Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Too be soft

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
A quelques jours de la sortie d'Assassin's Creed 2 sur PC, on parle plus de la protection du jeu que du jeu lui-même. La plupart du temps, le débat ne vole pas beaucoup plus haut que "va te faire foutre Ubisoft" mais certains arrivent à mettre les choses en perspective et à réfléchir. Jeff est un développeur indie et il a des choses intéressantes à dire sur la protection du jeu. Pour lui, ce ne sera pas aussi simple à craquer qu'on le dit.

Il ne s'agit pas juste de faire sauter une authentification en ligne. Il s'agit de comprendre le fonctionnement interne du jeu et de le blouser. Tout ce qui concerne la sauvegarde des parties et le chargement est fait en ligne. Donc il faut soit créer des serveurs pirates pour gérer cette fonctionnalité soit modifier le jeu en profondeur pour sauver en local. Dans les deux cas, ça prend beaucoup de temps. Pendant ce temps, le jeu n'est pas craqué. Après on ira pas jusqu'à dire que ça permettra au jeu de se vendre plus mais l'idée tient la route.

Et en y réfléchissant, l'idée n'est pas neuve. Dans les MMO ou des jeux comme Diablo 2, les sauvegardes sont conservés sur les serveurs et il faut une clé cd valide pour jouer en ligne. La nouveauté est qu'Ubi va le faire sur des jeux solo. Et au fond, ce n'est que le début. Pourquoi s'arrêter aux sauvegardes quand on peut aussi télécharger depuis un serveurs les scripts d'IA, les textes de l'interface... Et au fond, pourquoi ne pas tout streamer quand on aura tous la fibre optique ? Et pourquoi ne pas rendre le jeu sur un serveur distanthistoire qu'on n'ait même plus d'exécutable ?

Dans la guerre opposant les pirates aux éditeurs, il n'y aura qu'un perdant et ce sera les joueurs. Le problème c'est que les pirates et les joueurs sont généralement les mêmes personnes. C'est la réalité. Par exemple, alors que DICE et EA ont mitonné une version PC de Battlefield : Bad Company 2 aux petits oignons (le jeu propose même de choisir entre une activation en ligne et une vérification du CD), il y a près de 14000 personnes qui sont en train de télécharger la version torrent.
Rechercher sur Factornews