Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Divine Divinity

Sonny par Sonny,  email
Les développeurs de chez Larian Studios l'avouent sans complexe : Divine Dinity, c'est 50% de Baldur's Gate et 50% de Diablo 2. Larian a choisi de procurer du plaisir au plus grand nombre, reste maintenant à savoir si le mariage de la finesse et de la brutalité nous donnera un très Werberien 1+1=3...

Pas de fantaisie



Divine Divinity nous plonge dans le royaume de Revellon, parasité par tout le bestiaire habituel propre à l'heroic-fantasy : squelettes, gargouilles, zombies, chevaliers noirs et même quelques dragons. Les races présentes sont également assez classiques, puisqu'on y rencontre des nains, des elfes, des lézards, des orcs et, bien évidemment, des humains. Bref, du côté de la faune, aucun dépaysement, c'est du vu et revu.



Aventure et bastonnade



Pour l'originialité, il va falloir aller regarder du côté du gameplay. Comme dit dans l'introduction, Divine Divinity est un mélange des genres : l'action "slashique" des Diablo et autres Dungeon Siege et l'aventure "quêtique" de Baldur's Gate ou Morrowind. Certaines quêtes nous conduisent dans de sombres cachots infestés de rats et de monstres en tout genre à la recherche d'artefacts magiques, tandis que d'autres demandent un peu de réflexion pour trouver comment utiliser les objets magiques découverts un peu plus tôt dans la phrase. Il nous faut donc non seulement frapper et lancer des boules de feu, mais aussi parler à tous les personnages et lire la majorité des parchemins et livres éparpillés ci et là dans le jeu. Pour faire court : si lire vous saoule, oubliez tout de suite Divine Divinity.



Je crée donc je suis



Première chose à faire avant de se lancer dans l'aventure : créer son personnage. Grosse déception, il n'y a que trois classes : Guerrier, Magicien ou Survivant (voleur). Chacune a ses propres points de mana, force, agilité, intelligence, etc. Au fur et à mesure de la progression dans le jeu, notre personnage augmente de level et des points peuvent alors être redistribués : plus de vitalité, plus d'intelligence, plus de bidule... Dans le même temps, vous allez pouvoir acquérir ou développer des capacités propres à votre classe : Pose de piège pour le Survivant, Adresse à l'épée pour le Guerrier, etc. Petite nouveauté dans le monde du jeu de rôle, il sera par exemple possible à un Guerrier de développer la capacité de crochetage de serrure du Survivant, du moment qu'il a un level suffisamment élevé. Certaines quêtes s'accompliront ainsi parfois de la même façon, que vous soyez Guerrier ou Magicien; amusant mais également un peu dommage.





Le jeu possède une trame principale, bien sûr, mais aussi de multiples quêtes secondaires (guérir un personnage, trouver un objet, ...). Si vous êtes pressés, il est possible de continuer le jeu sans les accomplir, mais elles permettent souvent de récupérer une épée surpuissante ou un sort intéressant pour la suite.



Interface Homme-Machine



L'interface du jeu est simple et intuitive, et convient donc parfaitement à tous les joueurs, qu'ils soient débutants ou confirmés en matière de RPG. Un ou deux clics suffisent généralement à ouvrir la fenêtre dont on a besoin : résumé des dialogues, quêtes en cours, carte, feuille de personnage, inventaire... Tout a été simplifié à l'extrême; l'inventaire, par exemple, n'est pas découpé en cases. On peut donc ramasser tout ce qu'on trouve sans problème de place, le malus se trouvant du côté du poids : plus notre personnage porte de choses, plus il se fatigue en courant. Le jeu vous aide indirectement à ne pas "travailler" pour rien : quand un objet est caché dans un tonneau, il nous l'indique, quand un livre se trouve sur une étagère, il nous le dit aussi.





Techniquement, on est loin des productions du moment. 3D isométrique, impossibilité de changer d'angle de vue; le jeu a graphiquement quelques années de retard. Le bon côté des choses, c'est que Divine Divinity devrait correctement tourner sur un PII 500 MHz sans carte 3D de la mort.

Divine Divinity n'est pas un chef d'oeuvre, c'est certain; graphismes datés, bugs nombreux (voir le forum officiel pour comprendre), un boss de fin trop facile... Mais, parce qu'il y a évidemment un "mais", le jeu est complet et complexe, les quêtes secondaires prenantes, l'histoire principale passionnante et la durée de vie conséquente (entre 50 et 100h d'après Larian). Pour peu que le jeu de rôle soit votre tasse de thé (ce qui n'est pas mon cas), vous trouverez dans Divine Divinity un parfait petit "défouloir". Et 1+1 est une nouvelle fois égal à 2...

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews