Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Flower

Zaza le Nounours par Zaza le Nounours,  email  @ZazaLeNounours
 
Flower est le nouveau jeu-concept de thatgamecompany, déjà responsables de flOw (sorti également sur PSN, et plus tard sur PSP). Mais là où flOw avait un petit côté belliqueux, et vous plaçait aux commandes d'un organisme unicellulaire devant bouffer ses congénères pour grossir, Flower est lui beaucoup plus zen : vous contrôlez le vent et devez récolter des pétales de fleurs. Zen, vous dis-je.
Flower ne propose que six niveaux (sept si l'on compte celui des crédits), ce qui est quand même un peu rachitique, mais tous sont suffisamment différents dans leur design pour qu'on n'ait pas l'impression de tourner en rond. Le gameplay proposera également quelques variations, mais globalement il faudra toujours ramasser un certain nombre de pétales pour redonner vie à une zone "morte" dans une explosion de couleurs à faire pleurer Okami et débloquer une nouvelle zone dans le niveau. Bien qu'on se balade dans des environnements a première vue gigantesques, leur déroulement reste finalement assez linéaire, même si il y a tout de même pas mal de petites choses cachées à découvrir pour ceux qui ont envie d'avoir un peu de challenge dans cet océan de tranquillité.

Pour ce qui est de la maniabilité, le jeu utilise tous les boutons de la manette PS3. Oui, absolument tous, mais comme ils servent tous à effectuer la même action (à savoir faire souffler le vent), vous devriez vous en sortir facilement. Pour orienter le souffle, il faudra incliner la manette dans la direction voulue. C'est simple et efficace, même si du fait de la reconnaissance de mouvements un peu douteuse du Sixaxis, on aura quand même parfois l'impression de manœuvrer un 35 tonnes avec des roues carrées. C'est un peu dommage, mais le plaisir de jouer avec la manette dans une main et une bière dans l'autre compense largement ce désagrément.

Côté réalisation, ce petit jeu de rien du tout en met vraiment plein les yeux. On l'a dit les environnements sont vastes, mais ils sont également très colorés (le coucher de Soleil du niveau des éoliennes est hallucinant). La mise en scène est également une franche réussite, et des frissons de satisfaction vous parcourront l'épine dorsale quand vous redonnerez des couleurs au niveau. Cette réussite visuelle est doublée d'une réussite auditive encore plus grande : les musiques sont absolument sublimes et complètement dans le trip zen, et chaque pétale ramassé viendra les enrichir de petites harmoniques.
Beau, frais, dépaysant, simple et efficace.
Rechercher sur Factornews