Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

[E3 2017] Premiers articles dans State Of Mind

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Et voilà. C'est la dernière preview de cet E3 2017 et on finit donc cette édition 2017 avec State Of Mind, la nouvelle production Daedalic Entertainment, les créateurs de Deponia et de tout plein de jeux d'aventures allemands dont feu ClémentXVII était friand.

Pour State Of Mind, Daedalic a abandonné la 2D et le Moyen-Age au profit d'un thriller futuristique tournant sous Unreal Engine 4.
State Of Mind nous met dans la peau de Richard Nolan dans un futur proche où la technologie est omniprésente. Richard est journaliste dans un magazine dédié à la tech type The Verge. Le seul problème est qu'il ne peut pas blairer la tech'. Un journaliste spécialisé qui n'aime pas ce sur quoi il écrit ? Je demande en rigolant à la RP de Daedalic si ce n'est pas une métaphore de l'E3.

Quoi qu'il en soit Richard se réveille à moitié amnésique après un accident de voiture. On contrôle le bonhomme au pad à la troisième personne et toutes les actions (regarder, prendre un objet, parler...) sont contextuelles. Dans le futur, tout le monde portera des lentilles de réalité augmentée. L'interface apparait donc au dessus des objets et personnes avec lesquelles on peut interagir. Ne vous attendez pas à un gameplay de folie : c'est avant tout un jeu narratif. Son PC portable (le futur on vous dit) vous pemet de prendre des notes et de lister les indices. On discute avec le toubib qui nous pose des questions qui nous permettent de nous souvenir de l'accident, du prénom de son gamin et de celui de sa femme.



On finit par rentrer chez soi dans un appartement bourré de tech du sol au plafond, encore une fois logique pour un mec qui déteste cela. Sa femme et son gamin ont disparu et pour tenter de savoir ce qu'ils sont devenus, Richard appelle ... sa maitresse. Selon la fiche Steam, Richard est un homme torturé mais jusqu'à présent il nous apparait surtout comme un connard aigri. En regardant par la fenêtre, on se rend compte qu'on est entouré d'immeubles gris et moches. Le jeu se passe à Berlin en 2048 dans ce qui ressemble fort à notre futur dystopique. Le jeu comporte une deuxième réalité : en enfilant un casque de RV, Richard se retrouve dans une utopie où les immeubles sont blancs et couverts de végétation. Il faudra enquêter dans les deux réalités pour avoir le fin mot de l'histoire. Accessoirement Richard ne sera pas le seul personnage jouable.

Très franchement, la démo ne montrait pas grand chose mais permettait d'admirer le style graphique unique du jeu. Les décors sont assez classiques mais les personnages n'utilisent qu'une poignée de polygones et du flat shading. Le résultat est plutôt joli et permet à State Of Mind de se démarquer des autres productions UE 4. Accessoirement cela permettra au jeu de tourner sur Switch.
Faire une démo E3 n'est jamais simple mais montrer le prologue d'un jeu d'aventure est la garantie de rater sa démo. Il ne se passe rien, on n'apprend pas grand chose sur l'univers et on en ressort déçu au lieu de curieux. State Of Mind sortira le premier trimestre 2018 sur PC, PS4, XO et Switch. Peut être que les mois prochains montreront le jeu sous un meilleur angle.
Rechercher sur Factornews