Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

GTA 4 : The Ballad of Gay Tony

Zaza le Nounours par Zaza le Nounours,  email  @ZazaLeNounours
 
Rockstar nous a conviés cet après-midi au Loft Microsoft pour nous présenter The Ballad of Gay Tony, la deuxième extension pour GTA IV exclusive à la Xbox 360. À un mois de la sortie, nous avons pu nous essayer à quelques missions et découvrir quels nouveaux personnages nous serons amenés à croiser au cours de l'aventure de Luis Lopez, bras droit de Tony Prince, roi du monde de la nuit de Liberty City. En piste !
Comme pour la précédente extension, The Lost & Damned, The Ballad of Gay Tony vous permettra dès le début de vous rendre où bon vous semble dans la ville. Le scénario sera également parallèle aux aventures de Niko Bellic et Johnny Klebitz, et on devrait donc une nouvelle fois être amenés à redécouvrir des événements déjà connus depuis un autre angle. Au rayon des nouveautés, on trouvera le système de score en fin de mission, inspiré de GTA Chinatown Wars, qui donnera accès à un classement en fonction de son efficacité mais surtout (enfin !) la possibilité de rejouer les missions.

Parlons-en des missions, justement. Nous avons pu en découvrir quatre. La première était l'occasion de fêter le retour du basejump : depuis un hélico, Luis saute en parachute et va se poser tranquillement sur le toit d'un gratte-ciel, avant de rentrer dans celui-ci et de commencer à faire le ménage à l'aide d'un P90. Les affrontements sont toujours aussi couillus,on glisse d'un couvert à l'autre, et on peut même viser les tuyaux pour les percer et en faire surgir de la vapeur afin de faire sortir les bad guys de leur cachette. Une fois quelques étages descendus et au terme d'une ultime fusillade, on rencontre l'homme qu'on était venu voir (et par "rencontre", il faut comprendre "balance par la fenêtre"), et plutôt que de redescendre au niveau de la mer d'un pas alerte par les escaliers, on se jette dans le vide avant d'atterrir en douceur à l'aide de son parachute sur la remorque d'un camion. Une première mission qui donne le ton d'emblée : cet épisode est parti pour être particulièrement explosif.

La deuxième mission présentée ici était l'occasion de rencontrer Yusuf Amir, promotteur immobilier très bling-bling. Celui-ci souhaite que Luis l'aide à récupérer une certaine marchandise située dans le wagon d'un train. Direction donc un pont surplombant la voie de chemin de fer, du haut duquel Luis va sauter pour atterrir sur le train convoité. Il va devoir se rendre jusqu'au wagon de tête, tout en dégommant une meute d'hélicoptères du LCPD et de flics postés le long de la voie à l'aide d'un des nouveaux jouets que proposera cette extension, en l'occurrence un fusil à pompe à balles explosives. Une pétoire qui fait bien évidemment de gros dégats puisqu'il suffira deux deux ou trois décharges pour que les nuisibles aillent s'écraser au sol. Une fois arrivé au wagon de tête, Luis le détache et Yusuf débarque alors dans un hélicoptère qui va purement et simplement embarquer par les airs le wagon vers sa destination.

La troisième mission, plus classique et terre-à-terre, nous invitait à nous rendre dans un parking, à poser où bon nous semble quelques stickybombs qui feront office de comité d'accueil pour les camions du SWAT qui ne tardent pas à débarquer. Et si jamais les explosifs, déclenchés par un détonateur, ne suffisent pas à envoyer tout le monde à terre, vous pourrez ensuite faire de l'ordre par le vide avec une surpuissante mitrailleuse lourde, bien pratique pour faire des trous dans les gilets pare-balles et les gens cachés en-dessous.

La dernière missions de cette présentation renouait avec le côté grand spectacle aérien du début, en nous invitant à nous rendre en bateau sur un yacht pour y emprunter l'hélicoptère qui s'y trouve. Une fois Luis à bord, et après avoir éventuellement massacré les occupants du navire qui avaient pourtant l'air de bien s'amuser sur leur croisière, Yusuf nous passe un coup de fil pour nous demander de couler le yacht. Un demi-tour et quelques tirs de roquettes bien sentis plus tard, le bateau coule mais certains de ses occupants ont réussi à prendre la fuite. Il faut alors se lancer à leur poursuite pour les réduire au silence. Autant le dire tout de suite, on a tous lutté et nos prestations ont vraiment dû faire de la peine à voir, mais on a fini par venir à bout de nos victimes après avoir tiré suffisamment de roquettes pour ravager un petit pays.

Cette Ballad of Gay Tony semble vouloir donc nous offrir un nouvel épisode riche en sensations fortes, et on ne va pas s'en plaindre. On espère que le rythme parviendra à rester toujours aussi soutenu durant toute l'aventure, et que le scénario et les personnages réussiront à nous accrocher entre deux spectacles sons et lumières. Connaissant Rockstar, il n'y a pas trop de soucis à se faire de ce côté-là.
Rechercher sur Factornews