Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

Kingdom: Two Crowns

Ze_PilOt par Ze_PilOt,  email  @Ze_PilOt
Développeur / Editeur : Noio Raw Fury
Supports : PC / Xbox One / PS4 / Switch
Il n’existe aucun test de Kingdom: New Lands sur Factornews. Ce qui m'embête un peu, car Two Crowns est une sorte de grosse mise à jour de New Lands. Qui est lui même une grosse mise à jour de Kingdom tout court. Bref, comme nous n’avons rien de tout ça, je vais devoir bosser plutôt que de vous filez un lien.

Traverser la forêt pour trouver un travail

Le concept the Kingdom est assez simple et pourrait être résumé par “c’est un tower defense 2d vu de côté”. Vous y incarnez un roi ou une reine échouée sur une île et qui va devoir se construire un petit empire le jour afin de survivre aux attaques nocturnes, avant d’aller s’échouer sur une île un peu plus grande -nous ne jouons pas de grands navigateurs ici-, et ainsi de suite. Si on se fait voler sa couronne, on recommence à 0. Le jeu est en pixel art choupinou comme tout, et l’interface met en valeur les graphismes en restant minimaliste : Pas de jauge/compteur d’argent, mais une bourse qui se remplit. Pas de commande particulière : on donne des pièces pour réaliser chaque tâche (recruter des archers, construire un mur, changer de monture, …). Chaque feedback est sonore et/ou visuel, ce qui rend l’ensemble très plaisant et assez zen.

Make the castle great again

Si vous connaissez New Lands, tout ce que je viens d’écrire ne vous surprend absolument pas. Parlons des différences offertes dans Two Crowns comme l’abandon presque total de l’aspect rogue-lite : quand on meurt, on ne recommence pas complétement à 0. Chaque île est permanente et les constructions de l’ancien monarque seront toujours là, en partie détruites. Pareillement, les améliorations - statues, petits vieux, montures - doivent être débloquées avec une nouvelle monnaie (des joyaux) et ce déblocage est permanent. De plus, on peut désormais quitter une île sans devoir détruire tous les portails de monstres, ce qui est vite nécessaire afin d’avoir les déblocages nécessaires à cette tâche (les joyaux apparaissent à la deuxième île, alors qu’il y a des améliorations sur la première). Un effet secondaire est que l’hiver ne signifie plus la fin du jeu : il y est toujours très dur d’y évoluer par manque de ressources, mais il n’est plus éternel. Je ne vous gâcherai pas la surprise en dévoilant chaque nouveauté, mais sans être transcendantes, elles changent suffisamment le jeu pour justifier l’achat de ce nouvel épisode si vous êtes fan de New Lands. Et si ça ne suffit pas, le jeu propose (et proposera) des skins modifiant l’expérience de jeu, à commencer par le mode “Shogun”. Pas de changements transcendants, mais de petites choses qui tromperont la monotonie d’une nouvelle partie.



Construire des murs pour faire face à l'envahisseur qui veut voler votre or

L’autre grosse nouveauté, qui donne son nom à cette nouvelle itération, est la présence d’un mode coop, local ou en ligne, en drop-in/drop-out. Ne reculant devant aucun sacrifice, j’ai donc obligé ma compagne à m’accompagner dans ma quête. Ayant plus l’habitude de me voir jouer que de jouer elle-même, elle n’a aucune appétence particulière pour le jeu vidéo (sorti de Beat Saber...), ce qui fait d'elle ce qu’on appellerait communément “une noob totale”. Je lui ai donc rapidement expliqué comment fonctionne une manette : Le jeu se jouant avec 2 boutons, plus l’interface entièrement visuelle et sonore, il est une parfaite porte d’entrée sur le jeu-vidéo. À deux joueurs, la difficulté n’est pas augmentée, mais l’argent non plus. Il faut donc se partager les tâches ou des parties de carte, ce qui rend la communication quasi permanente obligatoire, et donc une excellente expérience à partager (ou une très mauvaise si cela fini en engueulade - rassurez-vous, ce ne fut pas mon cas). Autre signe de la réussite de ce mode coop : Après l’avoir quasiment obligée de jouer une heure avec moi, c’est elle qui m’a ensuite demandé de continuer.

Gagner de l'argent en déforestant

Tout est donc rose au pays de Two Crowns ? Malheureusement non. Il y a d’abord des bugs, que je passerai ici sous silence car des patchs vont bientôt sortir. Mais certaines nouveautés cassent parfois le jeu : les joyaux prennent de la place dans votre bourse, ce qui limite la place des pièces. Problème : il est parfois impossible de dépenser ses joyaux, et on se retrouve avec une bourse trop étroite pour se payer les bâtiments les plus coûteux. Les saisons défilent, mais celà signifie également que l’on peut débarquer sur une nouvelle île juste avant l’hiver, synonyme de game over immédiat. Si l’on meurt, on revient à la première île. Même si les améliorations sont débloquées, il faut néanmoins les payer. Il vous faudra donc repasser par toutes les îles même si celles-ci sont nettoyées, ce qui peut être fastidieux.

Two Crowns offre une expérience coop dont il se serait très dommageable de se priver, et de petites modifications de gameplay bienvenues à un jeu qui était déjà très solide. Certains diront que c’est finalement assez faible et que ça aurait pu être un DLC de New Lands, et ce n’est pas faux. Mais ces gens sont tristes.
Rechercher sur Factornews