Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

La Forêt des Frères Grimm

Kallen404 par Kallen404,  email  @JustinGridou
Développeur / Editeur : Lucky Duck Games
La Forêt des Frères Grimm (ou The Forest Grimm) est un jeu de plateau de stratégie américain, édité en France par Lucky Duck Games, qui vous (re)plongera dans l’univers des contes féeriques et folkloriques ayant bercé vos doux songes de bambins. Mais attention, n’espérez pas pour autant une happy end… Quoique... Rendez-vous dans les commentaires pour une petite surprise ;-)
 

Le Grimm ne paye pas 

Il y a fort fort fort longtemps dans un royaume fort fort fort lointain vivait un roi : Réginald le Cupide. Avide de richesse, il désirait plus que tout au monde être le plus riche de tout le royaume. En bon roi de l’immobilier qu’il était, Réginald avait pour projet de raser la mystérieuse et sombre Forêt des Frères Grimm afin d’y développer tout un complexe de quartiers et de maisons pour ses fidèles sujets.

Pour mener à bien sa quête, il fit donc appelle à ses loyaux Bâtisseurs royaux : les Trois Petits Cochons. Malheureusement, au grand désarroi du roi, ces cochons autrefois forts et vaillants, qui avaient, rappelons-le, réussi à piéger le Grand Méchant Loup tout en contribuant largement à l’évolution des systèmes de construction dans le royaume (rien que ça), n’étaient aujourd’hui que de vieux et séniles cochons, tout juste bons pour la retraite (pas à points, la narratrice de ce test l’espère). 

Désespéré mais pas vaincu, le roi Réginald le Cupide lança alors un appel d’offre national pour trouver ses nouveaux bâtisseurs royaux. Et c’est ainsi, que les neveux et nièces des Trois Petits Cochons (c’est-à-dire VOUS !), vinrent de tout le pays pour prouver leur talent au roi. 

Objectif : être le premier ou la première à réussir à construire trois maisons en paille, en bois et/ou en brique avant les autres

Comment on gagne ? 



Pour gagner dans La Forêt de Grimm, vous l’aurez compris, c’est très simple : vous devez être le premier joueur ou la première joueuse à bâtir vos trois maisons avant vos adversaires.

En cas d’égalité, vous devrez comparer la solidité de vos bâtisses : la brique étant plus solide que le bois, lui-même plus robuste que la paille. Par exemple, une joueuse ayant construit deux maisons en brique et une en paille remportera la partie face à un joueur ayant construit une seule maison en brique et deux maisons en bois.

Et si l’égalité perdure encore, c’est alors le premier joueur ou la première joueuse à avoir construit sa troisième maison dans l’ordre du tour de jeu qui remporte la partie et le titre de bâtisseur royal. 

Mise en place du jeu



Dans la Forêt des Frères Grimm, 2 à 4 joueurs ou joueuses peuvent prendre part à la partie. 

Avec ses nombreuses cartes, figurines et jetons, la mise en place peut sembler un peu fastidieuse au départ. Rassurez-vous, il n’en est rien. Les différents éléments qui composent le jeu sont très facilement identifiables et ne posent aucun problème lors de l’installation de la table de jeu. Par contre, clairement ce n’est pas le jeu qui se joue sur un coin de table, il faut prévoir un peu de place.

Concrètement, votre table de jeu devra contenir au centre les 3 plateaux de lieux de collecte (les champs, la forêt et la briqueterie + le marché en plus si vous jouez à 4) qui vous permettront de récolter des ressources.

De part et d’autre, on installe les tas de jetons ressources, les sections de maisons à construire, les piles de carte Fable et Ami et les figurines Monstres. 

Enfin, chaque joueur se saisit d’un plateau sur lequel il pourra stocker ses ressources et construire ses maisons, du pion de petit cochon de la couleur de son plateau, de ses 4 cartes Collecte associées ainsi que d’une carte Aide de jeu (très utile pour se souvenir des différentes phases de jeu). 

Qui commence la partie ? Au grand dam de la végétarienne que je suis, c’est le dernier joueur ou la dernière joueuse à avoir mangé du BACON qui reçoit le jeton premier joueur (la figurine Grimoire) et qui commence la partie. 

Comment on joue ?

Chaque manche comporte 3 phases
  • la phase de collecte,
  • la phase de construction, 
  • la phase d’entretien. 

La phase de collecte

C’est lors de cette phase que vous allez pouvoir collecter des ressources nécessaires à la construction de vos maisons. 
 
Première étape : jouer une carte Collecte et une carte Fable

Chaque joueur joue face cachée une de ses carte Collecte indiquant sur quel lieu il souhaite amener son petit cochon en vue d’en récolter les ressources.

Chaque joueur peut également jouer une carte Fable s’il le désire. Dans ce cas, il la pose sur sa carte Collecte, les cartes Fables étant dévoilées AVANT les cartes Collecte. 

Deuxième étape : résoudre les effets des cartes 

Tous les joueurs révèlent ensuite en même temps leurs cartes Fable. 

En partant du premier joueur, on résout uniquement les effets des cartes où il est indiqué “Lorsque révélées”. Les autres cartes seront résolues en temps voulu comme indiqué sur la carte : avant la collecte, fin de la phase collecte ou au prochain tour. 

Tout le monde révèle ensuite sa carte Collecte et place son cochon sur le lieu de collecte indiqué par sa carte. Si vous avez joué des cartes Fable ayant la mention “Avant la Collecte”, c’est le moment de résoudre leurs effets.

Troisième étape : collecter les ressources 
 
Le partage des ressources s’effectue comme suit : 
  • si vous êtes seul(e) sur votre lieu : jackpot, vous pouvez prendre toutes les ressources présentes sur le lieu ; 
  • si vous êtes plusieurs, vous devez partager les ressources de façon équitable, en arrondissant toujours à l’inférieur. Imaginons, qu’il y ait 5 pailles et que vous êtes 2, chaque joueur gagnera 2 pailles. 
A noter que les ressources non récoltées restent sur le lieu jusqu’à la prochaine phase de Collecte. Sachant qu’à chaque fin de tour on réalimente chaque lieu en ressources, il est possible d’amasser très vite de gros paquets de ressources… et donc de construire plus facilement ses maisons ensuite !
 
Une fois les ressources collectées, on peut résoudre les effets des cartes Fable portant la mention “Fin de phase Collecte”. NB : si vous avez joué une carte indiquant “Au prochain tour”, gardez-la face visible à côté de votre plateau et réalisez son effet comme indiqué sur la carte lors du prochain tour. 

Quatrième étape : faire le ménage

On reprend en main les cartes Collecte jouées, on défausse les cartes Fables jouées et on replace les figurines Monstres sur le côté. 

La phase de construction

La phase de construction vous permet de réaliser 2 actions au choix parmi 4
  • piocher une carte Fable ; 
  • prendre 1 ressource au choix dans la réserve ; 
  • construire une section de maison ; 
  • réaliser une action spéciale (via sa carte Ami). 
Il est tout à fait possible de réaliser deux fois la même action (hors action spéciale). La construction est une étape clé si vous souhaitez gagner. Sans construction, pas de maison et donc pas de victoire. 

Pour construire une section de maison c’est très simple, vous devez payer un certains nombres de ressources du même type en fonction de la section que vous souhaitez bâtir, les toits coûtant plus chers que les murs, eux-même plus chers que les planchers. 

Les sections de maison coûtent la même chose, que vous décidiez de construire une maison en paille, en bois ou en brique. Mais vous l’aurez compris à la répartition des ressources sur les lieux qu’il est plus difficile d’obtenir de la brique que de la paille. 



3 points importants à savoir : 
  • on doit toujours construire ses maisons en respectant un ordre somme toute assez logique : plancher > murs > toit ; 
  • on peut travailler sur plusieurs maison à la fois mais on ne peut pas commencer une maison du même type si la première est inachevée ; 
  • chaque plateau permet de construire 5 maisons maximum ; 
Important : lorsque l’on construit des murs dans l’une de ses maisons, on obtient le droit de piocher une carte Ami, permettant généralement d’obtenir un avantage certain pour le reste de la partie. 

Enfin, le premier joueur ou la première joueuse ayant terminé une maison obtient le bonus correspondant à son type (il s’agit des tuiles bonus Premiers bâtisseurs disposées au-dessus de chaque lieu). Vous aurez le choix de piocher 2 cartes Fable, de piocher 1 carte Ami ou de prendre 1 ressource de chaque dans la réserve, ce qui peut être déterminant en début de partie.

La phase d’entretien

On récupère ses pions, on passe le pion Premier joueur au joueur suivant dans le sens des aiguilles d’une montre puis on réalimente les différents lieux en remettant un jeton de Tas de ressource sur chaque lieu, et 1 ressource de chaque sur le marché. 

Une nouvelle manche commence alors en répétant la phase de collecte, la phase de construction puis la phase d’entretien jusqu’à ce qu’au moins un joueur construise sa 3e maison. A noter qu’on termine toujours le tour en cours même si un joueur construit sa 3e maison. La partie s’arrête à la fin de la phase construction du dernier joueur. 

Mécaniques de jeu : les cartes Fable et les cartes Ami

Les cartes Fable




Les Fables sont des cartes à usage unique permettant de jouer des tours à vos adversaires. Le jeu en compte 56 pour une trentaine d’effets différents au total, certaines cartes étant présentes en plusieurs exemplaires. 

Chaque carte précise sa phase de déclenchement (Lorsque révélées / Après la Collecte / Au prochain tour) et l’action à réaliser. 

Certaines cartes comportent un symbole spécial précisant la fonction de la carte : appel d’un Monstre, carte à jouer au prochain tour ou carte affectant un lieu. 

Concrètement, les cartes Fable vont vous permettre de mettre un peu la pagaille dans le jeu des autres joueurs et ainsi retarder la construction de leur maison ou au contraire vous donner un coup de pouces pour gagner du terrain. Elles vont ajouter un peu de sel dans la partie grâce à leurs effets sur le jeu. Etant donné qu’on joue ces cartes sans connaître les lieux de déplacement des autres joueurs, il y a un petit côté exaltant lorsque les joueurs révèlent leur lieu de collecte et qu’on réalise (avec plaisir) qu’on a réussi à les piéger !

Les cartes Fable Monstres sont d’autant plus sympas pour 3 raisons : 
  • la qualité des figurines est TOP et ça apporte un vrai plus au jeu ; 
  • les actions sont plutôt équilibrées et ne vont pas complètement ruiner toute la partie d’un joueur. Les loups vont voler les ressources d’un lieu si un joueur s’y trouve, le Grand Méchant Loup comme dans le conte va “souffler” une partie de votre maison si vous vous trouvez sur le même lieu que lui ou encore le dragon va détruire toutes les ressources de votre plateau… avant la collecte, si bien que tout n’est pas complètement perdu ! 
  • il n’est pas question de violence ou de mort. Les Monstres vont vous embêter mais jamais directement vos cochons, et ça c’est plutôt cool vu l’esprit familial du jeu. 

Les cartes Ami 




Le jeu en compte 25, toutes différentes. 

Ces cartes Ami ne peuvent être obtenues uniquement de 3 façons
  • lorsque vous construisez les murs d’une maison ; 
  • si vous obtenez le bonus Premier bâtisseur ; 
  • si un autre joueur vous en donne une. 
Chaque carte Ami octroie une capacité spéciale permanente, c’est-à-dire une sorte de pouvoir qui peut grandement vous aider dans la partie. Certaines cartes comportent également une Action spéciale qui peut-être utilisée une fois par tour comme l’une des deux actions de sa phase de construction. Il est important de préciser que vous ne pouvez avoir qu’un seul et unique ami. C’est votre BAE. Votre bestfriend. Votre bro’ jusqu’à la mort ou presque. Car la seule solution pour changer d’ami est d’avoir la possibilité de piocher une nouvelle carte Ami. Dans ce cas, vous pourrez alors choisir de garder l’ancien ou le nouveau en fonction de vos préférences. 

Mais attention, l’Ami rejeté ne finira pas à la défausse. Que nenni. Lorsque vous avez un ami en trop, vous DEVEZ le donner à un autre joueur qui ne peut PAS le refuser. Même si lui dispose déjà d’un ami ou non. Il est donc tout à fait possible de refiler son ami un peu pourri à un autre joueur qui aurait déjà un ami. Vous pouvez aussi la jouer cool et filer votre ami en trop à un joueur qui n’aurait pas encore d’ami, mais c’est franchement moins marrant, surtout si vous voulez gagner. 

Certaines cartes Ami ont de quoi rendre chèvre comme le Petit Chaperon Rouge qui permet de défausser les 5 premières cartes de la pile Fable et de récupérer TOUTES les cartes Loups dévoilées. Et s’il n’y en a pas, vous pouvez piocher et garder la 6e carte. Et ça, à chacun de vos tours. A contrario, d’autres cartes sont un peu plus molles comme Poucelina qui permet de mélanger ses cartes Collecte non jouées et d’en jouer une au hasard afin d’aller sur ce lieu plutôt que le lieu choisi au départ. Ça peut “parfois” dépanner si un monstre est pile sur votre lieu, mais sinon, on peut vraiment s’en passer. J’ai fait toute une partie sans m’en servir une seule fois. 

La Forêt des Frères Grimm : copains comme cochons

La Forêt de Grimm est un jeu qui peut autant émerveiller qu’effrayer. Et pour cause, sa boîte gigantesque comprend un nombre conséquents de pièces, cartes, tuiles, figurines et autres éléments de jeu. 

Même si la boîte est vraiment très bien conçue pour tout bien ranger, je pense que certains pourront prendre peur et penser le jeu complexe au vue de tous les éléments qui la compose. La notice également est assez longue à lire lors d’une première partie le temps d’assimiler les différentes phases de jeu (plus courte que ce test, je vous rassure…). Il faut compter un bon 15/20 min le temps d’installer tout le plateau et d’expliquer les règles aux autres joueurs. Les cartes d’aide de jeu sont un vrai plus dans ce jeu ! 

La durée de partie moyenne annoncée (45 min tout de même) peut également faire peur aux joueurs habitués aux parties rapides. Surtout qu’on sait tous qu’une première partie dure toujours plus longtemps que la durée indiquée sur la boite… 
 
Et pourtant, La Forêt des Frères Grimm mérite vraiment de s’y attarder. Déjà pour la qualité du matériel. C’est un des plus beaux jeux que j’ai aujourd’hui dans ma collection je pense. Les illustrations réalisées par Mr. Cuddington sont vraiment canons. Toutes les cartes ont été travaillées et il est hyper agréable de retrouver les personnages emblématiques des contes des Frères Grimm (car oui, il est bon de rappeler que Raiponce ou la Princesse à la Grenouille, ce n’est pas Disney à l’origine...). On sent que tout l’univers a été pensé et travaillé tant au niveau des plateaux que des petits éléments comme les sections de maisons en paille, en bois ou en brique. On prend plaisir à assembler pour de vrai ses petites maisons, à déplacer les figurines Monstres sur les lieux, etc. Vous savez, on a parfois le sentiment que le jeu aurait fonctionné quel que soit l’univers, les illustrations, etc. Ici, on sent que tout le concept du jeu a véritablement trouvé son essence dans les contes et c’est pour ça que le jeu fonctionne si bien. 

Ne prenez également pas peur à la mention “dès 14 ans” inscrite sur la boite. J’ai pu tester le jeu avec mes nièces de 9 et 8 ans, assistées de leurs parents, et le jeu n’a pas présenté de difficultés particulières. Les phases de jeu ont rapidement été assimilées après un ou deux tours. Il est de toute façon assez naturel lors des premières parties de répéter à voix hautes les différentes étapes du tour pour tous les joueurs. L’unique difficulté résidait peut-être parfois dans la compréhension des cartes, mais je pense qu’il s’agit plus d’un problème d’attention lors de la lecture de la carte que de compréhension. Selon les enfants, il peut être intéressant de leur rappeler parfois les objectifs et conditions de victoire. Une de mes nièces étaient par exemple obnubilée par l’idée de pourrir son cher tonton qui lui avait fait une crasse le tour précédent, oubliant complètement pendant plusieurs tours que l’objectif était de construire ses maisons. 

Je pense que des enfants de 10 ans pourront jouer de façon complètement autonomes avec d’autres adultes pour peu qu’ils soient un peu familiers des jeux de société. Le jeu a également un assez bon équilibrage qui permet de jouer avec un peu de piquant (peut-être pas assez à mon goût) mais sans finir complètement frustré, la majorité des cartes ayant plutôt tendance à aider le joueur plutôt qu’à détruire les autres joueurs. J’ai joué à une partie entre adultes par exemple où les autres joueurs jouaient vraiment peu voire aucune carte Fable. La partie s’en est ressentie un peu plus molle puisque chacun faisait un peu sa petite affaire dans son coin sans trop embêter les autres. Je pense que ça venait d’une méconnaissance du jeu et de l’intérêt des cartes Fable pour le coup, car lors d’une deuxième partie avec mes nièces cette fois-ci, nous avons bien plus utilisé les cartes Fable et le fun était bien au rendez-vous. 

Enfin, sachez que le jeu a clairement été pensé pour jouer à 3 et 4 joueurs. A deux joueurs, la mécanique de jeu est franchement moins palpitante puisqu’elle implique de lancer un dé pour simuler un troisième joueur : le prince Régal. Ce dé détermine le lieu sur lequel le prince va prendre la moitié des ressources. Les joueurs choisissent ensuite et jouent leurs cartes Fable et Collecte et jouent normalement le tour. Il n’y a donc aucun effet de surprise puisqu’ils connaissent avant le déplacement du prince. Par ailleurs, le prince n’est jamais considéré dans les lieux où il collecte, il n’est donc pas pris en compte dans les effets des cartes Fable ou Ami, et n’est jamais attrapé par les Monstres. Grosso modo, ce joueur fantôme est uniquement là pour limiter le nombre de ressources et éviter une partie trop rapide. D’autant plus qu’à deux joueurs et donc 3 lieux, il est vraiment facile de s’éviter et de faire sa petite affaire dans son coin sans trop embêter l’autre. N’espérez donc pas y jouer à 2. 

En résumé


Les plus : 
  • Le jeu est vraiment très très beau. Tous les éléments sont de qualité. Tout a été réfléchi pour coller à l’univers du conte. 
  • La boîte de jeu est parfaitement pensée pour tout bien ranger. Cheh quel plaisir (comme disent les jeunes) de tout ranger après une partie. Chaque chose a sa place, dans des petits compartiments, certains fermés pour éviter que tout se mélange. On pourrait éventuellement juste regretter qu’il n’y ait pas un ou deux élastiques pour attacher les cartes qui peuvent se balader un tout petit peu dans la boîte mais on chipote. 
  • C’est un vrai bon jeu familial, avec une mécanique de jeu qui fonctionne bien et qui s’appréhende relativement vite, même si les parties sont assez longues ( 45 - 60 min). 
Les “neutres” : 
  • Le prix : comptez 40,50 € sur Philibert pour acquérir ce bel objet. Je le met dans la case “neutre” car même si ça représente un budget, compte-tenu de la qualité du jeu et de ses différents éléments, je ne trouve pas ça cher payé en soi. Après, forcément c’est un prix à considérer car il faudra avoir l’occasion de le ressortir puisqu’on ne peut y jouer qu’à 4 joueurs maximum et qu’à 2, c’est clairement moins sympa. 
Les moins : 
  • Le mode 2 joueurs a clairement été ajouté juste pour pouvoir noter sur la boite “2 à 4 joueurs” (c’est plus vendeur que voulez-vous). Mais clairement, si vous cherchez un jeu pour occuper vos longues nuits d’hiver à 2, passez votre chemin. 
  • Je trouve que le jeu peut manquer un tout petit peu de piquant parfois. Les cartes ne sont pas assez dures avec les joueurs même si clairement j’aurai été la première à crier au scandale si un dragon avait rasé tout mon plateau de jeu…
La Forêt des Frères Grimm est un bon jeu de plateau et de stratégie qui donne envie d’y rejouer pour peaufiner sa stratégie, d’autant plus lorsqu’on a perdu et ce malgré de tout petit défauts d’équilibrage en fonction des cartes. Comment organiser ses constructions ? Construire une maison en paille ? Plus rapide à construire mais plus facile à détruire ? Ou au contraire la brique, robuste mais plus difficile à obtenir ? Faut-il miser sa stratégie sur les cartes Fable ? Aie-je bien fait de jouer cette carte à ce moment de la partie ? Vous l’aurez compris La Forêt des Frères Grimm nous pousse à s’interroger sur ce qu’on aurait pu mieux faire pour remporter la partie. Compte-tenu du prix, je ne peux que vous conseiller de le tester dans votre ludothèque favorite avant de l’acheter pour être certains que l’univers vous plait. Ou mieux, vous pouvez essayer de remporter la boîte du jeu ! Rendez-vous dans les commentaires !
 

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews