Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Phoenix Wright : Ace Attorney

Fakir Bleu par Fakir Bleu,  email
La série Gyakutensaiban, déjà célèbre au Japon grâce notamment à ses épisodes GBA, profite du nouveau support Nintendo au double écran pour s’offrir une incursion en occident. Adaptation du premier épisode sorti il y a quelques années sur Gameboy Advance, Phoenix Wright : Ace Attorney raviera tous les amateurs de jeu d’enquêtes à l’ancienne.

Cas de divorce


Non, ici rien ne vous rappellera la cultissime série AB production. Vous débutez dans la peau d’un jeune avocat inexpérimenté tout droit sorti de la fac. Cet épisode va englober les 5 premiers cas de votre prochaine météoritique carrière. Par le biais de ces cas qui semblent isolés va se tramer en arrière plan une intrigue encore plus complexe qui concerne vos amis les plus proches. L’alternance entre humour et sérieux est parfaitement menée, et la narration est un plaisir de tous les instants. Les péripéties et rebondissements sont vraiment nombreux, créant ainsi sans cesse la surprise. Cette version européenne qui vient de sortir propose, et c'est rare pour le signaler, une traduction plutôt fidèle à la VO, permettant de conserver intact l'esprit de la série et l'impact de dialogues réussis.

Objection !


Les mécanismes du jeu sont toujours peu ou prou les mêmes. Vous commencez tout d’abord par une enquête de type policière. Vous récoltez les indices, témoignages et preuves qui vont vous permettre de faire la différence lors du procès à venir. Pour cela, vous disposez de commandes qui sont : « examine » qui permet de chercher des indices sur des lieux grâce à l’écran tactile. « move » quand à lui vous permet de vous rendre sur les différents lieux qui vous sont proposés et « talk » vous permettra d’interroger les protagonistes. « present » est plus spécifique et permet de montrer des objets et des preuves aux personnages afin d’obtenir de nouveaux indices, objets ou lieux. Une fois que vous avez récolté suffisamment d’éléments, le jeu vous transporte au procès.

Plus fort que Johnnie Cochran


C’est ici que les choses sérieuses débutent. A l’instar des jeux qui ont fait la réputation de Capcom, à savoir la baston, on peut comparer le tribunal à une arène. Vous êtes en opposition avec différents procureurs, qui seront des personnages majeurs. La différence se fait toujours lors de l’interrogatoire de témoins qui ont été briefés par la partie civile afin de clore le dossier rapidement. A vous de trouver les failles de ces témoignages en proposant vos preuves aux moments adéquats et obtenir ce que vous voulez, une relaxe de votre client, voire une condamnation d'un autre intervenant.

Capcom redonne espoirs aux vieux briscards avec une nouvelle sorte de point’n click dans un cadre juridique qui s’y prête parfaitement. Le rythme nerveux, le coté humoristique, la localisation réussie font de ce Phoenix Wright : Ace Attorney un des « must have » de ce début d'année pour tout possesseur de Nintendo DS.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews