Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

Le Guide Factor Apple Arcade, partie 15

Ricardo par Ricardo,  email  @Ricardo13Gaming
 
Une fois n'est pas coutume, et malgré le fait que ce ne soit pas le but de ce guide, nous allons suivre l'actualité cette fois-ci avec l'essai des trois derniers jeux sortis sur Apple Arcade : la suite d'une des gloire passée du jeu d'aventure, un nouvel anti-héro et le retour de l'éponge jaune. Et les trois, chacun dans leur style sont un ravissement pour les yeux. Mais voyez vous-même. Côté stats l'abonnement en est à 125 jeux sortis, dont 53 essayés ici.

Beyond a Steel Sky

Qu’est-ce que c’est?

Un jeu d'aventure plus tout à fait point & click. C’est développé par Revolution Software (avec toujours Charles Cecil et Dave Gibbons), à qui l'on doit évidemment "Beneath A steel Sky" ou bien encore "Les Chevaliers de Baphomet". Exclu temporaire, sortira aussi sur tout (PC/PS4/Switch/Xbox One)

On y joue comment?

Les contrôles sont pensés pour le pad mais sont également bien adaptés pour le combo souris/clavier sur Mac. Orientation paysage imposée. Préférez les grands écrans. (Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et Mac OS Catalina, avec et sans pad Xbox One et DualShock 4)

Et ça donne quoi?

C'est pas mal du tout

La voici la grosse cartouche "Aventure" de l'Apple Arcade. Je vais être honnête et partager ma honte avec vous: je n'ai jamais touché à Beneath A Steel Sky. Mais ne me jetez pas de souris en pleine tête tout de suite, je connais son histoire et son aura d'excellent point & click
Dans cette suite directe, vous incarnez toujours Robert Foster qui revient dans un Union City qu'il avait laissé entre les mains du robot qu'il avait lui même créé. Cette fois-ci ce n'est pas la vengeance qui le pousse à aller de l'avant mais l'espoir de revoir un enfant kidnappé devant ses yeux par les Traqueurs de ce même Union City.  C'est quand même un aimant à problèmes le Bobby, le genre de mec qu'il faut éviter d'avoir dans ton entourage, mais il est quand même bien brave de tout faire pour te sortir d'affaire.
L'intro en écrans fixes façon BD fait un peu daté par rapport aux cinématiques avec le moteur du jeu, qui lui s'en sort très bien.
La DA cyberpunk en cell shading est du plus bel effet, mais malgré un essai sur des appareils récents, on est très loin d'atteindre les 60 FPS, et ça fait mal aux pupilles. Espérons une optimisation dans une future mise a jour, ou une sortie sur une machine plus à l'aise?
Le jeu n'est plus vraiment un point & click, vous déplacez ce cher Robert au stick en vue à la troisième personne ce qui dynamise la progression mais vous garde quand même dans le genre avec ses innombrables dialogues (tous doublés en anglais et sous-titrés notamment en français, leur qualité étant en dent de scie mais globalement bonne) et surtout ses contrôles où vous devez viser et actionner.  
 
Listons maintenant ce qui fâche : le rythme et les déplacements de Robert sont lents, les dialogues omniprésents et les aller-retours entre PNJ (obligatoires pour faire avancer l'intrigue ou résoudre les puzzles) nombreux. Pas sur que cela sied parfaitement aux joueurs d'aujourd'hui. Dommage également que les énigmes doivent obligatoirement être résolues comme le jeu le souhaite et pas de plusieurs façons pourtant parfois plus logiques. Enfin quelques problèmes d'interface viennent nous faire pester de temps à autre. Mais attention il y a aussi des points positifs!
Comme dit plus haut la réalisation est de bonne facture, l'ambiance sonore tout autant, et le jeu promet une longue et interessante aventure. Niveau gameplay, le hack des appareils connectés au réseau central promet de très bonnes séquences de jeu.

Je suis plutôt emballé par ce que dégage BASS, et le ferait probablement en entier plus tard (avec un peu plus de temps et quand il aura reçu quelques mises à jour technique), mais malgré d'évidentes qualités il n'atteindra probablement pas le rang de jeu culte de son prédécesseur, en partie car s'il révolutionnait peut-être le genre en 1994, ce n'est pas le cas dans cette suite. Mais ne boudons pas notre plaisir, car il est vrai qu'il n'y en a pas beaucoup des jeux de cette trempe dans l'abo d'Apple.

Little Orpheus

Qu’est-ce que c’est?

Un jeu de plateformes. C’est développé par The Chinese Room ayant créés des jeux bien plus sérieux auparavant (Dear Esther, Amnesia, Everybody's Gone to the Rapture etc...). Exclu Apple Arcade

On y joue comment?

Les contrôles sont pensés pour le pad, fuyez le tactile. Orientation paysage imposée. Préférez les grands écrans. (Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et Mac OS Catalina, avec et sans pad Xbox One et DualShock 4)

Et ça donne quoi?

C'est pas mal du tout

Vous êtes Ivan Ivanovich Privalov, un soldat un peu benêt envoyé par l'armée Russe pour sonder le centre de la terre grâce à un appareil nommé Little Orpheus. 
Vous jouez ce que raconte Ivan au général en chef, et cet interrogatoire couvrira votre périple au fur et à mesure de votre avancée. Les dialogues sont doublés en anglais, avec un accent russkov à couper au couteau et sous-titrés en français... c'est spécial.
Vous arpentez ce qui ressemble à une jungle souterraine inconnue des hommes à la surface, et peuplée d'une faune et d'une flore surdimensionnée, voire préhistorique (ça rappelle fortement "King Kong" ou évidemment "Voyage au centre de la terre"). Votre première "mission" est un jeu du chat et de la souris avec un T-Rex à la place du chat. Vous entrez ensuite dans ce qui ressemble à un village d'être humanoïdes, et ainsi de suite.
Chaque niveau est découpé en épisodes (avec générique de début et de fin) comme une série TV. 
Niveau gameplay c'est très spartiate (courir, sauter, interagir) avec très peu d'interactions et beaucoup de fuite pour sauver votre peau. On a d'avantage envie de continuer pour l'histoire et la mise en scene que pour les mécaniques de jeu.  
 
La vue et la progression le rapproche beaucoup de Inside (graphismes 3D et gameplay 2D) sans le génie du jeu de Playdead à priori (en tout cas de ce que j'ai pu en voir durant les 2 premiers épisodes). L'univers loufoque et le récit très loquace finissent par différencier les 2 jeux.
L'ambiance sonore est parfaitement adaptée et très soignée, voire épique par moment, les graphismes et les animations un enchantement pour les yeux (votre avatar fait parfois penser à Luigi's Mansion dans l'attitude et les mimiques, excusez du peu). 
Au chapitre des regrets, j'en ai deux : tout d'abord ce manque de puzzles et d'actions possibles pour le joueur qui peut s'avérer frustrant si cela continue avec les niveaux suivants. Ensuite un détail qui fait tache: les sous-titres sont énormes et très mal intégrés (police banale au possible et écrits en orange et rose (!)).

A part cela le jeu enchante et donne envie de voir la suite, et c'est tout ce qu'on demande au final.

Bob l'éponge - Le pâté de crabe

Qu’est-ce que c’est?

C'est un runner. C’est édité par Nickelodeon (la maison mère de la licence) et développé par Old Skull Games (Merci Djinn) ayant déjà créés quelques jeux mobiles dont Ridge Racer: Draw & Drift. Exclu Apple Arcade

On y joue comment?

Les contrôles sont pensés pour le tactile mais sont très bien adaptés au pad également. Orientation paysage imposée. A l'aise sur tout support Apple. (Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et Mac OS Catalina, avec et sans pad Xbox One et DualShock 4)

Et ça donne quoi?

C'est pas mal
La première chose qui frappe ce sont les magnifiques graphismes accompagnés d'animations au poil (et à priori aucune lacune technique ne vient noircir ce tableau). Un très bon point.
L'univers est bien respecté (pour ce que je connais de la licence) et reste très enfantin dans ses dialogues.
En parlant d'eux, les voix sont en anglais et sous-titrés en français.
Dommage d'ailleurs que le doublage ne soit pas en français, le fan service et l'accessibilité du titre pour les plus jeunes (la cible de toute évidence) en prends un coup.
Niveau gameplay, comme tout runner qui se respecte, votre personnage avance sans action du joueur, et impose le rythme de la "balade".
Vous pouvez néanmoins changer de direction quand bon vous semble voire même vous arrêter pour reprendre votre souffle (si besoin).
Côté actions, Bob peut sauter, planer, frapper, faire une charge descendante et pleins d'autres choses avec ses transformations qui permettent de varier le gameplay tout au long de l'aventure.
Pas de gros challenge en perspective, les tout petits pourront s'y adonner sans énervements.
Vous commencez avec Bob et devez retrouver la recette du pâté de crabe, et au passage, libérer vos amis. Ces derniers vous accompagneront au fur et à mesure que vous leur rendez leur liberté. Suivant les personnages débloqués, de nouvelles zones seront accessibles augmentant ainsi la rejouabilité des niveaux. 

Le jeu coche donc à peu près toute les cases pour en faire un bon runner et passer un agréable moment en sa compagnie, mais personnellement le manque de challenge ne me fera certainement pas relancer une partie à l'avenir.

PS : Pour rappel, un document Google Spreadsheet est à votre entière disposition pour voir un récapitulatif de tous les jeux essayés dans ce guide Factor, ainsi que la liste des jeux restants de l'abonnement. 

Et on se retrouve dans environs deux semaines pour la 16ème partie du guide Factor Apple Arcade!

Rechercher sur Factornews