Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.

Un Rédacteur Factornews vous demande :

Forums

Le dernier film que vous avez regardé²
Bistoufly
Membre Factor
Membre 346 msgs
Arsh a écrit :
Bon par contre touchez pas à Back to the future.


Ahahah.
Tu rêves.
 
GTB
Membre Factor
Membre 1923 msgs
@hohun> Don't Look Up n'est pas subtil (et c'est précisément le but) mais il est malin dans son bourrinisme. Le sujet du film n'est en aucun cas de montrer comment ça se passerait demain si une comète nous fonçait sur la tronche. Il part de ce postulat pour mettre en scène des comportements déjà actuels (mais pas encore majoritaire), sur des problématiques déjà actuelles, et les amplifier pour imaginer ce que ça pourrait donner.

Il y a 2ans, quand Sars-cov 2 a commencé à pointer son nez en Chine, au tout début, il ne faisait pas bon avoir les yeux bridés à Paris. Je parle carrément d'agressions parce qu'à l'autre bout du monde une épidémie d'un nouveau virus commençait. Je me souviens d'un décès à New York; une personne qui dans la rue à fait un malaise et qui en fait avait juste besoin de son médoc dans son sac, mais personne n'avait voulu s'en approcher par peur du virus; alors que la probabilité que ce soit ce virus de l'autre bout du monde était infiniment proche de zéro. On démarrait fort dans l'absurdité.
Et pourtant paradoxalement en deuxième effet kiss cool, quand Sars-cov 2 a commencé à sortir de Chine et à passer en pandémie, dans les médias comme dans la population ça commençait à parler d'une petite grippe de merde. Le début de plusieurs formes de rejets. Puis on a eut droit à toute la tripotée de théories complotistes à la con (débattu y compris dans les médias) avec des propos et énergumènes autrement plus abrutis que dans le film. Il y a eut cet allumés de Raoult (loin d'être oublié, sa dernière prise de parole sur sa chaine youtube il y a quelque jours affiche plusieurs millions de vues; alors que la chaine de l'IUT avait moins de 10.000 abonnés avant cette pandémie).
Ça a été un foutoir sans nom d'infos/intox avec bien moins d’intérêt pour la vérité que l'opportunisme par le profit pour certains, le discours politique pour d'autres, l'ordre social etc...On a eut des personnalités médiatiques comme Bigard qui ont, à l'antenne, ouvertement craché à la gueule de la communauté scientifique.
Quand les vaccins se sont enfin pointé, il y a eut toute la vague anti-vax et complotiste Bigpharma. Puis on s'est d'un seul coup senti très concerné par nos libertés, oubliant toutes celles qu'on abandonne pour le bien commun. Ces deux dernières années, on a tout à fait vu l'équivalent du "don't look up" du film: il y a pas de virus, il est pas dangereux, jetez vos masques, ne vous faites pas vacciner, on vous ment et on vous manipule avec cette histoire de virus.
On a vu toutes les réactions chez les politiciens...y compris, littéralement, du "sit tight and assess" (qui se sont ravisé par la suite quand il ont vu le carnage)
Il y a même pas 15 jours, dans une émission TV, une journaliste parlait de l'urgence climatique pendant qu'autour du plateau ça vannait et s'amusait. Et j'évoquerais même pas TouchePasAMonPoste. Pourtant la France est loin d'être autant touché par l'infotainment dont parle le film que les US. Mais Cyril Dion, réal docu engagé écolo, témoignait avoir vécu des scènes très similaires à celle du personnage de Leonardo dans les médias (on te met entre la poire et le fromage, soit court, soit fun, un peu de média training), on en réunion politique (je t'écoute mais j'en ai un peu rien à cirer).
Beaucoup d'informations importantes, intéressantes dans tout un tas de domaines sont nettement moins traitées que des dramas à la con (ce a quoi fait référence le film avec Ariana).
Bref, Don't Look Up est loin d'être dans le fantasme. Il accentue juste l'ampleur de certains phénomènes pour leur donner tout leur ridicule. y Compris dans l'inaction et la déformation des perspectives sur un danger. Le réchauffement climatique et ses conséquences ne sont même plus débattu par la communauté scientifique. Il y a consensus. Seuls certains détails secondaires sont débattus. Et des conséquences on en mange déjà, ça nous coute des milliards. Et au regard de l'ampleur de la comète qui nous arrive sur la tronche, on peut sans se péter une dent affirmer que notre réponse, notre action équivaut à que dalle. Avec des nuances politiques que le film aborde. Quand on ferme des réacteurs nucléaires en sachant qu'on va du coup devoir cramer de l'énergie fossile à gogo, on voit une décision d'image publique plus qu'écologie. Quand Macron tient un discours soulignant son engagement écolo et signe, la même semaine, l'autorisation d'installation et exploitation de mines d'or en Guyane présentant ce désastre écologique comme bon pour l'économie locale...tu retrouves tout le cynisme du film dans la décision d'annuler la mission pour permettre à DASH d'exploiter les ressources de la comète, présentant cela comme bon pour l'économie et l'emploi.

Sur beaucoup de choses Don't Look Up n'est pas subtil mais parfaitement malin et pertinent dans sa façon de mettre en scène différents travers dont il voulait présenté le ridicule non pas comme une gourmandise raffinée dont seuls les cinéphiles les plus fins pourraient se délecter mais comme une gifle de "réveillez vous" pour le public le plus large possible. Et il enrobe ça dans un truc un peu spectaculaire histoire de.
 
hohun
Membre Factor
Redac 5731 msgs
GTB a écrit :
@hohun> Don't Look Up n'est pas subtil (et c'est précisément le but) mais il est malin dans son bourrinisme. Le sujet du film n'est en aucun cas de montrer comment ça se passerait demain si une comète nous fonçait sur la tronche. Il part de ce postulat pour mettre en scène des comportements déjà actuels (mais pas encore majoritaire), sur des problématiques déjà actuelles, et les amplifier pour imaginer ce que ça pourrait donner.


J'avais très bien compris et je cite moi-même le parallèle évident avec le réchauffement climatique. Seulement, les comportements critiqués sont déjà caricaturaux et amplifiés, et les amplifier encore plus n'apporte pas grand-chose au débat, en fait. Caricaturer une caricature pour faire un "réveillez-vous", comme tu dis, je ne suis pas certain du bien-fondé de l'entreprise. Ça amène à une lecture superficielle du problème, et a-t-on vraiment besoin de plus de superficialité (ce qui, au final, est la principale critique que le film fait) ? Je ne trouve pas la mise en scène de la chose très maline, et d'ailleurs la mise en scène tout court n'est pas particulièrement bonne et même lourdingue (par exemple, la chanson d'ariana grande qui dure un peu trop longtemps pour être totalement dans le domaine de la satire).

Par contre, je ne vois pas bien pourquoi tu parles d'une "gourmandise raffinée dont seuls les cinéphiles les plus fins pourraient se délecter". Vouloir un minimum de nuance ou moins de paresse dans l'écriture des persos c'est être un cinéphile ?
 
Le vertueux
J'aime les films de karaté
Membre 6029 msgs
C'est toi qui affirme que ça caricature une caricature. Mais pour nous c'est faux, le film caricature des gens de la vrai vie, de vrais humains, de nombreux êtres humains, y compris ceux qui restent passifs mais qui ont la même philosophie que les trumpistes. Le fait même que tu considères que les trumpistes sont des caricatures au comportement amplifié montre que tu te méprends peut être un peu sur la nature humaine. Grâce à don't look up, aujourd'hui, tu comprendras un peu mieux les humains.

Et ce film met ça en évidence, il devient un tag sur les réseaux, on pointe du doigt les gens qui réagissent comme les protagonistes du film. Evidemment ça n'aura aucun impact sur notre société. La satyre n'a jamais permis de changer un monde. Ça n'est pas d'une efficacité pédagogique redoutable.

L'inertie du comportement des humains lambdas est une autre thématique, le film ne traite pas de ce sujet de manière directe, c'est vrai. Ça n'est qu'un premier stade, ça ne s'attaque pas au spectateur lui même qui regarde le film sur sa tv oled 4k, son abonnement netflix alimenté par des centrales nucléaires et des gros serveurs internet tandis qu'il mange un paquet de chips accompagné d'une bière pour ensuite donner son avis sur les réseaux sociaux, eux même alimentés par de gros serveurs polluants.
 
hohun
Membre Factor
Redac 5731 msgs
Le vertueux a écrit :
C'est toi qui affirme que ça caricature une caricature. Mais pour nous c'est faux, le film caricature des gens de la vrai vie, de vrais humains, de nombreux êtres humains, y compris ceux qui restent passifs mais qui ont la même philosophie que les trumpistes. Le fait même que tu considères que les trumpistes sont des caricatures au comportement amplifié montre que tu te méprends peut être un peu sur la nature humaine. Grâce à don't look up, aujourd'hui, tu comprendras un peu mieux les humains.


Bien essayé mais j'ai parlé de "comportements caricaturaux et amplifiés", et avoir un comportement caricatural et amplifié n'est pas la seule caractéristique d'un être humain. Corollaire, je ne réduis pas les trumpistes ou qui que ce soit à un simple comportement ; par contre, les personnages du film, eux sont réduis à un simple comportement.

D'autre part je trouve ça intéressant que tu fasses directement le raccourci que je critique les trumpistes, quand la seule fois où j'ai employé le mot c'est pour désigner un seul personnage du film, en établissant d'ailleurs bien que le réal ne vise probablement pas que les trumpistes avec ledit personnage. Et même là, je parle de "traits trumpistes", ce qui n'est pas la même chose que "Trump n'est qu'une caricature". Grâce à don't look up, aujourd'hui, tu comprendras un peu moins bien les humains ;)

Evidemment ça n'aura aucun impact sur notre société. La satyre n'a jamais permis de changer un monde. Ça n'est pas d'une efficacité pédagogique redoutable.


Je n'ai pas dit le contraire, mais en assénant la satire avec un scénario lourdingue et pas très subtil, servi par des persos réduits à leur plus simple expression, je maintiens qu'on se retrouve avec le Transformers de la dénonciation. Dans l'absolu pourquoi pas hein, mais je trouve que ça vaut pas tripette et que c'est contre-productif au niveau du message.
 
GTB
Membre Factor
Membre 1923 msgs
hohun a écrit :
Caricaturer une caricature pour faire un "réveillez-vous", comme tu dis, je ne suis pas certain du bien-fondé de l'entreprise.


Où vois-tu de la caricature dans le film? Don't Look Up ne caricature rien. Tous les comportements qu'il aborde existent déjà. Comme je l'ai dit, il leur donne juste de l'ampleur. Il les rend plus large; pas plus excessifs.

Et le but n'est ni d'analyser le pourquoi, ni de pousser le public à s'interroger sur les mécanismes de ces comportements. Mais simplement de retirer tous les parasites, le brouhaha de la vie, pour y voir clair sur l'état du monde vis à vis de certains sujets. Et de rendre son constat limpide pour tout le monde. Et être subtil aurait été un frein à cela. La subtilité c'est plus intéressant et stimulant, mais malheureusement c'est prendre le risque que ça ne soit pas capté. Par ex, le récent The Green Knight a beau avoir un message qui me semble assez clair et pourtant nombre sont ceux qui le trouve chiant et vide de sens. Le plan séquence de Gauvain quittant la ville pour son voyage me semble assez claire sur ce qu'elle signifie, pourtant beaucoup ne l'ont pas compris. Don't Look Up ne veut être une gourmandise stimulante, il s'assure que le message passe. Et vu les débats et échanges qu'il engendre, comme le souligne LeVertueux, il semble avoir réussi son coup. Est-ce que ça changera le monde? Non, bien sûr que non. C'est juste un film. Aucun film à lui seul ne peut changer les choses. Mais l'émission dont je parle dans le poste précédent semble avoir pas mal tourné sur Twitter faisant le lien avec la même scène dans le film. Et c'est en ça que je le trouve malin. Il traite de sujets tout à fait sérieux sans paraitre emmerdant au yeux du public, il aborde énormément de choses différentes qui pourtant font sens dans sa narration, et là où je ne suis pas d'accord avec toi c'est que je trouve l'écriture et son montage très pertinent; efficace dans sa rythmique comique. Le personnage de DiCaprio par exemple, voit une évolution parfaitement compréhensible pour le spectateur; partant des meilleures intentions du monde mais se retrouve pourtant lui aussi piégé par le système, cédant involontairement à la flatterie de l'ego. Ou comment le film démarre sur une découverte de Kate pour au fur et à mesure la déposséder de cette découverte. Le personnage du PDG de DASH est également peu subtil mais d'une pertinence assez folle. Il n'a pas une seule de ces scènes qui n'aborde pas un sujet. Je trouve que le film est malin dans sa façon d'imbriquer autant de thématiques de manière cohérente dans son histoire. Je le trouve malin parce que sous son allure de divertissement, d'humour, de spectacle, il est en réalité d'une profonde noirceur. Il est malin parce que faire de cette noirceur l'un des plus grands succès de 2021 à l'ère où le box-office est squatté par des films qui se donnent beaucoup de mal pour ne surtout parler de rien et ne froisser personne, c'était pas gagné.
 
Bistoufly
Membre Factor
Membre 346 msgs
Complétement raccord avec GTB.
Je n'ai pas pris ce film comme une étude sociologique pointue et exhaustive, je ne vois d'ailleurs pas quel film peut prétendre à ça en 2 heures et quelque.

Je l'ai regardé comme une farce dramatique qui fout des coups de stabilo là où il faut, une sorte de reminder de nos dérives collectives.
J'ai trouvé qu'il remplissait l’exercice de condensé de la connerie humaine de manière très plausible, quand bien même les situations étaient fictives.

J'entends les contre-arguments avançant que le film ne dépasse pas son sujet mais:

1) On a pas tous le même degré de conscience des centaines de problèmes globaux auxquels l'humanité est déjà confrontée, faut bien taper dans la moyenne.
2) Le vrai monde est, comme on l'a tous rappelé à un moment donné, déjà gangrené par des personnes de pouvoir ET à la ramasse. C'est assez dur de faire plus outrancier (et rigolo!) qu'un Trump qui suggère publiquement à ses services de santé de s'injecter de la Javel pour contrer le Covid ou qu'un Musk qui peut faire dévisser le marché rien qu'en pétant (il ne l'a pas encore fait).

Pour beaucoup des arguments en défaveur du film, je lis surtout des points de détails qui me semblent relatifs (et débattables, pas imparables).
Prétendre que Don't look up soit sans défaut serait absurde, hein. C'est juste que l'exercice était quand même sacrément périlleux.
 
Anglemort
Membre Factor
Membre 222 msgs
A vous lire je comprends mieux en fait, j'appartiens pas au bon public pour ce film, c'est juste ça.

C'est vrai qu'un film comme ça qui parvient à rencontrer un succès populaire tout en parlant d'un sujet sérieux, c'est positif, et fallait le faire, et il le fait bien.

Mais comme à mes yeux la réalité est déjà tout aussi absurde et cynique que qu'il cherche à surligner je n'arrive pas à accrocher. Je voyais les rebondissements arriver à l'avance et j'ai trouvé le temps long. Mais ça n'en fait pas un film raté.

Je lisais un papier tout à l'heure sur l'affaire Djokovic par exemple, il y a tous les ingrédients: Emballement médiatique, scandale diplomatique, instrumentalisation patriotique, délire anti-science, ... Tout ça pour un truc qui n'aurait du être qu'un fait divers à la con.
Et ça me consterne plus que ça ne me fait rire.
 
hohun
Membre Factor
Redac 5731 msgs
GTB a écrit :
hohun a écrit :
Caricaturer une caricature pour faire un "réveillez-vous", comme tu dis, je ne suis pas certain du bien-fondé de l'entreprise.


Où vois-tu de la caricature dans le film? Don't Look Up ne caricature rien. Tous les comportements qu'il aborde existent déjà. Comme je l'ai dit, il leur donne juste de l'ampleur. Il les rend plus large; pas plus excessifs.




Sinon, où je la vois ? Ben littéralement partout. Même la présidente, qui est celle qui s'approche le plus de la réalité, est un taquet au-dessus de Trump, et Trump faisait déjà fort dans le caricatural (à dessein ou non, d'ailleurs). Le milliardaire déconnecté, j'ai du mal à voir des traits immédiats communs avec un Bezos ou un Gates, et même Musk et son côté illuminé est pas à ce niveau de n'imp. Les stars de plateaux TV, même sur Fox News, chez cnews ou chez Hanouna on ne verrait pas ce niveau de déconnexion, et pourtant ils sont déjà pas mal cramés du ciboulot. Fox News parle d'ailleurs régulièrement de réchauffement climatique et cnews aussi.

Bistoufly a écrit :
Complétement raccord avec GTB.
Je n'ai pas pris ce film comme une étude sociologique pointue et exhaustive, je ne vois d'ailleurs pas quel film peut prétendre à ça en 2 heures et quelque.


Encore une fois, je ne demande pas une étude sociologique pointue ou exhaustive. Je ne comprends pas pourquoi vous faites de l'exagération inverse.

1) On a pas tous le même degré de conscience des centaines de problèmes globaux auxquels l'humanité est déjà confrontée, faut bien taper dans la moyenne.


Je trouve que c'est un point de vue assez condescendant et, et là je me répète, ça amène à une lecture superficielle du message. Que retient le spectateur de ce film qu'il n'aurait pas déjà retenu avec quelques articles sur la banquise qui fond, Bezos qui s'envoie en l'air ou la frange sceptique du Net ?

C'est assez dur de faire plus outrancier (et rigolo!) qu'un Trump qui suggère publiquement à ses services de santé de s'injecter de la Javel pour contrer le Covid


Cette fameuse saillie dont on oublie toujours la seconde partie par malhonnêteté ou ignorance ? Quelle ironie :)

And then I see the disinfectant, where it knocks it out in a minute. One minute. And is there a way we can do something like that, by injection inside or almost a cleaning. Because you see it gets in the lungs and it does a tremendous number on the lungs. So it would be interesting to check that. So, that, you’re going to have to use medical doctors with. But it sounds — it sounds interesting to me.


Je prends les devants avant qu'on me fasse un procès d'intention : oui, évidemment que Trump joue avec le feu avec sa déclaration et que ce n'est pas malin. Mais il faut voir l'hypocrisie du "camp opposé" et la déformation quasi-instantanée du message. C'est quand même dommage de défendre un film avec un travers qu'il essaie lui-même de critiquer...
 
Bistoufly
Membre Factor
Membre 346 msgs
hohun a écrit :
Je trouve que c'est un point de vue assez condescendant et, et là je me répète, ça amène à une lecture superficielle du message.

Où est la condescendance dans le fait que nous ne sommes pas tous au même niveau de conscience du monde sur tous les sujets? Que ce soit par déni, flemme intellectuelle ou simple besoin de vivre sa vie sans être en colère tous les jours, on choisit nos batailles et on s'arrange avec notre conscience le reste du temps. C'est un fait, c'est comme ça.

Être en permanence conscient est épuisant et déprimant. Et on a qu'une vie.

Il n'y a aucun jugement de valeur dans ce que j'ai écrit, j'ai d'ailleurs tout à fait conscience d'être un individu quelconque avec mes (nombreuses) limites intellectuelles et contradictions.

hohun a écrit
Cette fameuse saillie dont on oublie toujours la seconde partie par malhonnêteté ou ignorance ? Quelle ironie :)

Et ça taxe de condescendance :)
By the way je ne vois pas en quoi le verbatim de sa déclaration change quelque chose. Le type s'improvise conseiller en infectiologie alors qu'il n'a peut être jamais lancé une machine à laver.
 
Hell Pé
Membre Factor
Redac 700 msgs
Le pitch du film fonctionne avec le covid, et encore, à peine ; pour la métaphore environnementale, c'est encore plus retorsement faux, en ce sens que ça singe tellement les comportements de surface que ça invisibilise tout ce qu'il y a en arrière-plan : l'inertie politique, l'inertie industrielle, l'inertie de l'opinion. C'est tout sauf simple et une satire mieux maîtrisée aurait su montrer le côté vicieux et absurde du système, mais aussi la difficulté du changement, et pas juste faire une foire à neuneu.


J'ai lu à gauche à droite des avis aussi bien en faveur du film ("je suis climatologue et c'est exactement comme ça qu'on le vit") que contre lui ("les gens écoutent déjà les scientifiques, c'est juste qu'ils n'en ont rien à foutre"), mais pour ma part je suis assez d'accord avec hohun. En montrant des épouvantails Trumpesques et un bas peuple irresponsable comme dans Idiocracy, on fait oublier que c'est les politiciens "normaux", les patrons "ordinaires", et in fine le mépris du peuple (vous vous rappelez de la convention citoyenne pour le climat ?) qui poussent l'humanité à la catastrophe. Le film semble dire "si seulement les gens regardaient autre chose qu'Hanouna et votaient pour Hillary Clinton, les comètes qui nous foncent dessus seraient pulvérisées". Pour citer quelqu'un qui a le même avis que moi sur ce film, "vous pensez que c'est une bonne métaphore du changement climatique ?"

(et puis tout le monde sait que dans le monde réel, le président Xi aurait fait le nécessaire et le film se serait terminé au bout de 20 minutes, tssk)
 
hohun
Membre Factor
Redac 5731 msgs
Bistoufly a écrit :
hohun a écrit :
Je trouve que c'est un point de vue assez condescendant et, et là je me répète, ça amène à une lecture superficielle du message.

Où est la condescendance dans le fait que nous ne sommes pas tous au même niveau de conscience du monde sur tous les sujets? Que ce soit par déni, flemme intellectuelle ou simple besoin de vivre sa vie sans être en colère tous les jours, on choisit nos batailles et on s'arrange avec notre conscience le reste du temps. C'est un fait, c'est comme ça,

Être en permanence conscient est épuisant et déprimant. Et on a qu'une vie.

Il n'y a aucun jugement de valeur dans ce que j'ai écrit, j'ai d'ailleurs tout à fait conscience d'être un individu quelconque avec mes (nombreuses) limites intellectuelles et contradictions.


Autant pour moi, j'avais mal lu la première partie de la phrase.

hohun a écrit
Cette fameuse saillie dont on oublie toujours la seconde partie par malhonnêteté ou ignorance ? Quelle ironie :)

Et ça taxe de condescendance :)
By the way je ne vois pas en quoi le verbatim de sa déclaration change quelque chose. Le type s'improvise conseiller en infectiologie alors qu'il n'a peut être jamais lancé une machine à laver.


Je ne vois pas ce qu'il y a de condescendant à pointer du doigt que tu ressors une anecdote tronquée et en plus inexacte pour servir ton propos. Je savais qu'il y avait un risque à ce qu'on me retourne le "condescendant" parce que j'ai mis "ignorant", pourtant je maintiens le terme, parce qu'il veut bien dire ce qu'il veut dire ("ne pas savoir"), et parce que je pars du principe que tu n'étais pas de mauvaise foi.

Le verbatim de la déclaration change tout. On passe d'un irresponsable qui dit une dit une bêtise avec une prudence relative à un irresponsable total qui dit aux gens de se suicider. Dans l'absolu, ça reste un truc qu'il n'aurait pas du dire, mais c'est surtout parlant au niveau de comment beaucoup de ses opposants ont traité la nouvelle - là encore, en la simplifiant par malhonnêteté ou par ignorance. Puis d'autres l'ont retransmis sans vérifier la source, et tout ça a pris des proportions ridicules. Bref les irresponsables sont partout, et le mécanisme est retors. Mécanisme qui a énormément joué dans l'avènement de notre société récente et dont on parle bien trop peu dans le film malgré ses implications, notamment au niveau du réchauffement climatique, et c'est quand même bête d'être passé à côté. C'est une des limites de l'analogie de la comète, comme je le disais précédemment.
 
Bistoufly
Membre Factor
Membre 346 msgs
hohun a écrit :

Je ne vois pas ce qu'il y a de condescendant à pointer du doigt que tu ressors une anecdote tronquée et en plus inexacte pour servir ton propos. Je savais qu'il y avait un risque à ce qu'on me retourne le "condescendant" parce que j'ai mis "ignorant", pourtant je maintiens le terme, parce qu'il veut bien dire ce qu'il veut dire ("ne pas savoir"), et parce que je pars du principe que tu n'étais pas de mauvaise foi.


Ce n'est pas le mot "ignorance" qui m'a trigger, plus le "malhonnêteté" en fait ;-) Mais pas bien grave.

hohun a écrit :
Le verbatim de la déclaration change tout. On passe d'un irresponsable qui dit une dit une bêtise avec une prudence relative à un irresponsable total qui dit aux gens de se suicider. Dans l'absolu, ça reste un truc qu'il n'aurait pas du dire, mais c'est surtout parlant au niveau de comment beaucoup de ses opposants ont traité la nouvelle - là encore, en la simplifiant par malhonnêteté ou par ignorance. Puis d'autres l'ont retransmis sans vérifier la source, et tout ça a pris des proportions ridicules. Bref les irresponsables sont partout, et le mécanisme est retors. Mécanisme qui a énormément joué dans l'avènement de notre société récente et dont on parle bien trop peu dans le film malgré ses implications, notamment au niveau du réchauffement climatique, et c'est quand même bête d'être passé à côté. C'est une des limites de l'analogie de la comète, comme je le disais précédemment.


Oui, je peux être d'accord avec ça. Les propos sont forcément interprétés quand rapportés, la responsabilité devient collective.

Mais là on parle pas d'un agneau de 3 semaines, hein. On parle de quelqu'un qui joue sciemment avec ça pour se dédouaner quand ça part en cacahouète (le Capitole?).
Le problème ce n'est pas qu'il ait été "mal compris", c'est plutôt qu'en tant que président des US, il a eu une réflexion d'enfant de 5 ans en public, forçant les scientifiques et les fabricants de détergeant à faire un damage control absurde.
S'il s'était abstenu de dire une connerie, il n'aurait pas pris le risque qu'elle soit amplifiée (voire déformée).
La même réflexion en privé avec ses équipes et les responsables sanitaires aurait été un non-événement.
(bref, perso j’arrête de digresser)
 
Arsh
Membre Factor
Membre 623 msgs
La maison
Film a "sketches" (3 au total) en stop motion, chacun ayant une vision du fantastique (allant de l'épouvante au poétique). L'animation est top, les histoires très bonnes dont une excellente. Une très bonne découverte.

Ride your wave
Film d'naimation japonais. Hinako fan de surf, est un jour sauvée d'un incendie par Minato, un jeune pompier qui partage la même passion. C'est le coup de foudre. Tout va bien jusqu'au jour où Minato meure noyé lors d'un sauvetage. En deuil, Hinako se rend compte qu'elle peut invoquer l'esprit de Minato dans l'eau lorsqu'elle chante.
Après une série assez sombre sur le deuil (after life) un film sur le deuil ! Sauf que là on est très clairement dans la poésie et l'onirique. L'animation est superbe, les graphismes très bons (mais pas au niveau d'un Ghibli) et l'histoire au début un peu trop fleur bleue devient vite plus mature. Bref, un très bon film.
 
Vector
Membre Factor
Membre 70 msgs
Resident Evil: Bienvenue a La Ville Des Ratons-Laveurs.
J'y suis alle avec 0 espoirs. Et j'ai quand meme passer un sale moment.

C'est RE1 et RE2 mais en mauvaise fanfiction. Le gros selling point du film etait que "viendez ce sera fidele a la serie". Et en fait, meme pas.
Toute l'histoire des personnages est reecrite, on a une romance a la con entre Jill et Wesker (qui devient un brave type un peu voyou). Leon est un abruti complet, les boss emblematiques de la saga ne sont pas la. En vrai, je regrette Uwe Boll, il savait rendre ses films marrants.

Oh et pour nous rappeller que la communaute gaming est mentalement atteinte, deux des acteurs principaux ont desactive leurs comptes a cause de harcelement raciste.
 
Rouge
Membre Factor
Membre 112 msgs
Vector a écrit :
Resident Evil: Bienvenue a La Ville Des Ratons-Laveurs.

Oh et pour nous rappeller que la communaute gaming est mentalement atteinte, deux des acteurs principaux ont desactive leurs comptes a cause de harcelement raciste.


https://pledgetimes.com/more-toxic-than-umbrella-leons-actor-in-resident-evil-leaves-instagram-for-harassment-earthgamer/

On vit une époque formidable !
 
GTB
Membre Factor
Membre 1923 msgs
@Vector> C'est pas que la communauté gaming. C'est une partie des fanboys de tous horizons.
 
Anglemort
Membre Factor
Membre 222 msgs
On va pas se mentir la communauté gaming est particulièrement touchée. C'est au point que des groupes d'extrême droite en font leur terrain privilégié pour tenter de recruter des jeunes hommes mal dans leur peau.
Il y a quelques journalistes et sociologues qui on commencé à bosser sur le sujet

Heureusement, il n'y a pas trop de ça sur Factor.
 
Vector
Membre Factor
Membre 70 msgs
Anglemort a écrit :
On va pas se mentir la communauté gaming est particulièrement touchée. C'est au point que des groupes d'extrême droite en font leur terrain privilégié pour tenter de recruter des jeunes hommes mal dans leur peau.
Il y a quelques journalistes et sociologues qui on commencé à bosser sur le sujet

Heureusement, il n'y a pas trop de ça sur Factor.


Merci pour le lien, comme quoi on peut toujours perdre foi en l'humanité :)

Les membres de Factornews ne basent pas leurs identité sur des jeux videos, ca aide pas mal.
 
justis
Membre Factor
Membre 4 msgs
J'ai vu The batman très bon film, le scénario est parfait très sombre très violent du vrai BATMAN j'ai vraiment adoré.

SHAREit MX Player
 
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.

Règles à suivre

Écrire dans un français correct et lisible : ni phonétique, ni style SMS. Le warez et les incitations au piratage sont interdits. La pornographie est interdite. Le racisme et les incitations au racisme sont interdits. L'agressivité envers d'autres membres, les menaces, le dénigrement systématique sont interdits. Éviter les messages inutiles

 
Rechercher sur Factornews