Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

Les Fact'Or 2019

 

La meilleure expérience en ligne

Allez les pandas, on est tous ensemble !

Rozzo : Deep Rock Galactic. Rock & Stone ! Petit à petit, le petit de Ghost Ship Games s’impose comme un jeu très solide et drôle à plusieurs. Un bon palliatif entre deux rechutes sur Sea Of Thieves, qui reste une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie.



Billou : Tom Clancy's The Division 2 parce que je n'ai pas misé un kopek sur le machin et j'ai dévoré la campagne en coop avec des amis. Le grind modéré et pas indispensable, la grande variété des environnements visités, la nécessité de coopérer pour aller au bout de certaines missions, oui ça faisait bien longtemps que j'avais pas autant aimé le multi sur un jeu Ubisoft.

hohun : alors c’est pas exactement en ligne, mais comme les 4 années précédentes, ce sont les Jackbox Party Pack qui m’ont donné le plus de plaisir en multi. Des jeux de société à jouer sur smartphone, il ne vous manque plus que les pizzas, de l’alcool et des amis. Un succès à tous les coups.



Fougère : Risk of Rain 2. Parce que moi et ma bande de pote on a joué au 1, et qu’on s’est rué sur le 2 dès qu’il a été disponible, avant de passer plusieurs semaines à débloquer tous les objets et les personnages. Depuis, on continue d’y jouer de temps en temps, et on s’éclate toujours autant.



Frostis : Je me dis que placer Tetris 99 en meilleure expérience en ligne, c’est forcément le bon choix. Et pourtant, c’était loin d’être gagné ! Mais les idées de Nintendo et l’excellente maîtrise d’Arika ont bien réussi à me surprendre. 



ZeP : Apex Legends, parce que ça doit être le seul jeu en ligne que j’ai fait cette année.



CBL : Sea Of Thieves, qui devient un nouveau jeu à chaque mise à jour majeure. Au début, les plus gros boulets du jeu ne sont pas ceux qu’on tire. Ce sont ceux qui pilotent le navire. Mais progressivement on prend le jeu en main et les fous rires sont remplacés par des rires sadiques quand on envoie par le fond le pauvre péquin qui passait par là et qui voulait juste faire ami-ami.



Kallen : Tetris 99. J’ai bien cramé 100 heures dessus je pense. Mais ça paye, j’ai ENFIN fini TOP 1 \o/

Feed : Remant: From the Ashes. Un jeu sorti de nulle part, dont on n’attendait rien, sur une nouvelle IP en plus. Et au final, très bon, et très chouette en coop. On va aussi rajouter Marvel Ultimate Alliance 3, parce que même si c’est loin d’être parfait, c’est du bon beat’em up des familles avec les X-Men, et rien que pour ça, ça mérite d’être ici.

L’Early Access le plus prometteur

Quand accès anticipé rime avec qualité

Rozzo : Griftlands. Parce que les canadiens de Klei savent exactement ce qu’ils font, qu’il n’ont jamais déçu. Et voir un studio de leur gabarit venir sur les plates bandes de Slay The Spire, c’est une belle promesse de noël.



Billou : Sous ses airs de prototype bricolé à la va-vite, Shady Knight cache un FPS low-poly ultra nerveux et impitoyable qui mérite tous vos deniers, malgré sa dizaine de châteaux à arpenter seulement pour le moment. Le core gameplay est tellement addictif qu'on se surprend à le refaire encore et encore, juste pour le plaisir de couper des têtes et faire voltiger les ennemis avec toujours plus de classe.



Fougère : Hades. Je triche un peu, mais il est sortis en Décembre 2018 sur l’EGS, Décembre 2019 sur Steam ET il est toujours en accès anticipé. Donc ça le qualifie pour ce Fact’Or, et c’est tant mieux, parce que plus je case de jeux Supergiant Games dans les tops annuels, plus je suis content.



ZeP : Noita. Sous ses airs de rogue-lite avec gimmick (chaque pixel est simulé physiquement), se cache un jeu d’exploration digne de Outer Wilds. S’ils continuent à rajouter autant de mystère jusqu’à la sortie (et à régler la difficulté), c’est un bon candidat au GOTY 2020.



CBL : Black Mesa. Cela fait un bail que je n’avais pas refait Half-Life premier du nom et le redécouvrir de cette manière était un vrai régal. Chapeau bas aux devs et à Valve pour ne pas leur envoyer leurs avocats à la gueule.



Frostis : ce n’est pas un jeu, mais plutôt un logiciel de jeux : GOG Galaxy 2.0. Cela fait déjà quelques mois que je suis sur la bêta et mon dieu que c’est pratique. Un petit soft qui peut devenir grand sur nos PC Master Race !



Feed : Jets’n Guns 2, la suite d’un jeu sorti il y a 82 ans et qui s’annonce aussi rock’n roll que le premier. Du shooter horizontal de qualité avec un million d’armes et de la musique de chevelu. Dans un autre registre, GTFO promet du bon délire en coop et un partenariat avec un fabricant de couches.

La pantoufle d’or

Ce jeu sur lequel on revient par passion… et habitude

Rozzo : Destiny 2. Ok, C’est plein de petits défauts par ici, d’autres par là. Mais voilà, on met le cerveaux sur off et on se laisse emporter par un core-gameplay hyper efficace et plaisant. Et parfois dans la vie, on a pas besoin de plus que d’un FPS console bien calibré et une DA fantastique. Et d’amis aussi. (Raoulzo, sans toi je ne suis qu’un Gardien de plus auprès du voyageur).



Billou : Comme toutes les raisons sont bonnes pour relancer Halo, vous pensez bien que lorsque Microsoft s'est décidé à sortir "La collection le Major" sur PC avec comme fer de lance Halo Reach, j'ai sauté sur l'occasion. Et y'a pas à dire, c'est toujours aussi cool malgré un remaster aussi fainéant que celui des épisodes 3 et 4. M’enfin, c'est quoi qu'on dit déjà ? Peu importe le flacon... eh oui.



miniblob : Bloodborne. Si tu es triste, que tu as un gros chagrin, tu sais qu’il existe chez les petits yharnamiens des êtres détestables, féroces et malins. Exposé dans mon charnier, je serai ton cauchemar. Tourne le rasoir, le rasoir-hachoir, je t’enfoncerai les mâchoires… Bref, quand on a des idées noires, mieux vaut les terrasser à grands coups de butoir.

hohun : mon trophée mort-vivant de cette année, il remonte, c’est Painkiller. Pourquoi ? Eh bien, pour commencer, je pourrais parler du fait qMAIS NON ÇA DEFOULE ÇA DEFOULE IL TE FAUT QUOI DE PLUS AAAAAAAAAAAAAAGRGRGGG et si tu veux plus d’arguments, je peux aussi t’avancer l’ambiance sonore bien fichue, les niveaux variés et le défi pour choper la carte de tarot qui fait varier un gameplay répétitif. Bon je te laisse, je dois aller humilier 40 ENNEMIS D’UN COUP EN QUAD DAMAGE SLOMO VITESSE DE TIR *4 A GRAND COUPS DE FUSIL DANS LES RATICHES AAAAAAAARRRRRRRRRRRRHHHHH

Nicaulas : Slay the Spire. En 2019 le jeu de Mega Crit Games a remplacé à la fois The Binding of Isaac Rebirth et Football Manager dans le rôle du “je fais une run par jour sinon il me manque un truc”.



K.Mizol : FIFA. Chaque. Année. Saloperie de passion du foot.



Fougère : Elite Dangerous. J’avoue que je n’y ai pas beaucoup joué cette année, pour cause de MAJ importantes décalées à 2020, mais je garde un oeil sur le jeu et j’attend avec impatience une bonne excuse pour repartir explorer les étoiles.



ZeP : Oxygen Not Included bien sûr, mais pour le coté “annuel” ou presque, Tropico 6 et Anno 1800, qui n’invitent absolument rien ni l’un ni l’autre, m’ont néanmoins fait revenir dans des pantoufles confortables, mais qui commencent à sentir.



CBL : Doom. J’ai beau me dire “cette fois c’est la dernière” mais il y a toujours un mod délirant qui sort et qui me fait réinstaller le bousin.

Frostis : Red Dead Redemption II sur PS4. Lors de sa sortie en octobre 2018, je m’étais dit “je vais y passer mes journées et le terminer en même pas un mois”. Plus d’un an après, j’en suis à 76% de l’histoire principale et je prends toujours autant de plaisir à chevaucher cette énorme aire de jeu.  

Kallen : Comme Fro. Un jour je le terminerai, un jour. Sauf que moi, j’ai pas dépassé les 40 % de jeu. C’est la lose :( 

hellpé : si j’avais joué à plus de 4 jeux de 2019 en 2019, j’aurais probablement nominé Pokémon Bouclier, mais ce sera pour 2020.

Feed : J’en ai plein, je triche, j’m’enfous, vous pouvez pas m’arrêter. Warframe, qui n’arrête pas de s’étoffer avec un vaisseau pour faire les pirates de l’espace. Destiny 2, qui me rappelle de temps en temps dans sa boucle de grind, si des fois j’ai pas assez de truc à grinder ailleurs. Dead Cells, qui est un des meilleurs rogue-lite et qui n’arrête pas de sortir du contenu. Killing Floor 2, même chose que précédemment, mais dans un autre registre. Payday 2 qui sort de sa tombe avec du nouveau contenu pour essayer de maintenir starbreeze en vie. Hitman 2 qui est fantastique, blindé d’options et de possibilités.

Le plais’Or coupable

“Une pantoufle nulle quoi” 

Rozzo : No Man’s Sky. Chaque session du titre, c’est comme revoir une de ses ex au bar. Attendez partez pas, je m’explique : On se regarde du coin de l’oeil, l’air un peu charmeur, on se rappelle des bons souvenirs, et après quelque regards on se réinvite à danser. C’est confortable, on se rappelle des pas de danse préférés de l’autre. C’est au moment du deuxième verre que tous les mauvais souvenirs commencent à revenir. L’angoisse, la possession, la vacuité. Peut-être aussi qu’on a trop bu d’un coup. On quitte le bar un peu triste, l’air un peu con en se promettant “plus jamais”. Et pourtant… Je crois que je retombe à chaque mise à jour dans No Man’s Sky non pas parce que j’apprécie le jeu tel qu’il est, mais parce que sa promesse suffit à me faire illusion le temps de quelques heures.


 
Nicaulas :  The Sinking City. On n’avait même pas eu le temps de mettre nos notes au propre que Jim Sterling avait débarqué avec LA formule synthétisant le mieux le dernier Frogwares : “le pire jeu que j’ai jamais aimé”. Et c’est exactement ça : les défauts sautent aux yeux, mais je l’ai fini et j’y suis même retourné après le test…

K.Mizol : Shenmue 3, parce que c’est très agaçant de le voir passer en un épisode (et en 18 ans, certes) de jeu le plus cher de l’Histoire à son époque - avec tout ce que ça implique comme ambitions, prouesses et innovations - à jeu qui conserve des ambitions sans en avoir le budget, sans savoir quoi en faire et sans avoir le talent pour les mener correctement à bien. Mais même avec le plus de mauvaise foi possible parce c’est une licence sur laquelle ceux qui n’y ont jamais joué (ou juste le temps de porter des caisses) aiment taper, il reste un moment sympatoche et dépaysant. Plus mal fait que les deux premiers épisodes d’il y a 18 ans dans son game design, mais sympa. Mais franchement abusé. Mais sympa.
 
ZeP : Tous les trucs qui arrivent sur le compte presse de l’EGS. C’est ma grande passion désormais, et entre les Knight Quest et les Supermash, j’ai eu droit à du fond de tiroir qu’on a bien raclé. Heureusement qu’il y a une curation sur ce store…

Fougère : WoW Classic. Le retour à la maison. Le trip nostalgique ultime. C’est très régressif comme attitude, mais que voulez vous, c’est pas faute si des jeux sortis il y a 15 ans arrivent encore à être plus intéressant que ce qui se fait en 2019.



CBL : Sea Of Thieves. En étant honnête, c’est pas génial. Le PvE est merdique avec trois ennemis qui se battent en duel, on perd la progression d’une quête si on quitte la partie, toutes les améliorations sont uniquement cosmétiques…

Frostis : j’avais passé pas mal de temps sur Dead or Alive Xtreme 3, le GOTY 2016 sur PS4. Et j’ai forcément craqué pour Dead or Alive Xtreme 3 Scarlet en mars pour la version Switch. Pouvoir jouer au beach-volley partout, ça n’a pas de prix.


 
Feed : Daemon X Machina, j’adore les mechas et j’attends toujours le prochain Armored Core.

L’incompréhension d’Or

Ce jeu que tout le monde aime… mais pas nous

Rozzo : The Outer Worlds, assied-toi faut que je te parle... Ecoute, t’as quand même des qualités : t’es joyeux, assez vif d’esprit. Mais voilà quand on a commencé à se fréquenter… Bah je voyais déjà quelqu’un d’autre. Cet autre, c’est Disco. Et a chaque fois qu’on était ensemble toi et moi, je ne pouvais pas m’empêcher de penser à lui. C’est terminé entre nous. Je suis désolé. En plus t’étais un peu moche.
 
Billou : Outer Wilds. Je vous entends d'ici mettre délicatement des petits cailloux dans un sac avec vos gros doigts boudinés pour me jeter ça dessus à la moindre occasion mais oui je n'ai pas du tout accroché au principe de Outer Wilds. Peut-être que c'est aussi parce que j'en ai ma claque des open worlds, aussi malins soient-ils mais j'ai Alt+F4+Uninstall après avoir posé mon vaisseau sur la première lune du système. Tant pis pour moi.



ZeP : Sekiro. Pas que je trouve ça trop dur (aucune idée si ça l’est en fait), mais l’univers ne m'intéresse pas, je ne trouve pas ça très beau, c’est même pas techniquement irréprochable, et l’histoire a l’air complétement passable, si elle existe.

Fougère : Outer Wilds. J’y ai joué à l’E3 2019, ça avait l’air sympa comme tout, mais pas assez pour me convaincre d’y passer plus de temps. Depuis, tous les collègues arrêtent pas de dire que c’est vraiment une super expérience. Peut être que je loupe quelque chose, mais je sens que ça ne fonctionnera pas très bien avec moi.

CBL : Pokémon Sword/Shield. C’est le même jeu depuis 23 ans !

hellpé : Durant ma session de Resident Evil 2, à intervalles réguliers, j’ai eu envie de quitter le jeu et de réinstaller Resident Evil 1. Puis j’ai réinstallé RE1, puis j’ai relancé RE2, puis j’ai relancé RE1, puis bon, j’ai fini par regarder mes potes finir RE2 histoire de dire que c’était fait, et je n’ai plus repensé à Resident Evil. Faut dire qu’on s’était fait le 7 juste avant, j’ai peut-être fait une surdose d’éponges à balles et de puzzles pour enfants.



Frostis : sans trop de surprise, je nomme Pokémon Epée / Bouclier. Je me demande sérieusement si The Pokémon Company, Nintendo et Game Freak écoutent vraiment son public, ou regarde juste les chiffres de vente en se disant “nan mais, on va pas se faire chier finalement”. Cela reste un bon jeu, mais il est peut-être temps de prendre des risques, non ? 
Rechercher sur Factornews