Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

Le Guide Factor Apple Arcade, partie 11

Ricardo par Ricardo,  email  @Ricardo13Gaming
 
Avec cette partie 11 du Guide Factor Apple Arcade on dépasse les 40 jeux essayés (sur les désormais 112 jeux de l'abo)! Au programme cette fois-ci, trois voyages bien différents : 20 000 lieues (à peu près) sous les mers, dans un monde féérique digne des télétubbies et enfin dans des souvenirs de vie. Allez on embarque.

Shinsekai - Into the Depths



Qu’est-ce que c’est?

Un Metroidvania sous-marin
C’est développé par Capcom, une petite boite ayant commis Street Fighter, Resident Evil ou Megaman, je ne sais pas si vous connaissez. Exclu Apple Arcade

On y joue comment?

Les contrôles sont pensés pour le pad... oui vraiment connectez un pad pour celui-ci. Orientation paysage imposée. Préférez les grands écrans, des écouteurs et le pad! (Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et Mac OS Catalina, avec et sans pad Xbox One et DualShock 4)

Et ça donne quoi?

C'est génial.

Difficile d'innover dans le Metroidvania tant les titres (indé la plupart du temps) pullulent ces dernières années. Capcom s'essaye à son tour à un genre qu'il ne maitrise pas forcément et ma foi, il a l'air de s'en être plutôt bien sorti.

Vous démarrez sous l'eau dans le scaphandre d'un homme esseulé, ayant comme demeure un sous-marin bricolé. Malheureusement pour vous, la glace envahit votre refuge et vous fout brutalement dehors, ne vous laissant le temps de prendre que votre crochet.
Vous voilà donc à la recherche de réserves d'air et obligé de vous enfoncer toujours plus profondément pour échapper à ce givre gagnant inexorablement du terrain sur votre espace vital. J'aime beaucoup les Metroidvania et ce Shinsekai est rafraichissant, et pas seulement par son permafrost. Tout d'abord l'ambiance est très particulière, atmosphérique, la partie sonore étant d'ailleurs un des points forts du titre. A contre-courant de certains jeux du genre très nerveux, ici les gestes lents dus à l'immersion du personnage et la gestion de vos réserves d'air vous obligent à prendre votre temps et à éviter les déplacements inutiles. En plus vous aurez le temps de contempler comme il se doit ces magnifiques paysages océaniques.
Un bon Metroidvania se juge sur la longueur, notamment sur le renouvellement de son gameplay ou de son bestiaire par exemple, chose que je ne pourrais pas évoquer ici et maintenant, mais ce que je peux dire, c'est que j'ai très envie de m'aventurer dans le royaume de Neptune, quitte à me perdre dans ce nouveau monde froid et calme.

Way of the Turtle

Qu’est-ce que c’est?

Un jeu de plateformes C’est développé par Illusion Labs ayant déjà développé quelques jeux mobiles comme Touchgrind BMX ou Mr. Crab. Exclu Apple Arcade

On y joue comment?

Les contrôles sont pensés pour le pad, mais les déplacements pour le mobile, du coup aucun ne convient parfaitement. Orientation paysage imposée. Tout appareil peut convenir. (Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et Mac OS Catalina, avec et sans pad Xbox One et DualShock 4)

Et ça donne quoi?

C'est bof. 

J'ai tenté de donner une chance à ce petit jeu de plateforme malgré une DA trop enfantine pour moi (même si dans le genre, c'est plutôt bien réalisé) mais c'était peine perdue. Vous êtes M. Tortue, et commencez votre "aventure" par rechercher Mme Tortue (on a rarement fait plus niais). Au fur et à mesure vous obtenez des pouvoirs supplémentaires (comme le dash ou l'attaque), symbolisés par diverses carapaces, que vous pouvez changer aux checkpoints (et seulement là). Le jeu est affiché en 3D mais les déplacements se font en 2D (comme Pandemonium pour les papy players). OK en 2,5D même si je n'adhère pas à ce terme. Niveau difficulté ce n'est pas très corsé, en adéquation avec la cible jeune du titre.
En revanche niveau gameplay c'est ... compliqué. Votre tortue se déplace seule, et seuls les murs peuvent stopper son avancée (ainsi que la 1e carapace qui de surcroit vous protège). Et c'est vraiment ce qui m'a sorti du jeu. Autant en mode tactile c'est plutôt bien vu (vous slidez à droite ou à gauche pour indiquer la direction sans avoir à maintenir un stick virtuel) autant avec un pad c'est contre nature.
Du coup pour les déplacements on préférerait le tactile et pour les actions on préférerait les boutons du pad… Mais peu importe le mode choisis, ce Franklin de pacotille m'a rendu fou à devoir lui faire faire du surplace en faisant des droite/gauche comme un gogol pour attendre une plateforme.
Bref pas grand-chose ne me fera relancer cette voie de la tortu(r)e.
 

Where Cards Fall

Qu’est-ce que c’est?

Un casse-tête à base de châteaux de cartes. C’est développé par la collaboration de Snowman (concepteurs du jeu de glisse mobile Alto's Adventure et de Skate City présent dans AA) et The Game Band (leur 1er jeu ici). Exclu Apple Arcade.

On y joue comment?

Les contrôles sont tactiles/souris, les pads non supportés. Orientation paysage imposée. Préférez l'iPad pour être plus précis dans vos gestes. (Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et Mac OS Catalina, sans pad)

Et ça donne quoi?

C'est pas mal, mais ça aurait pu être tellement mieux.

Le pitch est un peu spécial : vous incarnez un jeune homme se remémorant divers souvenirs que vous devez relier en empruntant un chemin à construire grâce à des châteaux de carte.

Durant les phases de gameplay, vous devez utiliser des paquets de cartes que vous déployez ou rassemblez en pinçant votre écran. Une fois vos maisons construites, vous cliquez à l'autre bout du chemin, et si vous avez bien manœuvré, votre personnage se déplacera jusque-là. Les casse-têtes sont de plus en plus ardus, vous obligeant à déconstruire et déplacer vos maisons. Là apparaît le 1er problème du jeu : les contrôles sont trop approximatifs. Je me suis souvent retrouvé à déplacer le personnage (clic) alors que je souhaitais déployer une habitation (pincement). J'espérais un mieux sur Mac grâce à la souris mais c'est encore pire (très mal implémenté). Deuxième ombre au tableau le personnage est LENT! Étant donné que vous ferez plusieurs essais avant de trouver la solution, il devient vite rébarbatif d'attendre que le petit bonhomme finisse son déplacement (et en plus on ne peut pas faire d'autres actions pendant son périple...)
Dernier gros souci, les scénettes sont longues, lentes, inintéressantes, et difficilement compréhensibles car sans sous-titres et "parlées" dans un dialecte inventé pour le jeu. Ceci dit tout n'est pas à jeter! Les phases de casse-tête sont très bonnes, recherchées et la difficulté est bien gérée. Le jeu est plutôt beau, et l'ambiance sonore discrète et calme, collant parfaitement au genre.

Ainsi il y a matière à passer un bon moment si vous vous concentrez sur les phases de gameplay et vous habituez aux défauts précités, mais il y a vraiment un parfum de gâchis qui émane de ce jeu.

On se retrouve dans 2 semaines pour la 12e partie du guide Factor Apple Arcade!

Rechercher sur Factornews