Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Cold Fear

Joule par Joule,  email  @j0ule  
Après un Alone in the Dark IV aussi réussi artistiquement que fade dans sa substance ludique, le studio français Darworks revient sur le devant de la scène avec un nouveau survival horror. Elevé aux brouzoufs d’Ubisoft et plutôt séduisant dans son approche, à nouveau, artistique, Cold Fear promet de nous inonder de sueurs froides pad en main.

Tom sauveur


Il pleut comme vache qui pisse. Vraiment pas un temps à mettre le nez dehors, doit se dire Tom Hansen, héros malgré lui, parachuté sur un bateau en détresse. Le vent glacial lui gifle les joues. Lorsque les radios se mettent à grésiller et que Tom entend ses collègues se faire éventrer un à un, notre héros blondinet digne des récentes séries B pour ados doit décidément se demander ce qu’il est venu faire dans cette galère. Zeus fait parler la foudre. Une ombre passe derrière un carreau de fenêtre sans que l’on puisse distinguer sa forme réelle. Tom peut carrément commencer à flipper, et le jeu de débuter.


Fear Factor


Les premiers pas sur le navire sont autant de bonnes surprises. La tempête n’est pas seulement le cadre idéal pour faire monter le trouillomètre, puisqu’elle devient un ennemi à part entière contre qui on lutte à chaque passage en extérieur. Il faut par exemple s’accrocher au décor pour éviter de passer par-dessus bord ou prendre en compte le tangage lorsque l’on vise avec son flingue. Flingue qui a eu la bonne idée de se faire greffer une mini lampe-torche pour que Tom soit un tantinet illuminé dans les nombreux recoins sombres dont regorge Cold Fear. Ce sera d’ailleurs la seule arme disposant de cet appendice salvateur, le reste de l’arsenal se contentant d’être ravageur, comme le rapide AK-47 obtenu assez tôt dans le jeu, le puissant fusil à pompe ou le jubilatoire lance-flammes.

Cold Fear se révèle assez classique, mais grâce à ses petites nouveautés, il apporte un peu de fraîcheur au genre. On aurait pu conclure ici. Hélas non.


Et le navire coule


Après donc ces premières impressions de jeu, plaisantes malgré les défauts inhérents au genre - maniabilité hasardeuse, animations façon balai dans le cul - Cold Fear devient une soupe insipide déjà-vu déjà-joué bien décevante.

Le scénario fait dans l’ultra original, puisque des petites bestioles, les Exocels, s’emparent d’humains pour en faire des zombies. Le joueur doit donc remonter à la source du problème, qui se trouve au cœur d’une plateforme pétrolière. Et c’est ici qu’on déchante. La deuxième partie de jeu qui se situe sur cette maudite plateforme est insipide. La tempête dynamique laisse place à un level design des plus décevants, cristallisé par des niveaux plus ouverts donc moins stressants et des énigmes frappées du sceau "clé-porte" qui en deviennent ennuyeuses à mourir. On se retrouve privé des seules miettes de nouveautés que nous proposait Cold Fear en un clin d’œil. Face à une concurrence aussi rude que celle proposée par les Silent Hill ou plus récemment par Resident Evil 4 pour ne citer que les gros, Cold Fear ne fait vraiment pas le poids.


J'irai au bout de mes cauchemars


Pourtant, on a envie d’aller jusqu’à la fin de l’aventure, sans savoir vraiment pourquoi. Peut être est-ce grâce à la diversité du bestiaire, qui arrive quand même à étonner là où l’on pensait avoir tout vu. Sûrement aussi grâce à des graphismes soignés, qui immergent le joueur dans le jeu là où le scénario a lamentablement échoué. Autant les personnages que les décors ont subi tout le soin nécessaire, et les effets de tempête sont incroyablement bien rendus. Peut-être est-ce également grâce à notre sensibilité française qui nous pousse à apprécier un peu plus le travail d’un studio français, ou au moins à découvrir l’ensemble de leur travail sur un projet de cette envergure. Malheureusement, cela ne suffit pas à en faire l’un des ténors d’un genre aux séries déjà bien installées.

Avec ce Cold Fear, Darkworks n’a pas vraiment comblé les lacunes de son Alone in the Dark IV. Encore une fois, le titre est pétri de qualités artistiques, et en met plein la vue au joueur durant les premières heures de jeu. Mais ce n'est que pour le plonger ensuite dans un ennui qui ne le quittera pas jusqu’à la fin. Vu la qualité proposée par la concurrence, Cold Fear aura vraiment du mal à se sortir du lot.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews