Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

E3 2018 : Premières mises à couvert dans The Division 2

Fougère par Fougère,  email  @JeSuisUneFouger
 
Porte étendard du game as a service chez Ubisoft, The Division a eu une vie mouvementée jusqu’à maintenant. Entre les bugs qui cassaient complètement le jeu, la triche dans la zone dédiée au PvP et l’équilibrage parfois discutable du jeu à haut niveau, le titre de Massive Entertainment a tout de même réussi à tirer son épingle du jeu. Après quelques années à faire vivre le titre grâce à des ajouts de contenu réguliers, voici venue sa suite, qui devrait corriger tout ça.
The Division, c’est un tactical shooter avec une grosse composante RPG en ligne. Vous contrôlez un agent d’une force de frappe super secrète, The Division, qui devient actif quand une attaque biologique transforme les US en immense charnier à ciel ouvert. Quelques mois et des millions de morts plus tard, vous vous retrouvez à dégommer les criminels qui arpentent des rues désertées tout en protégeant les rares civils qui n’ont pas succombé au virus. Imaginez Diablo, avec des flingues et une vue TPS. The Division 2 ne va pas révolutionner cette formule, mais va plutôt apporter tout un tas de petites modifications qui va renouveler l’expérience de jeu.

Le lieu tout d’abord. On quitte New York, ses gratte-ciels et son hiver interminable, pour migrer vers Washington DC, ses bâtiments qui restent près du sol et sa météo beaucoup plus clémente. Ça a l’air con dit comme ça, mais ça change pas mal l’ambiance de pouvoir contempler le ciel en levant le nez, plutôt que des grattes ciels dans tous les sens. De plus, les zones de jeu ne sont plus limitées aux rues entre 2 building, maintenant on peut aller s’amuser dans des zones plus ouvertes, comme des parcs ou des terrains vagues. La démo présentée nous faisait évoluer à travers des zones assez grandes, avec des ennemis qui n’hésitaient pas à faire de grande boucle pour nous prendre de flan, jusqu’à la confrontation finale située à côté de la carcasse d’Air Force One qui s’était crashé pas loin.

Si nous n’avons malheureusement pas eu le temps de nous attarder sur les menus et la personnalisation du personnage, que ce soit au niveau des skills que de son équipement, on a cependant pu tester le nouveau système de combat en profondeur. Rassurez-vous, on doit toujours se mettre à couvert et sortir son museau au bon moment pour arroser copieusement les ennemis, quelques petites nouveautés font quand même leur apparition comme la barre de vie qui se régénère toute seule, beaucoup plus vite et dans sa totalité, ou la compétence signature (l’ultime local) a été remplacée par une arme beaucoup plus puissante mais avec des munitions limitées. Les plus gros changements viennent au niveau des environnements, avec beaucoup plus d’éléments interactifs, et la gestion de l’armure, que ce soit au niveau des joueurs ou des ennemis. En étudiant attentivement le champ de bataille, on pourra remarquer les nombreux bidons rouge, explosifs, caisse de munitions et autres pièges qui attendent tranquillement qu’on les déclenche dans le dos des ennemis pour faire de gros dégâts. Enfin, l’armure absorbe désormais l’intégralité des dégâts infligés, les joueurs pouvant utiliser un consommable pour se protéger tandis que les ennemis les plus costauds sont désormais blindés de la tête au pied. Il faudra concentrer vos tirs sur une partie spécifique de votre adversaire pour détruire le blindage et entamer ainsi sa barre de vie.


 
« Pareil mais en différent », c’est ainsi qu’on peut résumer The Division 2. Ceux qui ont déjà essoré le premier épisode retrouveront leurs marques avec quelques petites modifications appréciables, tandis que ceux qui n’ont pas encore sauter le pas découvriront un titre nerveux et tactique, qui prend tout son sens en coopération. Il n’y a plus qu’à attendre la sortie pour voir si l’ensemble de l’expérience tient ses promesses.
Rechercher sur Factornews