Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

Nintendo : les fuites continuent

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Debut Mai, trois tonnes de données confidentielles de Nintendo arrivaient sur Internet avec entre autres le code source de la Wii et de jeux célèbres. Rebelotte fin Juillet : une nouvelle archive massive vient de tomber et elle contient des roms, le code source de jeux SNES et N64 célèbres (Mario Kart, F-Zero, Star Fox...) ainsi que tout plein d'outils et de prototypes.

Le tout semble authentique : par exemple le développeur en chef de Star Fox est tombé sur un outil qu'il a développé il y a près de 30 ans. En fouillant un peu dans tout cela, on trouve de tout : le design originel de Yoshi, le fait que Luigi aurait du être dans Mario 64, des niveaux de test.. Il est question d'un "Ultra Mario Bros 64" et d'un "Ocarina of Time 2". Les historiens du jeu vidéo et les fans s'en donnent à coeur joie car cela donne un point de vue unique sur le développement de leurs jeux favoris.

Cela remet aussi sur le devant de la scène un problème propre à l'industrie : la préservation des JVs. Il y a d'ailleurs eu un Factorcast à ce sujet. Malgré le fait que Nintendo soit sur le sentier de guerre en matière de sites permettant de télécharger des ROMs, on peut encore facilement trouver ces derniers sans compter le fait que des milliers de gens ont des archives complètes.

Mais les ROMs ne permettent de jouer au jeu que via l'émulation. Le code source des émulateurs est maintenu par une poignée de bénévoles et doit être adapté constamment au nouveau matos qui sort et nouveaux systèmes d'exploitations. Accessoirement, l'émulation n'est jamais parfaite et/ou le temps CPU perdu est faramineux sans compter que la qualité de l'émulation dépend beaucoup de la popularité du système émulé. Il y a simplement moins de gens motivés pour émuler la Xbox que pour émuler la Gamecube.

Idéalement, les studios de dev pourraient gracieusement fournir le code source de leurs jeux après une période de temps donnée. C'est ce qu'a fait id software avec les jeux et leurs moteurs jusqu'à Doom 3/id Tech 4. Une fois qu'on a le code source, on peut le recompiler pour le faire tourner sur n'importe quel système de manière native et on peut le modifier pour ajouter des possibilités qui n'existaient pas à l'époque.

Mais le fait est que la pratique n'est pas répandue. Elle concerne une poignée de jeux, principalement des jeux PC et occidentaux. Pire encore : les studios de JV n'étaient pas bons quand il s'agissait de sauver le code source de leurs jeux. Il semble que celui de FF VIII et de Diablo 2 soit perdu à jamais. Et on parle de studios encore en vie! imaginez ce que devient le code source de studios qui ont tout simplement mis la clé sous la porte. Pour certains jeux comme Theme Hospital, Transport Tycoon Deluxe ou Dungeon Keeper, les fans ont pris les choses en main et ont développé une version open source du moteur en faisant de la rétro-ingénierie.

Le code source ne fait pas tout : il faut aussi les assets (graphismes et sons). Par exemple pour Doom, une fois qu'on a téléchargé ou compilé le moteur open source, il faut copier les assets d'une version commerciale achetée. Pareil pour Transport Tycoon. Sur PC, c'est un simple copier-coller mais c'est nettement plus complexe pour un jeu console vu qu'il faut déjà obtenir une ROM puis en extraire les assets. A l'heure actuelle, on peut obtenir une WAD légale de Doom 2 en quelques clics sur Steam et pour une poignée d'euros. Par contre il est impossible d'obtenir une ROM légale de Super Mario World autrement qu'en bidouillant.

Mais au fond la balle est dans le camp des studios de JVs. Plus que des questions techniques, ce sont des barrières légales et commerciales qui les empêchent de passer à l'acte. Peut-être que les pouvoirs publics pourraient intervenir. Après tout, en France et depuis 1992, les éditeurs de JV sont obligés de donner à la BNF deux exemplaires de chaque jeu dans le cadre du dépot légal. En attendant une solution durable, continuez d'encourager les développeurs de vos émulateurs préférés. C'est grâce à eux que vous pouvez continuer de jouer à des jeux rétro sur vos bécanes modernes.
Rechercher sur Factornews