Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
PREVIEW

Gamescom 2019 : première chevauchée dans Mount & Blade II

Nicaulas par Nicaulas,  email  @nicaulasfactor
Développeur / Editeur : TaleWorlds
Support : PC
Dans le genre arlésienne, Mount & Blade II : Bannerlord est un morceau de choix. Pensez donc : le jeu a été annoncé en septembre 2012. A l'époque, Factornews était encore en v3, on ajoutait à la main des balises html pour faire la mise en page des articles et j'étais moi-même le bleu de la rédac, débarqué 6 mois plus tôt pour remplacer CBL dont la retraite n'allait finalement pas durer. Depuis, le jeu a connu quelques hauts et beaucoup de bas. Dans la foulée d'une bêta fermée lancée au printemps, il était jouable durant cette Gamescom avec le solo côté presse et surtout le multi côté public, preuve que TaleWorlds a suffisamment confiance dans sa build pour la montrer à tout le monde. Par manque de temps cependant, je me suis focalisé sur les 20 minutes de hands on sur la partie solo.
Avec un turnover massif et de vraies difficultés à faire avancer le projet pendant de longs mois, il est presque inutile de préciser que Bannerlord est techniquement très en retard. C'était déjà le cas du premier Mount & Blade à sa sortie et ce n'est certainement pas ce qu'on vient y chercher, certes. Mais au vu des modélisations, des animations et des textures, impossible de ne pas se dire que le jeu aurait déjà fait tâche en 2014. Côté contenu et gameplay en revanche, on est ressorti plutôt rassuré. Enfin, disons qu'on aurait bien aimé jouer 2 ou 3 heures supplémentaires, ce qu'on va interpréter comme un signe encourageant.

L'une des grandes caractéristiques du Mount & Blade original, c'était la prépondérance du modding dans l'expérience de jeu. Si les versions vanilla embarquaient facilement 50 heures de jeu, on finissait immanquablement par se tourner vers les mods. Pour trouver plus de contenus, du contenu historique, des améliorations graphiques et surtout des variations de gameplay allant de l'hyperréalisme austère à des défouloirs burlesques en multi. L'une des grandes questions qu'on avait avant de jouer à cette suite était donc l'implémentation ou non d'un certain nombre de fonctionnalités canonisées par les meilleurs mods, notamment dans le système de recrutement, le fonctionnement de la réputation ou l'importance de la tactique. On n'ira pas jusqu'à dire que tout y est, il va falloir beaucoup plus de sessions de jeu pour vérifier, mais on est ressorti de la salle avec l'impression que TaleWorlds a pioché dans les idées de la communauté et a conservé celles qui fonctionnent entre elles.

Pour nous faciliter la tâche, la démo démarrait avec un personnage assez haut niveau, déjà anobli au sein d'une faction et avec un joli petit pactole et une troupe modeste mais suffisante pour parcourir sereinement Caldaria. La géographie du continent a été retravaillée, même si on retrouve facilement ses repères, et l'aire de jeu agrandie à l'est avec l'équivalent de deux nouvelles régions là où on trouvait auparavant des montagnes. Le déplacement sur la carte reste à peu près identique. L'objectif de la démo était de mettre en avant le "Bannerlord" du titre, qui consiste en un système de ban (ou d'ost, si vous préférez). En gros, peu importe où on se trouve sur la carte, on peut accéder à un menu pour appeler à la rescousse des troupes menées par des membres de sa faction. C'est une liste où sont indiquées la taille des troupes, leur leader, le temps qu'elles mettront à nous rejoindre et surtout la quantité de prestige à dépenser pour les appeler. Le prestige est donc devenu une ressource périssable, ce qui semble être plutôt une bonne idée.

Poussé par des infobulles, on a donc appelé un collègue pour doubler la taille de notre troupe et on s'est mis en route vers un village ennemi pour le piller. Et c'est là que les choses ont un peu dérapé, puisqu'on a livré notre première bataille. Enfin, on a d'abord fait une fausse manip dans le menu de ban donc on a remercié la troupe qu'on avait convoqué à grand frais et on s'est retrouvé tout seul avec nos hommes. Puis on s'est dit que ce n’était pas bien grave et que c'était juste un village à piller, qu'est-ce qui pouvait mal se passer ? Et puis une troupe ennemie est arrivée pour défendre le village, et on s'est retrouvé à devoir livrer bataille en infériorité numérique contre un parti de paysans et de soldats. Mieux équipés et plus expérimentés, nos hommes auraient pu s'en tirer s'ils avaient eu un meilleur tacticien pour les diriger. 

Car c'est la vraie grosse surprise de cette session de jeu : Mount & Blade II est considérablement monté en gamme côté tactique. Sauf à être en écrasante supériorité numérique, impossible de laisser ses soldats se démerder. Ils veulent des ordres, ils les suivent aveuglément et continueront à les suivre en absence de contre-ordre. Les menus accessibles depuis F1 et F4, qui permettent de donner des ordres généraux ou précis et de positionner des troupes sur le terrain, sont donc devenus largement plus importants que notre propre capacité à placer des headshots à l'arbalète depuis un cheval au galop. Bref, on a perdu. On s'est fait défoncer, pour être précis. On s'est retrouvé tout seul en territoire ennemi, à fuir tous les bandits qui se baladaient à plus de trois.

Du coup on a passé le reste de la séance à visiter la ville la plus proche, dans laquelle on a pu retrouver tous les menus classiques (taverne, arène, visite libre, repos, etc.), avec une interface rappelant beaucoup le mod Viking Conquest Reforged. Les combats libres en arène (ceux qui rapportent une misère mais qu'on fait quand même en début de partie pour gratter quelques deniers) sont parfaitement identiques, pour ceux qui se poseraient la question. Tandis qu'on commençait à réfléchir à comment remettre sur pied une troupe, c'était déjà la fin du hands-on, et on est reparti à la fois heureux de voir que le jeu semble plus proche de la sortie que jamais, que l'équipe s'est étoffé (il y avait une petite dizaine de développeurs et développeuses présentes) et qu'on serait bien resté plus longtemps.


Il est évidemment impossible de juger de la qualité d'un jeu aussi dense sur une aussi courte session. Néanmoins, Mount & Blade II : Bannerlord semble sur les bons rails pour tenir sa date de sortie en early access au printemps 2020. On sera là pour vérifier si nos bonnes impressions étaient solides, ou simplement dues au soulagement de pouvoir y jouer.
Rechercher sur Factornews