Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Navy Seals 2

Kesta par Kesta,  email
Ce jeu ne contient aucun élément de propagande et toutes ressemblances à des événements réels passés, présents ou futurs ne sont que pures coïncidences.

Fight for honor...


..., for freedom and justice ... on connaît la chanson, Jarhead Games (CTU Marine Sharpshooter) a fait de son cheval de bataille les FPS patriotiques américains où l'on combat le vil terroriste. Et ici, c'est pas le premier fanatique venu, c'est Le vrai, celui qui fait peur à l'Amérique, celui qui a des armes de destruction massive. Pour combattre la menace, le joueur incarnera donc un membre du commando de l'US Navy et pour ne pas avoir de grands moments de solitude lorsqu'il sera sur le terrain, un coéquipier l'accompagnera au cours des neuf missions. Les décors ne sont d'ailleurs guère variés puisqu'il n'y a que 3 zones : l'Irak (secourir les inspecteurs de l'ONU pris en otages, trouver et détruire les armes chimiques), la Corée du Nord (neutraliser les silos de missiles et couper un réacteur nucléaire) et le Pakistan (éliminer le régime politique en place).



Seal faut y aller ...


Navy Seals 2 : Weapons of Mass Destruction utilise le Lithtech Engine 2.5 (No one lives forever, Codename NINA, Global Operations), un moteur bien vieillot maintenant et qui offre le plus souvent un rendu graphique bien mauvais. NS2 : WMD n'échappe pas à la règle et doit être l'un des FPS les plus moches actuellement (mais ceux qui ont déjà essayer Sharpshooter ou Navy Seals premier du nom ne seront pas dépaysés). Les textures sont affreuses et les maps sont vides de tout. Ce ne sont pas non plus les modèles qui relèveront le niveau. Coté IA, c'est la même que les précédents titres de Jarhead : ennemis incapables de voir à plus de 5 mètres, aucune réaction lorsqu'un camarade se fait descendre devant eux, etc. A noter que votre coéquipier se comporte de la même façon. Les ennemis sont tellement ridicules qu'il est possible de faire l'intégralité du premier niveau juste avec un couteau. Sur la brochure, ils parlaient de huit armes hautement puissantes et accessoires, personnellement, je n'en ai recensé que quatre à moins qu'ils ne comptent les armes des adversaires, impossibles à ramasser et utiliser. Le reste de l'équipement est assez classique (Amplificateur de lumière, trousses de soins, ...).



In the navy


Des missions très banales sur des maps horribles avec des ennemis ayant le QI d'une paramécie, voila qui résume d'un coup Navy Seals 2 (et tout les autres titres passés de Jarhead). Pour plus de détails, il suffit de lire le test de Sharpshooter sur NoFrag et de remplacer CTU Marine Sharpshooter par Navy Seals 2.

Si on exclut le coté propagande et patriotique du scénario (aussi plat qu'une limande), ce jeu est d'une nullité qui n'a d'égal que les autres titres de Jarhead et de ValuSoft.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews