Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 

Forums

Ah la joie d'être illustrateur =)
System5
Le Fléau©
Membre 1660 msgs
Ouhlala a écrit :
J'avoue que je pense sérieusement à soit revenir en metropole pour faire mes heures intermittente, soit changer de branche et trouver un CDI (pas gagné) tout en faisant des trucs en freelance à coté.

Bein le problème, c'est que y'a beaucoup de turn dans les boites de comm (ils aiment renouveler le cheptel de jeun's crea) enfin à part un de mes collègues de 40 ans qui était de Maurice, y'avait aucun "vieux" dans les employés, les métros qui viennent sont de passage(meme hors graphiste), cad 4 à 5 ans max (2 plutot), au bout d'un moment, la vie insulaire et la vie culturelle très restreinte, t'en à plein le cul, ou alors tu te fonds dans la masse et tu parles créole avec du boucané plein la bouche, ou alors tu fais comme les bourges et tu trouves un plan pour faire 6 mois métropole / 6 mois run.
Moi je suis rentré à cause de ma copine mais j'aurais pu rester un temps encore mais pas à vie, enfin je pense, mais les graphistes seuls qui marchent sont des vieux qui ont leurs clients réguliers, où des gens qui ont un taf alimentaire à coté (exemple 'Jace' qui etait instituteur il me semble), tfaçon dans mon entourage en métropole c'est pareil, beaucoup envisagent autre chose que le graphisme, j'avais un ex collègue qui avait bossé sur des jeux de Wii/PS2 , des portages de Ratatouille wallE etc, qui voulait passer son concours de gendarme car plein le cul de galérer pour un salaire très moyen.
 
Sebultura
Membre Factor
Membre 325 msgs
C'est juste tout bonnement formidable !
 
Umadrab
Membre Factor
Membre 77 msgs
Ouhlala a écrit :
...


Bon, allez les "independants" du coin, je suis sûr que vous avez vécu aussi ce genre de trucs :D


Bon mon histoire ne rentre pas exactement dans le cadre de ton histoire, mais elle illustre un peu en quoi les employeurs ont souvent tendance à pas comprendre en quoi le fait d'être freelance implique certaines différence de traitement.

À l'époque où j'essayais tant bien que mal de lancer une carrière de traducteur freelance, et galérais pas mal, j'étais forcé d'accepter un peu toute sorte de petits jobs qui y ressemblaient de près ou de loin et souvent payés à coup de pieds dans le cul.

Je trouve un petit job qui consistait à saisir sur le PC les parties manuscrites de questionnaires de propriétaires de voitures.

Les mecs ne voulant pas me payer à rien foutre, ils avaient tendance à attendre d'avoir des masses de questionnaires avant de faire appel à mes services, plutôt que d'essayer d'avoir un flux tendu, quitte à me payer pour une heure d'oisiveté de ci de là.

Ce qui devait arriver arriva donc, à quelques jours de la date butoir ils m'appellent en catastrophe en me disant qu'ils croulent sous les questionnaires et que je dois débarquer le plus vite possible. Je débarque donc vers 10 heures du mat' et m'attelle au boulot. Je travaille 10 heures d'affilé avant de leur signifier que je voudrais bien me casser. Ils me demandent de rester travailler toute la nuit. Je leur dit que je veux bien, mais qu'il va falloir commencer à envisager de me payer plus, pour le fait que je travaille de nuit + plus de douze heures d'affilés. Ils refusent tout d'abord, puis finissent par accepter de me payer 50€ de plus pour la nuit. C'est pas énorme mais bon, je galérais à l'époque, donc j'accepte.

Je travaille donc toute la nuit, sans véritable pause, en compagnie d'un de leurs employés qui me dit que lui ne touche pas un kopeck pour cette nuit de travail, l'entreprise estimant que leurs employés doivent faire ca par loyauté. Ils débarquent le lendemain matin à 8 heures. Évidemment, la masse de boulot reste encore considérable.
Ils me demandent si j'accepte de rester la journée. Je leur répond : bon, je reste jusqu'à 10 heures, après quoi, j'aurais travaillé 24 heures d'affilées, soit vous me payez le double de mon tarif habituel (C'était vraiment pas énorme hein, le tarif de base), soit je me casse.
Ils me répondent que c'est pas la politique de la maison de payer des heures sup aux employés. Je leur rétorque que je suis pas employé et qu'en tant que freelance n'ayant aucune garantie ou avantages de leur part, je n'ai pas à faire les concessions que les employés ont éventuellement à faire. Ils s'entêtent à refuser. Le ton monte quelque peu et chacun campe sur ses positions. Je finis par dire , ok, je me casse à 10 heures.

Ils font donc appel au pôle emploi du coin et font venir en catastrophe trois francophones, qui s'avèrent baragouiner difficilement trois mots de fraçais (elles avaient juste menti sur leur CV) et n'ont par ailleurs pas la connaissance du sujet que je pouvais avoir. Je le signale gentiment aux dirigeants qui me demandent de rester pour les superviser. Toujours sans augmentation de mes émoluments. Je refuse, ils me disent : tant pis, on fera sans toi et je me casse.

Une semaine plus tard les questionnaires traités par les intérimaires leur sont renvoyés car incompréhensibles, et je suis rappelé pour tous les repasser. Ils ont donc pris deux semaines de retard, ont du payer les intérimaires, puis moi une deuxième fois et envoyé du travail de sagouin entre temps.

Résultats des courses : Ils ont perdu le contrat et ont, selon les dires d'une employée avec qui j'avais gardé contact, ont méchamment accusé le coup l'année suivante.
 
System5
Le Fléau©
Membre 1660 msgs
Umadrab>Mais euh, c'est inspection du travail direct ce que tu racontes là.
 
Tonolito_
Cancanier
Membre 1411 msgs
hmm un peu HS : mais ca me rappelle un truc. J'ai lu une histoire récemment dans CR.
-> La nouvelle mode actuelle c'est de trouver ses "negres" en Inde. Tout y passe du roman de gare, biographie au mode d'emploi pour installer la cuvette des chiottes. Ils s'inscrivent sur des sites US de job listings et sont contactes plus tard.

Le truc qui m'a interpellé, c'est que l'un des ces sites nécessite l'installation obligatoire d'un logiciel/bot/plugin/whatever sur sa becane. Ce dernier envoie des print-écran de facon aléatoire à "l'employeur" durant les heures dites de "travail"! Big brother is behind you -> WTF.
 
Ouhlala
Membre Factor
Redac 1342 msgs
pas besoin d'aller en inde pour cà :J'ai travaillé pendant une periode pour une boite d'anim qui avait installé un mouchard sur les ordi, pour savoir quand on lancait le soft 3D, et l'activité de la souris. Par ailleurs il fallait indiquer a la minute pres le temps passé sur chaque plan. Au final , ca tellement gueulé chez les employés , et surtout parce qu'on avait tous installé un lancement auto des appli à telle heure+ mouvement de souris auto... ils ont tout enlevé
Le coup du screenshot je le vois regulierement , soit sous la forme d'une image fixe, soit avec un soft d'observation à distance sans prevenir l'utilisateur du pc.
 
System5
Le Fléau©
Membre 1660 msgs
Ce qui est, sans prévenir le salarié, rappelons le : complètement illégal.
 
Havok06
Membre Factor
Membre 1155 msgs
Umadrab a écrit :
Bla bla.

C'est un peu hors sujet mais puisque je vois que tu es traducteur indépendant je me demandais comment on peut arriver à le devenir. J'imagine qu'il faut un certain background (expérience, séjours linguistiques etc.) mais comment on peut se forger cette expérience? Je suis étudiant et j'en suis arrivé au point où les cours d'anglais ne me servent à rien et je tape des high score au toeic donc je me demandais comment je pouvai me construire une expérience dans la domaine en étant étudiant.
J'ai vite fait lu qu'on pouvait faire du travail bénévole ou rejoindre des agences mais je sais pas trop comment ça fonctionne ni si j'ai réellement le niveau pour faire ce genre de choses.
 
System5
Le Fléau©
Membre 1660 msgs
Vous remarquerez qu'Havok06 n'a pas besoin d'utiliser 3 superlatifs anglais par phrase malgré son niveau d'anglais.
 
Umadrab
Membre Factor
Membre 77 msgs
Havok06 a écrit :

C'est un peu hors sujet mais puisque je vois que tu es traducteur indépendant je me demandais comment on peut arriver à le devenir. J'imagine qu'il faut un certain background (expérience, séjours linguistiques etc.) mais comment on peut se forger cette expérience? Je suis étudiant et j'en suis arrivé au point où les cours d'anglais ne me servent à rien et je tape des high score au toeic donc je me demandais comment je pouvai me construire une expérience dans la domaine en étant étudiant.
J'ai vite fait lu qu'on pouvait faire du travail bénévole ou rejoindre des agences mais je sais pas trop comment ça fonctionne ni si j'ai réellement le niveau pour faire ce genre de choses.


Hmm, je ne sais pas si je peux vraiment être d'une grande aide, j'ai fini par rentrer un peu par la fenêtre dans le bizness car j'ai un employeur régulier pour qui j'ai travaillé pendant assez longtemps en tant qu'employé et pour qui je m'occupe de la traduction, ce qui fait que je n'ai pas vraiment à rechercher des clients au quotidien. Si j'étais amener à le faire, je ne suis pas sûr que je saurais vraiment comment m'y prendre.

Et puis je fais surtout de l'Allemand-français et ne traduis depuis l'anglais qu'occasionnellement, quand mes employeurs le demandent. Or pour anglais/français, la concurrence semble nettement plus rude vu le nombre franchement plus élevé de personnes qui parlent anglais et sont en mesure (ou pensent être en mesure) de traduire. Ca semble d'autant plus difficile de faire son trou qu'il y a vraiment un grand nombre de personnes qui font un peu n'importe quoi (traduction littérale, se font avoir par tous les faux amis ce genre de chose) mais traduisent à des tarifs imbattables.

Donc euh... le seul véritable conseil que je pourrais donner si l'objectif est de devenir éventuellement traducteur semi-pro ou pro à terme est de profiter de tes études pour te spécialiser dans le plus de domaines possibles (traduction techniques, médicale, iongéniérie mécanique, etc.) qui te permettra de te démarquer et de décrocher les contrats un tant soi peu juteux. Personnellement, c'est mon gros problème, je pense faire du bon travail, mais je n'ai de connaissance pointue que sur très peu de domaines, ce qui fait que la majorité des bons jobs, je ne peux pas les obtenir. Et tout ce qui ne relève pas d'un domaine spécifique, tu te disputes le bifteck avec une armée de traducteurs qui font ça au rabais sans forcément avoir bien conscience de tous les enjeux d'une bonne traduction.

L'autre conseil (sans vouloir afficher la moindre condescendance, je ne connais pas ton niveau ni ton implication) c'est de commencer par t’entrainer un peu, si ce n'est pas déjà fait : parler une langue ne fait pas de toi un traducteur. Il y a un certain nombre de jeux Open Source qui recherchent des traducteurs bénévoles, si je ne m'abuse. Tu peux peut-être jeter un coup d'œil de ce côté là pour prendre un peu de la bouteille. Et bon, sinon, acheter un journal anglais et traduire un article, puis le faire lire à des amis, ce genre de chose.
 
Thesus
Petit pawné collatéral
Membre 833 msgs
Umadrab a écrit :
Il y a un certain nombre de jeux Open Source qui recherchent des traducteurs bénévoles, si je ne m'abuse. Tu peux peut-être jeter un coup d'œil de ce côté là pour prendre un peu de la bouteille.

Pas que des jeux open source, certains studios qui n'ont pas les budget de AAA mais qui ont un grand nombre de fan font traduire leurs jeux bénévolement.
 
Umadrab
Membre Factor
Membre 77 msgs
Thesus a écrit :

Pas que des jeux open source, certains studios qui n'ont pas les budget de AAA mais qui ont un grand nombre de fan font traduire leurs jeux bénévolement.


Ouais, mais bon, ça nous ramène à la problématique de départ de la discussion. Les gens qui offrent leur service pour trois fois rien et tirent donc tout le bizness vers le bas.

Si l'objectif, à terme, est de gagner un tant soi peu sa vie avec ça, faire des traductions gratuites pour des entreprises à but financier n'est pas très constructif. Ttraduire gratuitement pour des jeux ou programmes open source gratuits, pour des associations caritatives ou autres, c'est une toute autre affaire.
 
Havok06
Membre Factor
Membre 1155 msgs
Oui ça ça pourrait être intéressant. J'avais déjà envisagé de rejoindre des teams de sous-titrage de séries/films aussi.
 
Vardemis
Dumb
Membre 1353 msgs
Sur un CV, je suppose, et ose même penser, que travailler pour une boîte ayant fait un jeu opensource ou le projet d'une association pèse plus lourd, et est probablement plus crédible, que d'avoir travaillé aux sous-titres de la série X pour la Team SlipMouleBite.

Après, je ne nie pas ce que cela t'apportera personnellement (pratique, etc, etc) mais à voir si c'est " rentable " niveau investissement personnel et si c'est présentable dans ton futur pro.
 
Ash_______
Membre Factor
Membre 1306 msgs
Vardemis a écrit :
que d'avoir travaillé aux sous-titres de la série X pour la Team SlipMouleBite.


Putain j'ai explosé de rire.
 
System5
Le Fléau©
Membre 1660 msgs
Je sais pas trop la mentalité qu'il y a dans ces "teams" de subs, mais j'ai déjà vu des clashs entre teams concernant des releases de séries incrustées, c'était assez consternant, ça m'a rappelé le striptease 135.3 db dans un autre domaine.
 
Tonolito_
Cancanier
Membre 1411 msgs
Ouhlala> hmm ca fait peur tout ce que vous me dites.
Ca me fait penser a mon boss qui essaie de chiffrer le temps de développement moyen d'une gamme (sachant qu'il change d'avis toutes les 2 semaines).
 
BeatKitano
Bite qui tanne haut
Membre 4731 msgs
System5 a écrit :
Je sais pas trop la mentalité qu'il y a dans ces "teams" de subs, mais j'ai déjà vu des clashs entre teams concernant des releases de séries incrustées, c'était assez consternant, ça m'a rappelé le striptease 135.3 db dans un autre domaine.


Le subbing tu peux pas test, entre les traducteurs qui se clashent pour la qualité des subs et ceux qui font du speed subbing dégueu (coucou !), les mecs de la synch qui se tripottent en mattant leur temps d'aération a la milliseconde près, et les encodeurs qui se crachent a la gueule pour des histoires de settings d'encodage qu'Albert Einstein il y comprendrait rien et dont même un robot ne distinguerait pas la différence, c'est gratiné.
 
CuberToy
babelfish
Membre 1594 msgs
J'ai fait du sub et j'ai arrêté quelques années après.

Entre des "team" qui se prennent trop au sérieux (et qui oublient que ce qu'ils font est illégal, et veulent de la reconnaissance, du crédit...) et un public ingrats (qui te chie littéralement à la gueule dès que t'as le moindre petit retard, alors que tu fais ça pour leur tronche et pas pour toi... enfin sauf qui y cherchaient de la reconnaissance).

C'est vraiment assez bizarre comme ambiance. Je continue parfois, mais intégralement seul (les teams j'ai donné) et en soft (je conchie le hardsub) et release généralement sans crédits.
 
Ouhlala
Membre Factor
Redac 1342 msgs
Du fansub d'anime, j'en faisais aussi dans ma "jeunesse" . Après, la vie active n'aidant pas forcément, ni même la mentalité des teams de fansubs évoluant dans le mauvais sens ( concours de bite, insultes, et comme le dit Cubertoy, oubli du fait que ce soit illegal, meme si toléré), m'ont fait quitter ce milieu . Par contre, certains de mes meilleurs amis "irl" maintenant viennent de ces "teams" (FAF, Cephiro Fansub, Nerae, pour ceux qui connaissent).
 
Vous devez être connecté pour pouvoir participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous connecter ou vous inscrire.

Règles à suivre

Écrire dans un français correct et lisible : ni phonétique, ni style SMS. Le warez et les incitations au piratage sont interdits. La pornographie est interdite. Le racisme et les incitations au racisme sont interdits. L'agressivité envers d'autres membres, les menaces, le dénigrement systématique sont interdits. Éviter les messages inutiles

 
Rechercher sur Factornews