Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

Moving Out

Frostis Advance par Frostis Advance,  email  @FrostisAdvance  
Développeur / Editeur : Team17 SMG Studio Devm Games
Supports : PC / Xbox One / PS4 / Switch
On le sait tous : un déménagement, ça se fait avec des amis, en petit groupe pour être efficace, sans rien casser ou presque, et avec une bière tiède à la fin en signe de célébration. Une feuille de route dont Moving Out coche toutes les cases (sauf pour les bières). Reste maintenant à voir si tout cela est vraiment drôle.
Suivant la mouvance des jeux du genre couch gaming coopératif avec un thème un peu loufoque, Moving Out débarque dans nos salons en reprenant scrupuleusement les codes posés en 2016 par un certain Overcooked! et sa suite Overcooked! 2. Il est même évident que Devm Games et SMG Studio se sont clairement inspirés de cet autre titre de la maison Team17, en changeant tout simplement le thème, passant de la cuisine au déménagement. Ne leur jetons pas la pierre pour autant, puisque l’on pourrait aussi citer The Stretchers (ambulanciers) et Tools Up! (rénovation de maison), tous deux sortis en 2019, et probablement pas mal d’autres un peu moins connus. Et puis, l’inspiration a parfois du bon ! 

On a tout de même droit à un petit scénario qui, à défaut d’être réellement intéressant, a le mérite de poser une ambiance. Fraîchement recruté, chaque joueur contrôle un petit personnage de la société Smooth Moves, une petite boîte de déménagement qui espère bien grossir un peu dans la ville de Packmore. Notre fiche de poste est simple : Furniture Arrangement & Relocation Technician (FART, blague, tout ça). Concrètement, nous sommes des déménageurs et le but du jeu est donc de prendre des objets et de les ranger dans un camion.


 
Une fois que l’on aura fait le choix de notre personnage, qu’il soit un homme, une femme, un chat, un grille-pain ou autre, c’est parti pour le boulot ! Comme pour Overcooked!, on se retrouve à se déplacer avec un petit camion sur la carte d’une ville, allant de mission en mission. Et les objectifs seront toujours les mêmes, à savoir arriver sur le lieu du déménagement, prendre des objets bien spécifiques posés ici et là, et les ranger dans notre camion. Évidemment, ce nombre d’objets change en fonction du nombre de joueurs dans la partie, afin d’équilibrer un peu la difficulté. Par exemple pour le premier niveau, on passe de 15 objets en étant seul, à 24 articles en mode 4 joueurs.
 
Malgré tout, cela ne sera pas chose aisée, puisque nos petits personnages ne sont pas du genre à avoir un comportement parfait dans leurs mouvements. La faute à un moteur physique qui rend les contrôles bien plus chaotiques qu’espéré. Ne vous attendez pas à sauter sur les murs avec une expertise de tous les instants comme Mario, mais plutôt à se déplacer avec un léger flottement et une prise en main un peu délicate. Seul, c’est évidemment bien plus simple, puisque tous les objets se portent sans problème. Mais de 2 à 4 joueurs, il faudra s’aider pour porter un canapé, un frigo ou même une photocopieuse. Le but étant de le faire en étant un minimum organisé, d’où le fait de jouer dans la même pièce. Il est même possible de jeter des objets ! Engueulades garanties, jusqu’au fameux moment de calme où une stratégie émerge, d'où le fait qu'il ne soit jouable qu'en local (même si un mode Online n'aurait pas été de trop). D’autant qu’il faudra parfois jouer à Tetris dans le camion afin de tout faire rentrer.


 
Naturellement, chaque déménagement est chronométré et donne quelques récompenses en fonction de notre rapidité. Une médaille d’or, d’argent ou de bronze est décernée, et des points seront attribués à chaque sous-objectifs remplis. Ceux-ci sont assez variés et donnent une rejouabilité pour chaque lieu visité. Ainsi, il faudra parfois casser toutes les vitres d’une maison, tandis que la prochaine nous demandera tout à fait le contraire. D’autres nous demanderont de prendre un objet supplémentaire ou de le placer spécifiquement à un endroit indiqué. 
 
Moving Out se termine en une après-midi, puisque les 30 niveaux de la trame principale se termineront finalement assez rapidement. A moins de dépasser les temps impartis, tout se boucle en à peine 4h, et les 3 sous-objectifs par niveau ne sont là uniquement que pour gonfler cette durée de vie assez maigrichonne. Une certaine répétitivité peut s’inviter dans le salon, à moins d’être adepte du 100%. Si le nombre de médailles d’or obtenues est assez haut, le mode Magasin de VHS se débloque, donnant accès à 12 missions plus ou moins intéressantes. En plus de cela, les sous-objectifs remplis donnent des points qui pouvent être dépensés dans un mode Arcade, proposant quant à lui 10 mini-jeux. Honnêtement, c’est sympa mais sans plus et une fois fait, on n'y reviendra plus.
 


Globalement, l’ambiance de Moving Out est plutôt chouette, les lieux proposés sont assez variés, nous faisant passer de la simple maison à la ferme, en passant par des sociétés, des déménagements‌ en mouvement, etc. Sur ce point, on ne peut pas dire que les développeurs n’ont pas cherché à varier les plaisirs, surtout qu’il y a des moments vraiment drôles. Vous avez déjà essayé d’attraper une poule ? Avez-vous déjà été poursuivi par un fantôme lors d’un déménagement ? On sent clairement que le jeu n’a pas eu un budget AAA, mais il est assez soigné et propose même des options que l’on aimerait voir un peu partout. Ainsi, il est possible de gérer la taille de la police de caractère et il y a même un mode dyslexique. Une chose assez pratique lorsque l’on joue en mode portable sur Switch par exemple.
 
Moving Out ne révolutionne pas le genre, mais remplit le cahier des charges des jeux devant se jouer à 2 au minimum pour être drôle. Il ne restera peut-être pas dans les esprits très longtemps, mais pose de bonnes bases pour une suite, qui devra être plus conséquente et variée. Test effectué sur la version Switch
Rechercher sur Factornews