Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
PREVIEW

Night Call

billou95 par billou95,  email  @billou_95
Développeur / Editeur : Monkey Moon BlackMuffin Studio
Supports : PC / Xbox One / PS4
​Le PC Gaming Show gagne haut la main le titre de conférence la plus soporifique de l'E3. Entre deux messages de l'annonceur sponsorisant l'édition annuelle, les éditeurs de seconde zone viennent présenter une mise à jour ou un DLC pour leur dernier jeu en date. Bref il n'y a bien souvent rien qui vaille la peine de rester éveillé jusqu'à des heures françaises bien tardives. C'est pourtant la case média qu'a choisi le collectif de studios lyonnais Monkey Moon & BlackMuffin Studio pour donner des nouvelles de Night Call, un jeu d'enquête en noir et blanc se déroulant à Paris et dans lequel on joue un chauffeur de taxi.
Nous avons enfin pu passer un peu de temps sur le titre, à l'occasion d'un événement organisé la semaine dernière par Microsoft pour présenter quelques jeux à venir très prochainement dans le cadre du programme ID@Xbox. Les développeurs avaient même fait le déplacement, aussi avons-nous pu échanger autour des ambitions de ce mélange pour le moins surprenant... Les nuits parisiennes ne sont plus les mêmes depuis qu'y sévit un énigmatique tueur en série qui fait tourner en bourrique la police depuis de nombreux mois. Loin de se douter qu'il aura bientôt un rôle à jouer dans cette histoire, le joueur enchaîne les courses, nuit après nuit, pour payer les traites de sa voiture, sa licence de taxi et pour avant tout survivre dans son minuscule appartement au cœur de la capitale. Un soir, au hasard d'une course, il tombe sur la dernière victime du tueur avant de se faire lui-même agresser par ce dernier.

Laissé pour mort par le prédateur, il se réveille à l'hôpital, questionné à peine sorti du coma par une belle brochette de policiers. Il faut dire qu'il a le profil du suspect idéal, étant la seule personne à avoir réchappé au meurtrier et qui plus est à avoir été vu aux côtés de la dernière victime en date. Cela à de quoi piquer la curiosité des autorités. Rapidement, l'inspectrice en charge de l'affaire va lui proposer un deal, travailler pendant une semaine avec les forces de l'ordre en tendant l'oreille et en restant à l'affut de la moindre information glanée au fil de ses rencontres nocturnes. Voilà le point de départ de Night Call qui va donc nous faire voyager dans tout Paris dans notre taxi pour conduire des passagers d'un bout à l'autre de la ville et pourquoi pas tailler le bout de gras avec eux, en apprendre plus sur leur vie et peut-être aussi sur ce qu'ils auraient pu voir de louche.

Dans cette simulation de chauffeur de taxi assez minimaliste, mais réaliste, l'écran scindé en deux nous présente une carte de Paris avec la localisation GPS de notre véhicule, des courses à disposition, une jauge représentant l'essence et notre compte en banque. En dessous, une vue de l'habitacle, théâtre du huis clos avec les clients à chaque nouvelle course. Il faudra également veiller à ne pas tomber à sec d'essence et de cash, ce qui signifierait le Game Over prématuré. Les stations-service ouvertes 24h/24 seront également de bonnes sources d'informations potentielles puisqu'on pourra entre autres y lire le journal du soir. Une fois la nuit de boulot terminée et avant d'aller se reposer, le joueur pourra faire le point sur ce qu'il a déniché, mais aussi passer de précieuses heures à analyser les dossiers fournis par les enquêteurs dans la froideur de son appartement.



Mais Night Call ne se résume pas à une succession de clics et dialogues dans l'espoir de dénicher un indice. Ses créateurs se sont inspirés de faits divers, d'histoires incroyables racontées sur les réseaux sociaux et de drames du quotidien pour façonner les 75 PNJs autour qui gravitent autour du chauffeur. Aussi chaque course, chaque rencontre est unique. On a ainsi pu converser avec une femme que l'on accompagnait à l'aéroport prendre un vol pour un mariage forcé à l'autre bout du monde... Comme dans la vraie vie, il est parfaitement possible de passer tout le trajet muet comme une tombe, mais c'est dès qu'on commence à s'intéresser à l'autre que Night Call démontre toute sa puissance narrative. Non seulement il raconte des histoires poignantes, mais en plus, on découvre au fil des questions-réponses le lourd passé de ce détective du dimanche, empreint de secrets et problèmes avec la justice.

Malgré tout, Le héros de Laurent Victorino et ses équipes n'oublie pas sa place, celle d'un passeur qui traverse la vie des gens sans y laisser de trace. C'est à l'imaginaire du joueur de détricoter ces entretiens et d'en échafauder un dénouement, heureux ou pas. Comme ce personnage que l'on va conduire plusieurs nuits d'affilée à l'hôpital avant qu'il ne disparaisse purement et simplement. Que lui est-il arrivé ? On adore le fait que Night Call laisse au joueur le soin d'interpréter une partie de sa proposition. Pour revenir à l'enquête, le jeu proposera à chaque nouveau run un tueur aléatoire parmi les 5 archétypes définis par le studio. Aussi, ceux qui désireront lire chacune des lignes de dialogues du jeu et donc effectuer les 75 courses auront toujours la surprise d'un nouveau Némésis. Et qui sait, pourquoi pas, se retrouver un soir avec l'assassin assis sur le siège arrière...
Night Call est un projet narratif très intéressant et on a hâte de voir jusqu'où les développeurs sont allés, à la fois dans la création de personnages fictifs, mais également dans la relation qu'un simple chauffeur de taxi pourrait avoir avec un client. Le rendez-vous est pris pour 2019 sur PC et consoles.
Rechercher sur Factornews