Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Heroes of Might and Magic V

Sidoine par Sidoine,  email  @sidoinedw
Heroes of Might and Magic V est un jeu de stratégie en tour par tour dans un univers médiéval-fantastique. On dirige un héros accompagné de son armée sur une carte regorgeant de monstres à affronter et de trésors à récupérer, le but étant de réaliser les objectifs du scénario.

La cuisine de Might



L'armée du héros se renforcera généralement en recrutant des unités dans les villes que l'on contrôle, comme dans un jeu de stratégie en temps réel normal. Les unités disponibles dépendront évidemment des bâtiments présents dans la ville, il faudra donc en construire. Tout cela est payé en ressources, qui peuvent être soit directement collectées par le joueur, des tas de ressources pouvant être trouvés un peu partout sur la carte, soit gagnées automatiquement en possédant des bâtiments dispersés sur la carte. La particularité de ce jeu est qu'il est possible de posséder des villes de n'importe quelle faction, ce qui permet de recruter des troupes de type très varié.

Une bonne partie du temps de jeu est en réalité passée à déplacer le héros sur la carte, en dépensant un certain nombre de points de mouvement à chaque tour. Pour aller récolter les ressources et les trésors ou pour atteindre les objectifs, on devra livrer des batailles contre les monstres qui barrent le chemin.

Les batailles se déroulent elles-même en tour par tour. Elles débutent par une phase de disposition des unités assez simpliste, qui permettra éventuellement de tenir compte des obstacles sur le terrain. En règle générale, on se contente de garder la même formation d'une bataille à l'autre. Ensuite, le combat proprement dit commence. L'ordre dans lequel joue chaque unité dépend de son initiative. On peut soit déplacer l'unité, provoquant un affrontement si la case de destination est occupée, soit lancer un sort.

Ces trois aspects sont influencés par les compétences du héros, qui sont acquises en gagnant des niveaux et sont conservées d'un scénario à l'autre, tout le long de la campagne. Pour faire progresser le personnage, on doit accumuler des points d'expérience, gagnés essentiellement lors des combats.



Critique rime avec Magic



L'intérêt du jeu est le grand nombre de paramètres qui entreront en compte dans la victoire, puisqu'il faudra faire des bons choix à tous les niveaux.

Ainsi, avoir une grande armée ne suffit pas à gagner : si vous subissez de grosses pertes lors d'une bataille et que vous rechargez la partie pour réessayer, vous pourrez peut-être renverser l'issue du combat. En effet, il faudra adapter sa tactique à celle de l'adversaire : faut-il attaquer au corps à corps ou rester en défense en comptant sur les archers et les mages ? Sachant que notre grimoire est vaste et varié, quels sorts lancer ? Doit-on attaquer en priorité une unité adverse particulière ou au contraire disperser ses coups ? Il faudra apprendre à distinguer les armées qui font peu de dégâts mais sont très résistantes de celles qui au contraire peuvent être tuées facilement mais qui font des dégâts massifs.

En dehors des batailles, vous devrez vous demander quels trésors viser, si vous devez prendre tel ou tel bâtiment, si vous cherchez à éviter le combat avec les armées adverses ou pas. Par exemple, lors de certains scénarios, une stratégie gagnante sera d'éviter les adversaires pour prendre leurs villes pendant qu'ils vous cherchent ailleurs.

Par rapport à Warcraft III, plutôt similaire dans son principe, le tour par tour rend le jeu plus stratégique. En contrepartie, HoMM est peut-être moins ludique, puisqu'il manque la frénésie inhérente au temps réel.



Heroes et verte est l'interface



L'interface est agréable et bien pensée, mais souffre de quelques défauts, notamment dans l'enchaînement des clics de souris, pas toujours évident, parce que certains éléments ne réagissent pas comme des boutons : doit-on faire un clic droit ou un double clic, etc. Par ailleurs, le fait d'avoir regroupé les actions dans le coin inférieur droit de l'écran, comme dans beaucoup de jeu, les rend peu accessibles : on doit constamment faire des aller-retours avec la souris si on ne veut pas utiliser les raccourcis clavier, mal mis en évidence (à tel point que je ne suis même pas sûr qu'ils existent).

Le jeu est articulé autour de six campagnes, une par faction, de cinq scénarios. Ces scénarios vous prendront en moyenne deux heures chacun, voire plus si vous rencontrez des difficultés. La difficulté n'est d'ailleurs pas progressive, sans véritable tentative de vous apprendre le jeu au fur et à mesure, en vous plaçant face à de nouveaux défis clairement identifiés comme tels.

Concluons sur l'aspect du jeu : graphiquement c'est très réussi. Les villes sont superbes, de même que les batailles, les paysages, etc. Le seul endroit où ça pêche, c'est pendant les cinématiques de la campagne, faites avec le moteur du jeu, qui réutilisent la plupart du temps les animations utilisées pendant les combats, plutôt hors de propos.

Un petit mot quand même sur le multi-joueur : malgré l'ajout d'un mode fantôme qui permet de jouer pendant que l'adversaire joue son tour, je n'ai pas du tout accroché. C'est sans doute intéressant de jouer avec des amis sur un même ordinateur, mais en réseau c'est plutôt fastidieux.

HoMM V est la stricte continuation des épisodes précédents, avec des graphismes au goût du jour et de petits perfectionnements. C'est un peu le Civilization IV des HoMM.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews