Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

​EGX 2018 : Premiers compléments d'enquêtes dans The Murder Mystery Machine

billou95 par billou95,  email  @billou_95
 
Découvert un peu par hasard en flânant dans la Leftfield Collection, le nouveau jeu de Blazing Griffin Games a des ambitions claires, bouleverser les traditionnels jeux vidéo d'enquêtes en inventant le Cluedo généré procéduralement. Et le pire, c'est que ça marche !
Oui, ben j'ai quand même dû leur faire répéter deux fois avant de m'assoir devant le jeu. Les développeurs écossais ont en effet développé un moteur de scènes de crimes qui génère tout ou presque : environnement, indices, psyché et motivations des suspects, il va même jusqu'à insérer de fausses pistes pour leurrer les détectives en culottes courtes. Après avoir repris nos esprits, ils nous avouent s'être inspirés du drama Netflix Mindhunter. Dans la série, le personnage principal s'approprie une affaire sur laquelle butent les enquêteurs et y appose un regard neutre.

C'est un peu pour cela que le principe d'enquête générée quasi aléatoirement peut fonctionner comme explique son créateur. Pour une scène de crime dans la vie comme dans le jeu, il n'y a forcément qu'un seul crime commis, qu'un ou plusieurs coupables. Mais mettez cinq enquêteurs différents sur l'affaire et vous aurez 5 histoires différentes, 5 manières de résoudre le mystère différentes qui amèneront tous à la même conclusion logique après analyse. Il faut donc méticuleusement fouiller la scène à la recherche d'indices qui se dévoileront sous la forme de nuages de mots "ceinture", "traces de sang", "lettre d'insultes", etc. et qui parfois évoqueront la victime où l'un des suspects.



En interrogeant les suspects sur ces bribes d'indices, on en obtiendra d'autres, "suspicieux", "hésitant", "réfléchi". Vient ensuite la phase d'analyse et pour cela, les designers sont allés taper du côté du comics Marvel Hawkeye et son toutou Pizza Dog. Les croquis dans lesquels apparait le personnage canin décrivent la manière avec laquelle il réfléchit, comme un enquêteur relierait des points d'intérêt sur un tableau en liège à l'aide d'un fil rouge. Dans The Murder Mystery Machine, le but est de débusquer le coupable, ses motivations et l'arme utilisée.

On associe donc les mots entre eux, on les réorganise sur la toile virtuelle par association d'idées, on les épingle et on les relie entre eux et lorsqu'on pense avoir la solution, on peut choisir de cramer un token de déduction pour tenter d'accuser le coupable. Dans la version démo présentée sur le salon, nous avions à notre disposition 5 de ces tokens. Si notre analyse est infructueuse et que l'on se trompe, le jeu ne nous donne pas directement la solution, mais nous indique juste le nombre d'éléments corrects sur les 3 (qui, pourquoi, comment).

Si le coeur du jeu est déjà opérationnel, il reste maintenant au studio à créer une panoplie d'assets pour gommer l'aspect  génération procédurale. Ils ont déjà un paquet de bonnes idées dont la volonté de vouloir varier les époques. On s'imagine déjà résoudre un meurtre à Whitechapel avant de bondir dans le temps jusqu'aux pistes de danse des années 70. Pour ce qui est du multijoueur, vous pourrez partager les seeds générées avec vos amis, histoire de vous défier dans des time.. ou plutôt brain attack.

Etonnamment, génération procédurale et enquêtes policières font bon ménage dans The Murder Mystery Machine. On a bien essayé de casser le jeu en faisant partie sur partie, espérant que la logique du moteur de jeu ne s'emballe, mais non, tout fonctionne toujours bien. Il y aura donc de quoi se remuer les méninges à sa sortie prévue l'année prochaine sur PC.
Rechercher sur Factornews