Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

E3 2018 : Premières cendres dans Ashen

Fougère par Fougère,  email  @JeSuisUneFouger
 
Présenté lors de l’E3 2015, Ashen s’était un peu fait oublier depuis. Au-delà d’une vidéo l’année dernière pour donner signe de vie, on n’avait pas eu beaucoup d’informations sur le jeu depuis. C’est donc avec plaisir qu’on a pu mettre les mains dessus pendant le Xbox showcase.
Ashen, c’est un action-RPG avec une barre d’endurance, des ennemis qui tapent fort et des environnements bourrés de secrets. Oui, on pense tous à la même chose, mais passons. Le premier truc qui frappe, c’est la direction artistique du jeu. Des environnements avec pleins d’arrêtes et des gros polygones, des personnages avec des visages lisses comme des culs de bébé, on dirait que les artistes derrière Absolver sont allés bosser dans un autre studio pendant leurs vacances d’été. Ensuite, le jeu se veut beaucoup plus narratif que son auguste modèle, avec des personnages qui parlent longuement, des quêtes pleines de textes à lire et qui s’inscrivent dans l’univers développé.

La démo proposée nous permettait d’explorer la première zone du jeu. Après avoir assisté à la renaissance de l’Ashen, une figure mythologique apparemment assez importante dans le coin, un demi-manchot vous charge de restaurer une espèce de forge qui va servir à faire progresser votre personnage, vous permettant ainsi d’aller protéger de votre vie l’Ashen qui est en train de finir sa sieste. Vous allez devoir explorer la première zone de jeu pour retrouver les éléments nécessaires à sa reconstruction, en étant accompagné d’un NPC qui vous aidera dans les combats. En explorant la zone, on est tombé sur différents types d’ennemis, qui allaient du gros loubard qui cogne sec au guerrier armé d’un combo hache / bouclier en passant par le petit fils de pute qui reste à distance en essayant de nous embrocher avec des lances. Les combats sont assez classiques : on tape, on esquive et on bloque en faisant attention à notre barre d’endurance, sinon on se prend une grosse punition dans les gencives quand elle arrive à 0. Les ennemis ne sont pas particulièrement costauds, le PNJ qui nous accompagne peut les étaler sans problème, mais nous non plus. Une seconde d’inattention, et c’est la moitié de la barre de vie qui dégage, sans possibilité de récupération autre que de très très rares potions. Il faut donc être prudent, vérifier qu’il n’y a pas de surprises qui se planquent dans les buissons et progresser lentement mais sûrement.

L’autre gros morceau, c’est l’exploration. En 30 minutes de jeu, on a eu le temps de trouver plusieurs zones secrètes, des objets bien cachés dans les coins, ainsi que des grottes où l’absence complète de lumière empêchait de voir les grosses araignées qui venaient nous grignoter les mollets. Impossible de savoir si l’ensemble du titre sera à l’aune de cette première zone, mais si c’est le cas, ça promet de looooongues heures de jeu. Le travail abattu est vraiment impressionnant, avec des chemins de traverse qui partent de tous les côtés, une verticalité bien exploitée et des nouveaux coins à explorer qui se dévoilent grâce à des angles de caméra précis. Bref, y a de quoi s’amuser, surtout en sachant que le jeu sera un open world semi-multijoueur. En gros, vous aurez la possibilité d’apparaître ou de recevoir la visite d’autres joueurs pendant vos explorations, en prenant la forme d’un NPC. Si vous décidez de faire équipe, vous aurez la possibilité de ramener votre nouveau copain à votre camp et de mettre à profit ses talents de NPC pour votre propre bénéfice. C’est comme ça que vous débloquerez un meilleur forgeron, un marchand d’objets rares, et ainsi de suite. Le système est un peu nébuleux pour le moment, il faudra attendre de pouvoir jouer plus longuement pour vraiment comprendre de quoi il s’agit.

Pour une première impression, on est plutôt convaincu. Le combo direction artistique / combat / exploration rend à lui seul le jeu intéressant, même si l’ensemble reste classique. On attend donc avec impatience de voir ce que le jeu peut offrir au niveau de sa narration, son système de compagnons et son monde ouvert.
Rechercher sur Factornews