Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

RTX 30xx : FLOPS ou flop?

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
Ce qu'on désigne par shaders sont des programmes qui tournent sur le GPU. Ils sont plus ou moins complexes en fonction de la tâche et peuvent comprendre des calculs mathématiques lourds. Contrairement aux idées réçues, les shaders ne servent pas qu'à ajouter des effets type bloom ou depth of field. Dans les moteurs 3D modernes, le moindre matériau de base est rendu grâce à une batterie de shaders. On utilise même les shaders pour des tâches sans rapport avec le rendu.

Tout cela pour dire qu'en plein jeu, il y a trois tonnes de shaders qui tournent sur le GPU et que plus vite ils sont calculés, meilleur est le framerate. Les calculs sont pour la plupart fait sur des nombres à virgule flottante comme les coordonnées d'un point dans l'espace. Du coup, parmi tous les chiffres donnés par les constructeurs pour vanter les mérites de leurs cartes graphiques, le plus important est la puissance de calcul en simple précision (FP32 ou float). Cette dernière est donnée en teraflops (TFLOPS. 1 TFLOPS - 1000 GFLOPS) à savoir en mille millards d'opération à virgule flottante par seconde. J'ai collé les données en question pour quatre générations de cartes Nvidia dans un tableur Google.

A noter que les chiffres en question concernent uniquement la partie "classique" du GPU à savoir les coeurs CUDA chez Nvidia et Stream Processors chez AMD. Depuis les RTX 20xx, Nvidia a ajouté du matos dédié permettant de décharger le GPU de calculs liés au ray-tracing et à l'apprentissage automatique (DLSS, RTX Voice...). Mais le tout est encore sous-utilisé et n'a donc pas une grande importance pour les jeux. Près de deux ans après l'introduction des 20xx, il y a moins de 20 jeux supportant les effets RTX et moins de 20 jeux supportant le DLSS.

Ceci étant dit, les chiffres montrent à quel point le bond en avant avec les 30xx est brutal. Nvidia a fait encore mieux qu'avec les 10xx. Et comme le prix des cartes est relativement constant (surtout si on prend en compte l'inflation), le rapport performances/prix est assez dingue. De plus, Nvidia n'a pas encore annoncé la vraie arme secrète : la 3060. On la voit bien taper les 16 TFLOPS pour $399. Par contre on attendra les benchmarks et les tests pour avoir un avis définitif et mettre à jour notre dossier. Il est fort possible que les cartes soient limitées par les CPUs actuels. 
Rechercher sur Factornews