Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ACTU

HoloLens : à la guerre comme à la guerre

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
 
On a enfin trouvé une utilité à l'HoloLens : tuer des gens. Microsoft a signé avec l'armée de terre américaine un contrat de 10 ans pour fournir 120 000 casques Integrated Visual Augmentation System (IVAS), des versions modifiées de l'HoloLens 2. Le tout sera combiné avec des services tournant sur la plateforme Azure et rapportera près de 22 milliards de dollars à Microsoft.

L'IVAS sera multi-usage et permettra par exemple de s'entraîner en affichant des cibles virtuelles dans le monde réel mais aussi d'afficher des informations en combat réel et de servir de de lunettes de vision nocturne. L'IVAS pourra aussi afficher des flux vidéo provenant de drones ou de son flingue afin de pouvoir tirer en restant à couvert. A noter que Magic Leap était aussi sur le coup mais s'est fait doubler par Microsoft. En guise de consolation, Magic Leap a refourgué ses casques à la marine américaine pour s'entraîner en réalité augmentée.  Leur techno fonctionne tellement bien qu'il y a besoin de coller des gros marqueurs sur les flingues...

En tous cas, c'est le deuxième gros contrat que Microsoft remporte avec l'armée US (et le premier succès d'Alex Kipman, papa de Kinect et de l'HoloLens). En 2019, Microsoft a été choisi pour héberger les données et services du ministère de la défense (qui englobe toutes les branches de l'armée américaine) sur la plateforme Azure. Nom du projet : Joint Enterprise Defense Infrastructure (JEDI). Je propose d'aller encore plus loin en développant une intelligence artificielle pour chapeauter le tout. Il ne manque plus qu'un nom accrocheur genre CloudNet ou SpaceNet.

Le gag est que pendant ce temps, Microsoft s'est bouffé deux piratages massifs coup sur coup. Le premier est la faille SolarWinds qui a donné aux pirates russes l'accès à une partie du code source d'Azure, Intune et Exchange. La seconde est la faille Exchange qui a donné aux pirates chinois accès à plus de 250 000 serveurs Exchange (emails).
 
Rechercher sur Factornews