Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.

Un Rédacteur Factornews vous demande :

ACTU

Realms Deep 2022 : l'énorme récap'

Zaza le Nounours par Zaza le Nounours,  email  @ZazaLeNounours
 
On avait préparé le saladier de coke et d'amphets, l'intraveineuse de café et de Red bull, mais au final tout ça n'a servi à rien : pour sa troisième édition, la Realms Deep s'est assagie, presque embourgeoisée. Finis les streams de six heures jusqu'au petit matin avec tout le staff de 3D Realms & friends entassés dans leurs locaux, la vieillesse les a finalement rattrapés et cette année on a eu droit à un sympathique barbu en chemise à carreaux (dont on se demandait à chaque apparition à quel moment il allait nous proposer de goûter sa bière artisanale) pour assurer les transitions entre les vidéos de jeux.

Moins de bruit, moins de fureur, moins de violence gratuite, toute cette conférence a été extrêmement cosy et surtout, elle n'a duré qu'à peine deux heures. Deux heures durant lesquelles on a quand même vu défiler plus de soixante-dix jeux, ce qui est assez énorme, donc installez-vous confortablement, servez-vous une petite tisane, on va résumer et faire le tri dans tout ça.

La conférence a débuté avec ce qui restera le gros morceau de la soirée : l'annonce de Phantom Fury par 3D Realms et Slipgate Ironworks, qui semble vouloir être à Ion Fury ce que Duke Nukem Forever a été aurait dû être à Duke 3D. Shelly "Bombshell" Harrison est de retour mais cette fois-ci le jeu abandonne le Build Engine du premier jeu et passe à la 3D intégrale avec l'indispensable rendu rétro à base de textures pixelisées et de modèles low poly. On nous promet plus d'ennemis, plus d'armes, plus de variétés dans les environnements traversés (le jeu est présenté comme un road movie), plus d'interactivité dans les niveaux, plus de tout. Le trailer d'annonce fait plus qu'évoquer les vieilles bandes-annonces de Duke Forever et on a même droit à la fin à un invité surprise qui fera plaisir aux amateurs de jeux qui ont eu le malheur de sortir en même temps que le premier Half-Life en 1998. Phantom Fury doit sortir en 2023, mais on n'y croit pas trop, et on espère quand même qu'il n'ira pas singer DNF jusque dans son développement interminable. Enfin, pour terminer sur Ion Fury, l'extension Aftershock annoncée il y a déjà un bon moment n'a même pas été évoquée pendant le stream, ce qui est un peu regrettable - et pas vraiment bon signe, même si d'après le boss de 3D Realms, Voidpoint continue de bosser dessus.



On quitte (pour l'instant) 3D Realms avec Tokyo Underground Killer du studio japonais Phoenix Game Production. Comme son nom le laisse deviner, il sera question de tuer des gens à Tokyo, que ce soit avec des flingues, un sabre ou même des pouvoirs magiques. Ca va vite, c'est très violent, les couleurs sont pétantes et le tout est rythmé par la musique de Andrew Hulshult, l'homme à tout faire des FPS indés (ou même des triple-A puisqu'il avait oeuvré sur la BO des extensions de Doom Eternal après la brouille entre Mick Gordon et Bethesda). Pas de date de sortie pour l'instant.



Le petit éditeur Retrovibe est venu présenter plusieurs titres : B.I.O.T.A. Swarm, spin-off rogue-like de B.I.O.T.A. tout court ; Impaler, petit FPS rétro rogue-like où en plus de flinguer bêtement ses ennemis on pourra les empaler sur d'énormes pieux qu'on fera jaillir du sol ; Project Warlock 2, dont John Romero lui-même assure la promotion et qui va avoir droit à une refonte des niveaux déjà sortis pour sa version en early access et à un deuxième chapitre qui arrivera cet hiver ; et enfin VergeWorld, un jeu de shoot en vaisseau dans des canyons avec une composante rogue-lite (décidément) et des niveaux générés aléatoirement qui devrait arriver à la fin de l'année.









Enchain est un FPS très minimaliste avec un nombre de polygones affichés qui se compte sur les doigts d'une main et des textures à faire rigoler une Game Boy, mais qui en plus des affrontements semble beaucoup miser sur la plateforme avec des glissages et une lanterne-grappin. Ca doit arriver en early access bientôt mais il y a déjà une démo disponible.



Autre petit éditeur à venir faire sa promo, Hyperstrange est arrivé avec un mode horde pour le spin-off Postal: Brain Damaged ; Incision, dont le mot d'ordre semble d'être de voir combien de nuances de rouge différentes on peut mettre dans un seul jeu ; l'annonce de l'arrivée prochaine du deuxième chapitre de Blood West ; la sortie de Supplice, magnifique FPS utilisant GZdoom, le 30 mars... en early access, hélas ; et enfin une nouvelle vidéo de Eggwife, un jeu découvert l'an dernier et dont la nouvelle vidéo nous fait sérieusement douter de la santé mentale des développeurs.









Wizordum, du tout petit studio slovène Emberheart Games (le gars est tout seul), est un FPS dungeon-crawler dans un univers fantasy assez coloré dont la réalisation évoque un peu celle de Delver. Pas de date de sortie, mais lui aussi a droit à sa démo sur Steam.



Coven est un FPS très nerveux dans lequel on incarne une jeune femme revenue à la vie après avoir été accusée de sorcellerie et avoir fini sur le bûcher. Evidemment, elle l'a plutôt mauvaise et va donc chercher à se venger : la violence s'ensuit. Sortie prévue l'année prochaine, démo dispo dès à présent.



On quitte un instant le FPS avec Tenebris Somnia, un survival horror à la réalisation en 2D évoquant surtout un bon vieux point & click. Son petit plus : des cutscenes en live action, ce qui peut être toujours casse-gueule.



Fin de l'interlude, on revient à du FPS rétro avec des gros pixels et des très gros sprites avec Fortune's Run. En plus de son univers SF assez glauque, il misera beaucoup sur ses déplacements et sur ses combats qui proposeront du corps-à-corps à mains nues, des armes blanches et des flingues. Comme tant d'autres, pas de date de sortie, mais déjà une démo.



Encore un éditeur qui a droit à son segment dédié : Fulqrum Publishing. Le nom ne vous dit certainement rien (c'était mon cas) mais il s'agit juste de 1C Entertainment rebrandé après son rachat par Tencent, comme quoi on apprend des choses. Il est venu avec dans sa besace un trailer pour le fraichement sorti (et fraichement accueilli) Lovecraft's Untold Stories 2 ; Diluvian Ultra, petit FPS avec des armes bizarres et pas franchement très attirant ; une petite preview de ce qui arrivera dans la version finale de Dread Templar ; et un nouveau trailer pour Hyperviolent, sorte de System Shock qui aurait abandonné toute subtilité pour un gameplay nerveux et, oserais-je le dire, hyper-violent. Lui aussi a droit à sa démo.







On avait beaucoup aimé Compound Fracture lorsqu'on l'avait découvert à la Realms Deep 2021, du coup on est content d'avoir droit à une nouvelle vidéo de ce FPS Dino Crisis à la Realms Deep 2022. Le jeu n'a toujours pas de date de sortie et c'est bien dommage parce qu'on a hâte de flinguer ces saloperies de raptors à grands coups de SPAS-12.



L'éditeur DreadXP est venu avec deux vidéos, une pour annoncer le nouveau contenu de Spookware, le Wario Ware avec des petits squelettes rigolos, et une pour le nouveau contenu de Dread Delusion, présentant tout ce qu'on pourra customiser dans sa maison dans cette espèce de rétro-Morrowind miniature.





On saute quelques trucs un peu nuls pour arriver à The Last Exterminator, titre tout en finesse s'il en est, dans lequel on devra buter des cafards géants. La réalisation, le level design et l'esthétique générale évoquent énormément Duke Nukem 3D, mais on n'est malgré tout pas fan des modèles 3D assez moches et l'ensemble donne malheureusement pour l'instant un certain sentiment de mollesse.



A.W.O.L., lui aussi déjà aperçu l'année dernière, utilise le Build Engine pour un rendu proche de la total conversion de DN3D. Ce n'est pas très joli, mais il a pour lui d'être gratuit donc on ne va pas faire la fine bouche.



Des années qu'on l'attend, mais cette fois-ci il arrive : Prodeus a enfin une date de sortie pour sa version 1.0, et la bonne nouvelle c'est qu'il n'y aura que quelques jours à patienter puisqu'il sera disponible le 23 septembre. En plus de sa campagne principale, vous pourrez vous essayer aux centaines de cartes créées par les joueurs avec l'éditeur de niveaux, dont certaines sont vraiment très impressionnantes.



Chasm: The Rift va fêter ses 25 ans cette année. Le nom ne vous dit probablement rien, et ce n'est pas étonnant vu que ce n'était pas un très grand jeu, mais malgré ça il va avoir droit à une réédition, qui arrivera le 10 octobre.



Changement total d'ambiance avec Labyrinth of the Demon King, un survival-horror à la première personne semblant puiser ses inspirations dans Silent Hill ou King's Field. L'image est peut-être un peu trop sale, mais c'est quand même intriguant.



KVLT nous propose un croisement entre la deuxième guerre mondiale et le mythe de Cthulhu. Ca change un peu des Medal of Honor, mais les niveaux ne semblent pas très inspirés et les armes ne semblent pas avoir beaucoup de patate. Lui aussi a droit à sa démo pour vous faire votre propre opinion.



Sorti d'accès anticipé il y a quelques mois, le très très con Postal 4 va avoir droit à une mise à jour qui ajoutera une quatrième voix au Postal Dude, en l'occurrence celle de Zack Ward, qui l'incarnait déjà dans le chef d'oeuvre d'Uwe Boll.



On passe rapidement sur le fait que Team17 a jeté sur la pas de la porte de 3D Realms une dizaine de vidéos avant de se barrer en courant. On n'en retient pas grand chose à part que le prometteur Trepang2 n'a toujours pas de date de sortie, et que le tout récent Mortuary Assistant va déjà avoir droit à son clone avec Autopsy Simulator.


Deux jeux déjà vus durant la RD2021 sont revenus avec de nouvelles vidéos pour la RD2022 : Sprawl, le Ghostrunner avec des flingues, et Peripeteia, le RPG / immersive sim cyberpunk qui faisait un peu envie jusqu'à ce qu'on essaye la démo et qu'on se rende compte à quel point tout ça est très, très boiteux.





On approche de la fin et vous vous demandez peut-être où est l'annonce de l'indispensable nouveau remaster de Nightdive Studios. Ca tombe bien, on y arrive, car celui-ci a été annoncé pendant le segment New Blood Interactive, durant lequel a été dévoilé Rise of the Triad: Ludicrous Edition, effort conjoint entre Nightdive, New Blood et Apogee. Remaster du jeu de 1995 (basé sur une version fortement bidouillée du moteur de Wolfenstein 3D), celui-ci nous offrira un nouvel épisode, un éditeur de niveaux, le choix entre la bande-son d'origine et celle du remake de 2013, du multijoueur, et bien sûr le confort des résolutions montant au-dessus du 320x240. Ca sortira sur PC et consoles mais comme d'habitude, on ne sait pas quand.



Toujours chez New Blood, Gloomwood va avoir droit à une update qui proposera un mode de difficulté supplémentaire avec notamment des ennemis en armure qu'il ne sera plus possible de tuer d'un coup de lame entre les omoplates ; quant à The Black Labyrinth, l'extension pour l'excellent Amid Evil, elle a eu droit à une longue vidéo de gameplay présentant des environnements encore plus fous que ceux du jeu de base et de nouvelles armes, mais elle a un gros défaut : elle n'annonce toujours pas une date de sortie.



Enfin, pour conclure, on revient chez 3D Realms avec des nouvelles de Cultic, le jeu qui a tout de Blood sauf la licence, et dont le premier chapitre arrivera pas plus tard que le 13 octobre ; Graven, le FPS-RPG un peu décevant qui a reçu il y a quelques jours une grosse mise à jour de contenu ; WRATH: Aeon of Ruin, le FPS utilisant l'idTech 2 (celui de Quake), a enfin une date de sortie pour le printemps prochain et on espère que cette fais-ci, il arrivera à la tenir ; Combustion, qui fermait la Realms Deep 2021 a une droit à une nouvelle vidéo qui malheureusement ne nous apprend rien de plus sur cet action-RPG façon PS1 avec plein d'animaux ; et en guise de conclusion, on a eu droit à l'annonce de Warpaws, jeu de stratégie qui fait penser au Z des Bitmap Brothers dans lequel on aurait remplacé les robots idiots par des chiens et des chats et très franchement, ça tombait complètement à plat.











Voilà pour le "résumé" de cette Realms Deep édition 2022, plus sage et un peu plus digeste que les éditions précédentes. On regrettera l'absence de certains titres assez attendus et annoncés de longue date, comme les remakes de Kingpin et Sin, qui depuis le temps doivent être passés à la trappe, ou encore le prometteur Core Decay dont on attend toujours la démo prévue pour fin 2021. On vous encourage à aller faire un tour sur la page Steam dédiée à l'événement pour y retrouver tous les jeux évoqués et beaucoup d'autres, surtout que la plupart d'entre eux proposent des démos et que ceux déjà sortis sont pour la plupart en promo.
Rechercher sur Factornews