Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

SOS : The Final Escape

Joule par Joule,  email  @j0ule  
Voila un jeu qu’on ne pensait pas voir débarquer en Europe. Heureusement, Big Ben semble adopter une stratégie similaire à celle du label Fresh d’Eidos, à savoir éditer en Europe des jeux typiquement japonais, pour le plus grand bonheur des joueurs ne pouvant se permettre l’import.

SOS Mayday Mayday


Bon autant le dire d'emblée, techniquement, SOS n'est pas loin d'être l'un des jeux les moins aboutis de la PS2. Graphismes cubiques, textures baveuses, animations ratées et ralentissements à outrance, le tableau est vraiment loin d'être idyllique. L'interface est poussive, notamment au niveau de la gestion de l'inventaire. Aucune gestion de caméra n'est disponible (uniquement une vue à la première personne), ce qui est assez gênant lorsque l'on doit inspecter les moindres recoins d'une pièce afin de trouver un objet indispensable à la progression. Au passage, ne comptez pas avoir plusieurs passages différents, les seuls choix possibles sont dans le relationnel avec les personnages non joueurs. Cette linéarité réduira considérablement la durée de vie, puisque l'envie n'est pas présente de recommencer une aventure somme toute assez courte.

Le concept à la rescousse


Mais posons les bases du concept : on incarne Keith, un journaliste, coincé à cause d'un tremblement de terre sur une île imaginaire japonaise. Votre but est de sortir vivant de cette affaire, mais pas d'ennemis ni de combats : seuls les éboulements, les secousses et les gouffres peuvent provoquer votre mort. Le jeu ne pardonne que rarement l'erreur, celle-ci entraînant un game over immédiat. Si le jeu n'est quasiment basé que sur la résolution d'énigmes, une partie gestion est également présente lors de diverses rencontres avec des personnes plus ou moins bien intentionnées. À vous de voir en qui vous devez avoir confiance.

Le dernier Samaritain


En fait, ce qui plait dans SOS, c'est l'ambiance terriblement pesante. On avance à petit pas dans cet univers sobre et hostile. Tout décor est autant votre allié que votre ennemi, ce qui fait tout le charme du jeu. Les sons et la quasi absence de musique participent terriblement à cette atmosphère étrange, à la fois calme mais angoissante. Pour une fois, vous n'allez pas devoir étriper les gens barrant votre chemin dans la peau d'un surhomme, mais sauver des vies et vous entraider avec d'autres personnes comme vous, normales. C'est pour ces raisons assez difficiles à retranscrire que l'expérience vaut le coup d'être vécue, malgré les énormes lacunes techniques.

Avec un concept original se rapprochant d’un Ico (toutes proportions gardées, le jeu étant à des années lumières de son aîné) mais doté d’une réalisation exécrable, SOS The Final Escape s’adresse aux joueurs en manque d’originalité. Amateurs d’action pop corn qui en met plein les yeux, passez votre chemin.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews