Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

Le Relief, partie 1 : au cinéma

divide par divide,  email  @divideconcept
Ces temps-ci il est beaucoup question de 3D, au cinéma et depuis peu en équipement ménager... La fièvre du relief s'est emparée d'un coup du monde audiovisuel, brouillant plus de pistes qu'elle n'en éclaircit ! Voici donc l'occasion de clarifier plusieurs points à ce sujet, à commencer par le mot même : cet article n'utilisera pas le mot « 3D » qui se confond trop à l'usage qu'en font les images de synthèse, mais lui préfèrera le mot « relief » (qui se rapporte à la perception) et « stéréoscopie » (qui est le moyen d'y arriver, en fournissant une image différente pour l'œil gauche et l'œil droit).
Mais d'abord un petit retour en arrière...
Contrairement à ce que beaucoup pensent encore, l'un des premiers films relief n'est pas Avatar (Cameron, 2009) mais L'Arrivée d'un train en gare de La Ciotat des frères Lumière dans les années 1900. Tourné à l'aide de deux caméras espacées de quelques centimètres (le procédé n'a pas changé depuis), il reproduit fidèlement la perception de profondeur à tel point que les premiers spectateurs eurent un mouvement de recul en voyant le train arriver vers eux... Cependant, bien que la projection aie déjà été inventée, il n'y avait à l'époque pas encore de moyen pour séparer l'image de l'œil gauche et droit en séance publique, il fallait donc regarder ce film au travers d'un appareil adapté (stéréoscope). Ce n'est qu'en 1915 que les anaglyphes furent adaptés au cinéma.

Cette première technique existe en réalité à l'époque déjà depuis un demi-siècle en photographie : elle consiste à séparer une image en deux images, l'une destinée à l'œil gauche et l'autre à l'œil droit, en leur appliquant un couple de filtres colorés qui ne se chevauchent pas chromatiquement (rouge/vert/bleu). Historiquement, les couples rouge/vert et rouge/bleu furent longtemps populaires, et rouge/cyan (cyan=vert+bleu) est maintenant le plus utilisé, puisqu'il permet une meilleure reconstitution des couleurs par le cerveau (toutes les informations chromatiques sont présentes).
Il est bien sur possible de composer encore d'autres combinaisons, nous y reviendrons dans la deuxième partie de cet article.

Après cette première, il s'écoule beaucoup d'années sans production notable, mais il faut quand même noter l'apparition en 1930 d'une technique majeure, la polarisation, qui n'est autre que l'ancêtre du système RealD utilisé actuellement dans de nombreuses de salles équipées en relief.
Cette technique consiste à jouer sur la nature vibratoire de la lumière : cette vibration électromagnétique pouvant se décomposer en deux plans, il suffit de la canaliser selon chacun de ces deux plans au travers de filtres polarisants, fournissant ainsi deux images distinctes. À noter que cette technique requiert aussi un écran métallisé, afin de ne pas casser la polarisation de la lumière. C'est historiquement la première technique de projection permettant une restitution en couleurs pleines sur chaque image.


Arrivée d'un train en gare de la Ciotat : visible avec des lunettes rouge/vert, rouge/cyan et magenta/vert