Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Serious Sam

toof par toof,  email
Voir débarquer Serious Sam sur Xbox, avec son concept de vies limitées et tout l'attirail si cher aux consoles, une seule question vient à l'esprit : va-t-on gueuler comme des gorets comme on l'a fait pendant des heures en LAN coopératif sur PC ? Ça commence en tout cas plutôt bien, il y a écrit "Duke is not dead" dans la vidéo d'introduction.

2 Be (Brain) 3



Pour ceux qui ne connaîtraient pas Serious Sam, il faut juste savoir que si ce doom-like permet au joueur de sauter et se baisser, ça ne sert à rien. On peut courir aussi, et là c'est utile. On peut également porter des armes qui font trois fois la taille du personnage, et ça c'est rudement utile. Indispensable même. Surtout pour affronter les hordes d'ennemis qui gagnent en nombre et taille tout au long du jeu, pour arriver à des boss de fin de niveau tellement énormes qu'on pourrait loger une famille entière entre leurs doigts de pieds. Le design général du jeu n'a pas changé, mais l'interface et l'habillage du jeu ont été cette fois-ci travaillés, et c'est réussi. Adieu le Sam qui ressemble à Stallone, ici le personnage ressemble plus à Buzz l'éclair de Toy Story, les cheveux en plus. Le jeu est entrecoupé d'une multitude de cinématiques, toutes plus hilarantes les unes que les autres. On a droit à des "briefings" au début des niveaux et à des descriptions totalement délirantes des personnages jouables en multijoueurs. Inutile mais marrant, ça donne vite le ton de l'ensemble.



Vous reprendez bien un peu de Doom ?



La Xbox s'en sort brillamment du point de vue technique : le framerate ne bronche pas et c'est magnifique. Seules les textures semblent moins detaillées que dans la version PC. La version Xbox contient les scénarios des deux jeux PC tout en proposant les mêmes armes. On aura donc droit à l'immensité et la beauté des décors égyptiens et colombiens, mais aussi leur répétitivité. Jouable en solo ou en coopératif tout au long d'une trentaine de niveaux, le jeu possède aussi des modes multiplayer classiques et sans grand intêret.



Le concept de vies limitées est anecdotique vu qu'on dépasse allègrement les 60 vies dès le premier tiers du jeu, en difficulté normale. Probablement à surveiller en difficulté "Serious" lors des derniers niveaux. Les sauvegardes, à usage unique, sont bien réparties tout au long des niveaux, généralement avant une bonne castagne. Pour finir avec la dernière particularité notable de cette version Xbox, la visée est automatique lorsque le curseur est proche d'un ennemi. C'est bien pratique : ça évite de mettre toutes les munitions dans les murs et ça permet au jeu de conserver un rythme rapide et intuitif.



Vous êtes vraiment Serious ?



Autant le dire tout de suite, Serious Sam n'est pas un de ces jeux addictifs qui nous scotche des heures durant devant la télé. À l'instar d'un Fifa ou d'un Dead or Alive, c'est le genre de jeu qu'on branche pour s'éclater entre potes en attendant que la bouffe arrive. On peut y jouer deux heures comme on peut y jouer cinq minutes. Le must étant de lancer un des derniers niveaux en difficulté maxi et de se marrer à quatre. Le jeu est fun, rapide et on prend plaisir à découaner des quantités faramineuses de monstres. À vrai dire, si on connait déjà le jeu sur PC (ce qui était mon cas), on avance frénétiquement afin de découvrir quelle blague débile nous ont réservé les développeurs au niveau suivant. Point faible du jeu, imposé par le genre que représente Serious Sam, c'est diablement répétitif. Il se peut également qu'on en vienne à s'ennuyer ferme au bout de quelques heures, surtout si on joue seul.

Bénéficiant d'une conversion technique plus qu'honnête, Serious Sam en remet une bonne couche. Même ceux qui connaissent déjà le jeu sur PC peuvent le redécouvrir, surtout à plusieurs, avec toujours autant de plaisir, mais dans une certaine limite. Même si la profondeur du gameplay ne dépasse pas celle d'un cheveux coupé en quatre, l'aspect défouloir et drôle permet de s'amuser sans contrainte. À réserver aux amateurs du genre et vu le potentiel en multijoueurs, on ne peut que lui reprocher l'absence d'un support Live!.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews