Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Super Mario Maker

Frostis Advance par Frostis Advance,  email  @FrostisAdvance  
 
Après plus de 310 millions de jeux vendus dans le monde depuis 1985, la série des Super Mario fait figure de référence et a posé les bases du jeu de plates-formes. Mais malgré son incroyable richesse, son gameplay millimétré et son univers bien particulier, certains pensent que la série commence doucement à tourner en rond. Comment révolutionner le genre ? En donnant aux joueurs la possibilité de le faire, avec Super Mario Maker, tout simplement.

Mais pourquoi Mario Maker ?

Lorsque l’on s’intéresse de très près à Nintendo, on se rend vite compte que cette société utilise beaucoup de logiciels et matériels très spécifiques en interne. Il est très rare d’entendre parler de moteur 3D ou de kits de développement, mais force est de constater que l’entreprise japonaise est toujours à la pointe en ce qui concerne la recherche d’une certaine autonomie et de nouveautés, le tout dans le secret le plus total. Et dans ce nombre incalculable d’outils utilisés en interne, l’un d'entre eux allait devenir ce fameux Super Mario Maker.
 
Initialement, il ne s’agissait ni plus ni moins que d’un logiciel permettant de dessiner facilement et rapidement des niveaux pour les jeux de la série Super Mario Bros., comme un gain de temps pour la création de nouveaux titres. Mais certains employés, comme Yosuke Oshino (programmeur sur les deux premiers Pikmin et New Super Mario Bros. Wii), et le duo Shigeru Miyamoto et Takashi Tezuka que l'on ne présente plus, ont petit à petit vu tout à fait autre chose.

Alors comme pour renouer avec le bon vieux temps, le trio a décidé de changer la donne en proposant ce Super Mario Maker, comme un outil de conception, mais aussi de partage, aux joueurs du monde entier. Et mine de rien, cela signe aussi, peut-être, l'arrêt des Super Mario en 2D.

Un éditeur très stylet

Qu’on se le dise, le principal thème de Super Mario Maker est dans son nom : la création. Ici, pas d’histoire faussement romancée pour nous apprendre qu’encore une fois, la princesse Peach s’est faite capturer par le méchant Bowser. Dès le premier lancement, le jeu pose l’ambiance. Nous nous retrouvont dans le niveau 1-1 de Super Mario Bros., sa plaine, ses tuyaux et ses cases “?”. A l’instar du jeu sorti en 85 sur NES, tout se fait simplement et on comprend très rapidement ce qu’il faut faire.

La partie créative se retrouve sur le Wii U Gamepad, avec une copie parfaite sur l’écran de TV, ce qui est très pratique lorsque l’on est plusieurs. Au début, quelques icônes sont placées ici et là dans une barre d’outils sur l’écran tactile. Un simple glisser-déposer dans l’aire de jeu permet d’intégrer un nouveau Goomba, une brique ou n’importe quoi d’autre. Simple, rapide, efficace, les concepteurs se sont même permis quelques délires, comme le fait de pouvoir donner un champignon à un élément afin de le faire grossir. Vous rêviez de pouvoir faire un niveau avec des tortues géantes ailées ? C’est possible. Vous avez envie de mettre des feux d’artifices à chaque bloc détruit ? C’est faisable aussi.



Il faut aussi savoir que Super Mario Maker a été conçu comme un jeu. De fait, tous les objets ne sont pas disponibles dès le début. De même, les options se débloqueront au fur et à mesure des jours. Cela permet évidemment de ne pas noyer le joueur dans une masse d’options, ne sachant pas où donner de la tête. Mais n’ayez crainte, après une dizaine de jours à jouer quotidiennement, tout se débloque petit à petit, laissant place à encore plus d'imagination.

En trente ans, Mario a traversé les époques et les modes, changeant aussi de style graphique et musical, mais en restant cohérent. Comme chaque joueur a son coup de coeur, son Mario préféré, Nintendo a intégré plusieurs univers. D’un simple clic du stylet, il est possible de modifier l'apparence de notre création, passant de Super Mario Bros. (Nintendo Entertainment System, 1985), Super Mario Bros. 3 (Nintendo Entertainment System, 1988), Super Mario World (Super Nintendo, 1990) ou New Super Mario Bros. U (Wii U, 2012). Et attention, la cohérence reste parfaite ! Ainsi, la physique des différents jeux est adaptée et il en va de même pour la musique. Si dans l’épisode Wii U, la possibilité de rebondir contre les murs est présente, il n’en est pas de même pour les autres épisodes. De même, il ne sera pas possible d’attraper un ennemi dans le premier épisode, contrairement à Super Mario World, qui en plus, possède Yoshi en monture. Par contre, certains éléments ont disparu, comme quelques ennemis, mais surtout les checkpoints, qui nous forcent donc à terminer les niveaux d’une traite.



En plus des différents univers graphiques, Nintendo a eu la bonne idée de nous laisser le choix des environnements. Ainsi, on retrouvera six variétés de monde : la plaine, les châteaux de Bowser, les souterrains, les niveaux aquatiques, les maisons fantômes ou encore les bateaux volants. Tout est là, et avec les nombreuses possibilités de création, il est maintenant possible de modifier totalement le gameplay et de réécrire l’histoire. Ce qui semble être la passion des joueurs online.

Online et Miiverse : le duo gagnant

Une fois le mode création maîtrisé, que l’on a fait le niveau de ses rêves, calculé au pixel près la longueur des sauts, place ici et là des cases invisibles et une armée de Bowser en guise de boss de fin, une envie nous prend : faire partager ce grand moment de fourberie à nos amis. La première solution, la plus simple, c’est d’organiser un apéro chez soi et de les défier en se moquant d'eux dès la première vie perdue.

Mais l’envie de défier le monde entier arrivera très rapidement. C’est à ce moment que l’option de télécharger notre niveau sur les serveurs de Nintendo servira. Après avoir impérativement terminé son propre niveau au moins une fois, et quelques secondes de téléchargement, notre création se retrouve dans la liste des nombreux niveaux disponibles Online. L’interface ultra simple facilite grandement les recherches grâce à de nombreuses options de tri : on pourra par exemple choisir un peu au pif les stages qui débarquent, affiner notre recherche en ciblant le monde ou la même région que celle où nous sommes, se focaliser sur les nouveautés de la semaine, ou encore opter pour l’option infinie qui affiche toutes les créations.



A l’instar des réseaux sociaux, il est aussi possible de suivre des créateurs en particulier, afin de mieux les retrouver. Il est aussi possible de donner une étoile, comme gage de qualité et même de déposer un petit message via Miiverse, qui s’affichera en notification pour le créateur, mais aussi en fin de niveau pour tous les autres joueurs. C’est d’ailleurs avec ce nombre d’étoiles données qu’un autre classement, par étoiles donc, est disponible.

Et très franchement, les productions en ligne sont assez impressionnantes. Si certaines se terminent assez simplement et collent parfaitement à la difficulté des Super Mario, d’autres sont totalement folles de difficulté, avec un taux de réussite d’à peine 1%. D’autres joueurs sont même allés jusqu’à faire des niveaux qui se terminent tout seul. On imagine vite le nombre d’heures passées sur l’éditeur de niveau… Quant à certains utilisateurs, la réflexion est allée bien plus loin, rendant hommage aux shoot’em up, ou encore à la série Metroid, pour prendre le chemin d'un tout autre gameplay.





Malheureusement, le revers de la médaille tient aussi sur les limites du jeu. Si les Super Mario ont toujours été des exemples en matière de level design, les créateurs / joueurs ne le sont pas forcément. Du coup, on se retrouve très souvent avec des niveaux pensés pour la difficulté, et non pour le fun. Franchement, vous trouvez ça cool de commencer le niveau avec trois Bowser qui vous sautent dessus ? C’est fun de se taper des niveaux “die and retry” à la Super Meat Boy, mais dans le monde de Mario ? Perso, je ne trouve pas. C’est d’ailleurs à ce moment-là que l’on se rend compte du génie des créatifs de Nintendo. Chaque bloc a une place précise, de nombreux stages proposent plusieurs façons de se terminer, ou des défis internes (les fameuses pièces d’or).

Défis des 10 et 100 Mario

Super Mario Maker propose aussi quelques défis offline et online. La partie offline se contente de nous offrir le Défi des 10 Mario, consistant à parcourir 8 stages, créés spécialement par l’équipe de développement, parmi quelques dizaines de niveaux, avec 10 vies maximum. Rien de bien méchant, n’importe quel amateur de Mario pourra terminer cela sans trop de difficulté. Elle arrive pourtant assez rapidement avec le niveau de difficulté suivant, proposant 16 stages bien plus compliqués. Mais avec un peu d’entraînement, ça passe.



Une fois réussi, il est temps de passer à l’étape suivante, à savoir le Défi des 100 Mario. Celui-ci utilise tout simplement les niveaux créés par les joueurs, en fonction de leur difficulté. Cette dernière étant calculée en fonction du nombre de réussite par les joueurs qui s’y seront essayés. On commence donc avec un défi en mode facile comportant 8 niveaux, puis les degrés de difficulté Normal et Expert, comportant 16 niveaux chacun. Et c’est en expert que l’on s'arrache les cheveux. Heureusement, une option permettant de zapper un niveau trop difficile est disponible à tout moment, histoire de ne pas balancer le Gamepad à travers la fenêtre.

Entre Mario Paint et amiibo

Si Super Mario Maker rend évidemment hommage à sa propre série, il fait aussi de multiples clins d’oeil à d’autres jeux, notamment à Mario Paint (Super Nintendo, 1992) avec celui de la tapette à mouches, qui se retrouve en mini jeu se lançant un peu par hasard. Les plus fans reconnaîtront aussi le chien permettant d'effacer la dernière action, la fusée qui elle, efface tout le niveau, ou encore la grenouille, etc… Même l’écran de titre a eu droit aux mêmes délires ! Il suffit de toucher les lettres pour faire apparaître certaines choses, comme à l'époque. Enfin, les vrais connaisseurs reconnaîtront de suite la douce mélodie techno provenant de Mario Artist (64DD, 1999).



Des Easter Eggs, Nintendo en a placé un peu partout. Mais le plus simple, c’est aussi d’utiliser ses fameux amiibo. Sachez de suite que Mario pourra enfiler 99 combinaisons différentes, mais uniquement pour l’univers de Super Mario Bros. premier du nom. Il suffit de placer un amiibo sur le Wii U Gamepad pour faire apparaître l’option dans l’éditeur de niveau, sous forme d’un champignon. Il sera donc possible de se transformer en Luigi, Princess Peach, Bowser, mais aussi Link, Mega Man, l’entraineuse Wii Fit, des personnages d’Animal Crossing, ou plus délirant, sous forme de Mario dans un kart. Un bon délire qui n’affecte évidemment pas la maniablité, mais qui donne un petit côté sympa. Et pour ceux qui ne possèdent pas la totalité des amiibos, qu’ils se rassurent, ces skins se débloquent avec le temps.

Super Mario Maker est donc bien une nouvelle killer app pour la Wii U. Ultra complet, nous avons devant nous l’un des logiciels de création le plus intelligent qui soit, le tout fonctionnant à la manière d’un jeu vidéo classique. Pas de prise de tête pour créer un niveau, pas de nombreuses heures à se demander comment tout cela fonctionne, tout est là, à portée de main. Il ne reste plus qu’à s’amuser et créer, peut-être, des niveaux de Super Mario qui resteront aussi parfaits que ceux créés par Shigeru Miyamoto et Takashi Tezuka en 1985.