Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
PREVIEW

Desperados III : Sombrero tactics

billou95 par billou95,  email  @billou_95
Développeur / Editeur : Mimimi Productions THQ Nordic
Supports : PC / Xbox One / PS4
Longtemps attendu par des fans en manque de tactique temps réel et d'éperons clinquants, le nouveau volet des aventures de John Cooper prend un virage inattendu puisque ce Desperados III sera non seulement édité par THQ Nordic, mais surtout vendu comme une préquelle à la série développée par la talentueuse équipe de Mimimi Productions, déjà à l'oeuvre sur l'excellent Shadow Tactics: Blades of the Shogun dont Valanthyr ne tarissait pas d'éloges il y a trois ans. Un pari gagnant pour l'éditeur aux 1000 licences endormies ? On a profité du salon Paris Games Week pour vérifier si le développement du jeu allait dans le bon sens.
Ah le bon vieux temps des jeux de tactique temps réel. Les heures passées devant son PC à alterner F5/F8 pour sauvegarder et charger frénétiquement ses parties et réaliser le score parfait, que dis-je l'infiltration parfaite derrière les lignes ennemies. Que ce soit sur les très bons Commandos 1 et 2, l'unique épisode Robin Hood: La Légende de Sherwood ou l'un des westerns-spaghettis toujours signés Spellbound Entertainment, le concept était inattaquable. Enfin ça c'était jusqu'à ce que ces jeux se perdent avec l'arrivée de la 3D et de mécaniques foireuses. Et il fallut donc patienter jusqu'à fin 2016 pour qu'une bande de PCistes allemands viennent revigorer le genre, en reprenant ce que la formule originale faisait de bien. Oui parce que finalement, Mimimi n'a pas révolutionné la tactique temps réel, ils se sont juste reposés sur ce qui marchait à l'époque et l'ont intégré dans un nouvel univers, le Japon féodal. On garde les personnages et leurs caractéristiques propres, les cônes de visée des ennemis, la sauvegarde manuelle obligatoire et des missions scénarisées pour le meilleur dans des environnements de toute beauté.

Seul changement majeur apporté par les teutons : l'ajout d'un mode Ombre permettant des actions combinées de plusieurs personnages en même temps. Mis à part des chargements un peu longuets en début de niveau qui plombaient l'ambiance après 15h passées dessus, le jeu fut consacré comme l'un des succès de l'année.

Alors qu'on les attendait sur une éventuelle suite, les voilà donc mandatés par THQ Nordic pour réaliser une préquelle à Desperados: Wanted Dead or Alive qui raconterait les premières affaires du chasseur de prime John Cooper, sa rencontre avec les héros mythiques comme le docteur McCoy, mais aussi en profiter pour prétexter l'arrivée de nouvelles têtes dans l'aventure. L'unique mission de la démo lors de notre prise en main commençait alors que le train nous amenant à une destination inconnue se faisait cambrioler par un gang de bandits. L'objectif était de remonter jusqu'à la locomotive et de faire sauter les éboulis en travers de la voie pour faire redémarrer l'ensemble, après avoir nettoyé en silence toute la scène, évidemment.



Ne feignons pas la surprise, on retrouve dès les premières secondes de jeu l'interface et tout le système de jeu de Mimimi, reskinné pour Desperados, jusqu'à la signalétique des cônes ennemis qui ressemble à s'y méprendre à ceux de Shadow Tactics. Autant vous dire que c'est donc avec un plaisir non dissimulé qu'on a dézingué les premiers brigands proprement, sans bruit et sans bavure, tout en attrapant leurs corps pour aller les planquer dans les fourrés avant de continuer ce petit massacre. Côté aptitudes, ce troisième volet pioche dans les classiques : Cooper peut utiliser ou jeter son couteau pour des assassinats en toute discrétion, tirer sur ses adversaires (et générer du bruit) ou jeter une pièce dans leur direction pour tenter de les distraire avant de se faufiler dérrière eux.

C'est d'ailleurs tout le sel de ce jeu, faire du contrôle de foule, séparer des escouades en cours de patrouille pour arriver à zigouiller les gus dans des angles morts au nez et à la barbe de leurs collègues, se servir des fourrés et se balader accroupi pour éviter d'être vu et avancer petit à petit en se frayant un chemin parmi la tonne d'ennemis présents sur la map jusqu'à accomplir notre objectif. La démo présentée introduisait également le personnage de McCoy et on a donc pu découvrir ses aptitudes : seringue empoisonnée, fusil de sniper et une mallette qu'il peut jeter devant les ennemis là aussi pour les distraire. C'est surtout un toubib pas très à l'aise avec les choses de la baston qui a du mal à se mouvoir et traîne la patte lorsqu'il faut porter des corps. Il faut donc alterner entre Cooper et McCoy pour progresser rapidement sans être vu, mais aussi parfois coopérer.

Ce qui fonctionnait déjà très bien sur la dernière production Mimimi, c'est le mode de jeu permettant ces actions synchronisées, renommé ici mode Showdown. En appuyant sur Shift, on peut déclencher une pause active pour planifier des mouvements et/ou actions avec jusqu'à 5 personnages puis en appuyant sur Entrée, les héros exécutent nos ordres simultanément. Simple et redoutable d'efficacité en jeu, à condition de bien prendre en compte les distance entre eux et la relative lenteur de certains. Bref, au sortir de ces 20 minutes de jeu, on se sent comme un poisson dans l'eau sur ce Desperados III et on imagine mal Mimimi foirer un exercice dans lequel le studio est déjà rodé.



Il n'y a plus qu'à attendre la sortie quelque part cet hiver pour découvrir les nouveaux personnages jouables (dont une prêtresse vaudou qui peut posséder temporairement l'esprit des IAs ennemies !) et tout le contenu du jeu du Colorado au Nouveau Mexique, mais l'essentiel est déjà là à savoir un gameplay aux petits oignons et une mise en scène soignée jusqu'au doublage impeccable de tout le cast. Ouaip, on a hâte !

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews