Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
ARTICLE

Les grands méchants du jeu vidéo - Claude

K.Mizol par K.Mizol,  email  @Super_Slip_Man
Ils ne sont pas beaux, ils sont souvent très crétins, voire même caricaturaux à souhait, mais le jeu vidéo sans eux, ce serait rudement chiant. Nous vous proposons cette petite chronique régulière en hommage aux méchants.
Claude de Grand Theft Auto III (2001) a de particulier qu’il est le premier grand méchant aussi populaire que le joueur n’a pas à buter, ni même à affronter. On l’incarne. Muet alors que les gens qu’il côtoie parlent (et sont même doublés par des acteurs de renom), on ne saura finalement son prénom que lors de son apparition hilarante de quelques minutes dans Grand Theft Auto : San Andreas quelques années plus tard.

 
Un muet sans nom, on fait mieux niveau charisme. Oui mais la prestance de Claude est ailleurs. On sait d’entrée qu’il n’est pas un bon samaritain puisqu’on en prend les commandes alors qu’un fourgon de prisonniers dont il fait partie se fait attaquer. On profite alors du chaos ambiant pour s’échapper. S’en suivra pour lui (et donc nous) un gravissement d’échelons de la criminalité de Liberty City, ville fictive contemporaine en monde ouvert.
 
Claude exécute froidement les missions qu’on lui propose, sans émettre aucune émotion. Mais la symbolique tient plus du manque d’évolution technologique que de la psychologie. Si Claude est définitivement méchant et restera à jamais comme un des plus marquants du jeu vidéo, c’est bien parce qu’il peut être encore plus sadique que les développeurs l’ont imaginé grâce aux actions du joueur.


 
Avec Claude, j’ai écrasé des centaines d’innocents promeneurs en roulant à fond à la caisse, j’ai tiré au bazooka sur des badauds effrayés qui n’avaient rien demandé, j’ai buté des flics à la pelle juste pour voir ce que ça faisait ou entamé de folles courses poursuites dans les rues. J’ai même piqué l’ambulance du secouriste qui venait réanimer un type que j’avais refroidi quelques minutes avant parce qu’il m’avait coupé la route sans le vouloir. Ce n’était pas tout à fait une grande première dans un jeu vidéo, mais l’apparition de la 3D dans la saga a tout bouleversé et rendait les choses tangibles et grisantes.
 
Finalement, Claude est un des plus grands méchants du jeu vidéo parce qu’il est ce pionnier à nous avoir renvoyé par millions au véritable plus grand méchant du jeu vidéo : nous-même. Et être méchant, putain, ce que c’est bon !
Rechercher sur Factornews