinaison de 4 couleurs différentes au Mastermind ? Ca vous en bouche un coin hein !).

Autre bon point, la gestion des données de jeu. Votre petit avatar enregistrera toute statistiques utiles sur vos parties : vos records personnels, les médailles et les anecdotes que vous avez débloquées, ainsi que le nombre total de parties jouées pour chaque jeu en solo et en multijoueurs. Vous pourrez aussi y renseigner vos 5 jeux favoris.

Enfin, sachez que des petites surprises "cosmétiques" dirons-nous, pourront vous être offertes au fil des parties.

51 ways to play

51 Worldwide Games propose de nombreuses façons de jouer. En solo, vous aurez bien évidemment accès à l’intégralité des jeux, dont la plupart sont jouables en mode portable directement sur l’écran tactile. La majorité des jeux est disponible en plusieurs niveaux de difficulté : normal, difficile, expert et imbattable. De quoi s’autochallenger à vaincre l’ordinateur au fur et à mesure des parties et voir sa progression dans le temps.

En local, vous pourrez jouer jusqu’à 4 personnes sur la même console, chaque joueur ayant besoin d’un joy-con pour prendre part à la partie. À noter qu’à 2 joueurs, une sélection de jeux est également disponible en mode tactile. Tous les jeux ne sont bien évidemment pas disponibles que vous soyez 2, 3 ou 4 joueurs, la liste s’amenuisant plus les joueurs sont nombreux. Pas mal de jeux nécessitent en effet d’avoir chacun un écran pour pouvoir y jouer. Les jeux de cartes comme le Poker ou le Président nécessitent que les joueurs ne voient pas la main des autres joueurs par exemple. À 4 joueurs, ce sont au final deux petits jeux qui sont disponibles. A 3 joueurs, la liste n'est pas beaucoup plus épaisse. En bref, si vous comptiez y jouer avec toute la famille sur la télé du salon, passez votre chemin, la sélection de jeux a clairement été pensée pour du jeu solo ou à deux sur la même console.

Pour parer à ces contraintes, Nintendo a heureusement prévu le coup avec son mode multijoueurs sans fil local. En effet, si 1 joueur dispose de la cartouche, les 3 autres joueurs auront simplement à télécharger la version Guest Édition gratuitement sur leur console afin de pouvoir jouer tous ensemble. C’est une attention vraiment sympathique (et pour le coup plus que nécessaire) de la part de Nintendo qui nous avait habitués depuis la Switch à ce que tous les joueurs disposent du jeu pour pouvoir jouer en local ensemble. Nintendo a poussé le concept plus loin en permettant de connecter jusqu’à 4 consoles via le Mode mosaïque pour agrandir ou modifier la surface de certains jeux. Un mode pas inconnu puisqu’on avait pu déjà l’apercevoir sur Super Mario Party. Un mode sympathique, mais finalement assez peu développé puisqu’il est uniquement disponible sur une poignée de jeux (le piano qui n’est pas vraiment un jeu en soi, Tanks en équipe, Circuit routier, Pêche, etc.).



Enfin, le mode en ligne de 51 Worldwide Game vous permettra soit de jouer avec vos amis soit de jouer contre le reste du monde. En vous connectant, vous accéderez à un lobby où vous pourrez sélectionner jusqu’à 3 jeux auxquels vous souhaitez jouer. Pendant la recherche d’autres joueurs, vous pourrez lancer n’importe quel autre jeu en solo pour patienter.

Le matchmaking est plutôt rapide puisque complété automatiquement par des ordinateurs s’il manque des joueurs à la fin du temps imparti. Les différentes parties se sont déroulées sans problème, à l’exception d’une partie avec un joueur américain où la connexion était vraiment mauvaise et où le jeu ramait. Côté interaction entre joueurs, là encore c’est juste la mort. C’est bien simple, il n’y en a pas. Je trouve vraiment dommage qu’il n’y ait pas la possibilité d’envoyer un petit message avec un clavier virtuel, ou à défaut, un message précomposé par Nintendo comme c’est le cas sur Mario Kart 8 Deluxe par exemple. Ou même de rendre compatible le jeu avec l’application mobile de Nintendo, pour du chat vocal entre amis. Il est plutôt sympa de pouvoir féliciter un joueur, encourager un autre, râler après une défaite, ou tout simplement dire bonjour à toute la tablée. Il n’y a finalement rien qui différencie une partie entre véritables joueurs et joueurs IA, et c’est vraiment dommage.

Tout comme le pastis, 51 Worldwide Games ne sera pas au goût du palais de tout le monde. Ultra millimétrée, la sélection de jeux manque parfois de saveurs, certains titres étant vraiment anecdotiques (tout comme les options offertes au joueur). Avec un didacticiel trop présent et trop redondant, 51 Worldwide Games nous donne un peu l’impression d’être tenu en laisse sans pouvoir explorer ce monde de jeux en toute liberté. Seul espoir en vue, le mode multijoueurs sur plusieurs Switch via le téléchargement gratuit de la Guest Editions, qui promet quant à lui de belles parties.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews