Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Portal

Akshell par Akshell,  email
Annoncé quelque part en 2006, Portal devait être le truc en plus accompagnant Half-Life 2 : Episode 2, le cadeau Bonux de l'Orange Box, le truc conceptuel basé sur la technologie des portails déjà vue dans Prey. Bien sympa comme idée, mais est-ce qu'il y a de quoi en faire un vrai jeu ? Et puis pourquoi pas y coller un scénario ? Et voilà, vous avez signé pour être cobaye chez Aperture Science.

- Portal c'est bien le jeu avec des espèces de portails en forme de chatte ?
- Non, ça c'est Prey.


Si Prey est bien le premier jeu à avoir eu l'idée des « portails » en 1997, c'est Nuclear Monkey Software qui a été le premier à en faire un jeu : Narbacular Drop, sorti sous forme de Freeware en 2005. Seulement ce concept ? Pas tout à fait, les portails ne prenant tout leur sens que combinés avec un moteur physique. Valve ayant compris tout l'intérêt du concept s'est contenté d'absorber toute l'équipe de développement pour en faire une version plus évoluée à base de Source Engine.

Les portails de Prey, permettaient de se téléporter d'une zone à une autre, parfois dans la même pièce, pas toujours dans le même sens, mais toujours de manière fixe. Ils enrichissaient le level design là où Portal en fait son gameplay. Exit les armes, remplacées par un unique « Aperture Science Handheld Portal Device » : c'est à vous de placer les portails pour trouver la sortie du niveau. C'est de l' « Environmental puzzle » ou du casse-tête en vue FPS pour faire plus français.


De l'autre côté du portail et ce que Chell y trouva


Vous êtes Chell, une rate de laboratoire, qui telle une princesse de conte de fée se réveille d'un long sommeil prisonnière d'une jolie cellule de 3m sur 3. Habillée de votre belle combinaison orange et de vos bottes à ressorts, vous êtes accueillie par la douce voix nasillarde de GLaDOS (Genetic Lifeform and Disk Operating System). Elle vous guidera et vous prodiguera conseils et encouragements tout au long des 19 tests qui constitueront votre parcours dans le labyrinthe d'Aperture Science jusqu'à la récompense finale, le délicieux gâteau.


Chell got her gun


Portal est un FPS, et comme pour tout bon FPS les premiers niveaux permettent de se familiariser avec l'environnement : découvrir les mécanismes de base qui vous permettront de résoudre les énigmes (boutons, cubes lestés, portes) et bien sûr, la technologie des portails et la physique qui s'y applique.

Une fois votre training de cobaye terminé, vous mettez enfin la main sur votre portal gun et vous lancez dans la résolution de vos premières énigmes, accompagné des commentaires toujours plus délirant et inquiétants de GLaDOS.

Alors que les niveaux augmentent en complexité, des petits bugs vous laissent entrevoir l'envers du décor ; au travers de messages griffonnés vous commencez à prendre conscience de la trame de l'histoire et du piège dans lequel vous êtes tombé.



Quel est le chemin le plus court entre deux points ?


Sam Neil dans Event Horizon vous expliquerait que ce n'est pas la ligne droite, c'est zéro, et qu'il suffit de replier l'espace comme un poster de Playboy pour qu'ils coexistent au même endroit et de percer un petit trou dans miss juillet pour franchir instantanément le passage.

Aperture Science vous offre la joie du voyage instantané en perçant des petits trous dans la réalité : - Visez un mur, appuyez sur la gâchette de gauche et voilà votre portail A. - Visez le plafond, appuyez sur la gâchette de droite, et hop votre portail B. En un tour de main vous créez un passage bidirectionnel qui vous permettra de changer l'ampoule du plafond sans escabeau.

Tant de puissance dans le creux de la main ne va pas sans quelques contraintes : vous ne pouvez avoir qu'un seul portail A et un seul portail B actifs en même temps. Et pour que votre Portal Gun crée un portail il a besoin d'une belle surface bétonnée, nue, et surtout bien visible sans rien dans votre ligne de mire : ni vitre ni surtout le champ de particules incandescentes de la grille d'émancipation matérielle qui vous empêchera aussi de partir avec votre ami le cube de voyage.



- Entre le Gravity Gun et le Portal Gun, c'est qui le plus fort ?
- Euh...


C'est qu'en plus du Source Engine, Portal partage avec Half-Life² une certaine idée du level design et du gameplay. En plus des tourelles de tir aussi amicales que mortelles, vous retrouverez aussi les boules d'énergie et leurs réceptacles pour réanimer les divers mécanismes qui vous feront avancer dans le niveau.

Entre les vitres blindées, les bains d'acide et les parois métalliques unportailisables, vous vous rendrez rapidement compte que placer un portail n'est pas toujours une sinécure et que vous aurez besoin de toute votre intelligence pour savoir où le poser sans danger.



Et pour finir en beauté, les 15 premières minutes filmées par Crazy_hunter
Une progression bien maîtrisée, un gameplay vraiment efficace, le tout agrémenté d'un scénario intriguant contenant de l'humour, mais le jeu est diablement trop court, entre deux et trois heures pour en faire le tour. Restent les niveaux bonus qui ne viennent que péniblement renforcer la durée en proposant de refaire six des niveaux les plus durs dans des versions encore plus dures. Mais surtout bien plus basées sur votre skill au tir et votre rapidité que sur votre intelligence. Le concept du jeu s'y noie avec l'intérêt du joueur.
Rechercher sur Factornews