Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

New Super Mario Bros. U Deluxe : Braquage à l'italienne

billou95 par billou95,  email  @billou_95
Développeur / Editeur : Nintendo Nintendo EAD
Support : Switch
On l'a essoré sur deux, peut-être même trois consoles différentes (oui, on parle de toi là qui a acheté la Wii U), alors, on n'a pas vraiment crié au scandale lorsqu'on a découvert que Nintendo préparait une édition Deluxe (aka. "aussi sur Switch parce que vous l'avez pas assez acheté sur la génération précédente") de son New Super Mario Bros. U. Si comme des millions de joueurs vous avez déjà touché à la série, vous pouvez directement passer à la conclusion. Pour les autres, tâchons de faire un bref récapitulatif de ce qui s'est passé ces 12 dernières années sur la planète Mario 2.5D.
Lorsqu'on y regarde de près, cette série qui totalise plus de 66 millions de ventes truste tous les podiums : jeu le plus vendu sur DS puis sur Wii, 3e meilleure vente sur Wii U, l'engouement des fans pour ces nouvelles aventures mettant en scène le plus célèbre représentant du CAP plomberie ne date donc pas d'hier. Il s'est taillé au fil des rééditions une réputation de titre accessible, familial à défaut d'être véritablement exigeant. Inutile de vous faire un dessin, la version Deluxe de New Super Mario Bros. U (NSMBUD) reprend la célèbre formule à l'identique. Présenté sous la forme d'une compilation de l'original et son disque additionnel New Super Luigi U vendus plein pot, il embarque hélas les vieilles casseroles déjà crades en 2012, mais profite heureusement que quelques bienfaits liés à la petite dernière du constructeur japonais.

Wii, mais non

Et si je ne suis pas tendre avec la licence New Super Mario Bros., c'est que l'on est en droit d'exiger autre chose de Nintendo que la paresse généralisée à laquelle il nous habitue depuis un certain temps. Hors, à part quelques légers ajustements de jeu en jeu et la maigre exploitation des gimmicks liés aux machines du moment, allez on est entre nous il est temps de se l'avouer, il n'y avait pas grandes nouveautés à se mettre sous la dent à chaque épisode. Le level design qui nous émoustillait dans Super Mario World s'est vu raboté pour plaire au plus grand nombre, le contenu inédit limité à des modes de jeu insipides. En parallèle, les développeurs indépendants redoublaient eux d'ingéniosité, mettant régulièrement des taquets au vieux moustachu : Super Meat Boy, Ori and the Blind Forest, Broforce, Rain World ou encore Cuphead pour ne citer qu'eux.

Alors oui, NSMBUD est un copié-collé de sa version "mablette" (vous le ressentez aussi, ce frisson d'effroi à la simple évocation du machin ?) avec tout ce que cela implique. On lui reprochait déjà des niveaux sans virtuosité, calibrés pour des parties avec papy le dimanche après-midi. A sa sortie en 2012, on se disait déjà qu'on avait beaucoup trop joué à ça... Seul l'addon du frérot et ses mini-challenges au timer super limité apportaient une petite touche de piment pour les joueurs de la première heure. Et puis cette réédition nous rappelle aussi que l'intégration du Miiverse, c'est de l'histoire ancienne ! RIP ces artworks en noir et blanc qui jonchaient la map des mondes parcourus, griffonnés par des artistes en herbe qui vous décrochaient la mâchoire entre chaque niveau...

Ah par contre en mode nomade sur cette version Switch, on se serait bien passé de retrouver les désagréables sensations inhérentes à la prise en main au Gamepad et on vous le confirme, c'est définitivement une mauvaise idée de jouer avec les contrôles fixes de part et d'autre de l'écran. Préférez le pad Pro ou à défaut les Joycons assemblés autour de l'accessoire fourni avec la machine. On termine le tour des mauvaises surprises avec le principe même d'une édition Deluxe. Il manque tout de même le plus beau morceau de la bête, injustement retiré de cette compilation : Super Mario Maker. Parce qu'une fois passées les quelques heures nécessaires pour terminer l'ensemble, on aurait bien aimé poursuivre l'aventure indéfiniment grâce à cet outil de création et de partage ultra complet. Mais non, notre petit doigt nous dit qu'un DLC bien caché derrière les fagots viendra pointer le bout de son nez cet été, à temps pour les sessions Switch en bord de plage.

L'école du Mario=Argent

Bon allez, c'est la nouvelle année et comme chaque année on s'est promis d'être un peu moins aigris alors on va parler de ce qui tourne bien autour de NSMBUD. Tout d'abord, ça n'a l'air de rien, mais c'est le premier Mario 2D depuis longtemps dans lequel on peut jouer à deux en coopération sans avoir à débourser un kopek supplémentaire, et ce, grâce aux minuscules manettes de la Switch. Même si ça devient rapidement la foire aux coups tordus, on passe aussi de très bons moments à 4 en famille devant l'écran. Et puis même si les vies sont désormais infinies (seul un compteur de crédits utilisés nous rappelle notre performance en fin de partie), on peut disparaitre instantanément de l'écran et revenir dans une bulle en appuyant sur ZL+ZR, pratique pour éviter la mort en tombant accidentellement dans un trou ou se relayer pour passer un niveau retors dans le monde des nuages par exemple.

Véritable changement dans le gameplay : ouf, le saut vrillé est désormais mappé sur le bouton du second saut en l'air, plus besoin de jongler entre trois boutons avec nos gros doigts boudinés ! Ajout accessoire, Toadette rejoint la liste des personnages jouables, un bonus Super Couronne la transformant en une Peachette qui pourrait bien usurper le trône laissé vacant par Peach et Daisy. Avec Carottin l'invincible, la petite soeur (copine ?) de Toad est considérée comme un héros déclenchant le mode facile, soit ajoutant 100 secondes de plus au chronomètre de départ. Pour finir, techniquement, il n'y a pas grandes différences avec la version Wii U, si ce n'est le travail sur les environnements, les parallaxes étant plus détaillés, mais on ne s'en rend compte que sur des plans fixes, le plus souvent lorsqu'on se laisser glisser le long du poteau de fin de niveau.

Pour une fois, ce n'est pas l'édition définitive qu'on attendait et à la différence d'un Mario Kart 8 Deluxe fédérant tout le monde derrière lui, New Super Mario Bros. U Deluxe est clairement destiné aux nouveaux venus dans la dimension Nintendo. Ils y trouveront une aventure agréable et familiale, à la prise en main immédiate. Ceux qui y ont joué sur DS ou Wii ont déjà tout vu de son gameplay et n'ont a priori aucune raison d'y revenir, surtout au prix fort. Et les possesseurs de Wii U n'ont strictement aucune raison de reprendre le même jeu sur Switch, tant qu'il manquera la carotte Super Mario Maker.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews