Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Civilization IV : Colonization

CBL par CBL,  email  @CBL_Factor
La vie est cruelle. Je pensais être sevré de Civilization IV et Sid Meier et ses potes annoncent une nouvelle extension pour le jeu : Civilization IV : Colonization. Mieux : c’est en fait un remake de Colonization, un trou noir qui a fait disparaître une partie de mon adolescence. Firaxis commence à être rodé niveau remakes vu que c’est leur troisième (il y a eu Pirates! et Railroads!). Alors que donne le mariage entre le meilleur 4X du monde et le retour d’une vieille gloire du PC ?
Le principe de Civilization IV : Colonization est simple. Vous êtes envoyé par la mère patrie (Espagne, France, Angleterre ou Pays-Bas) dans le nouveau monde pour établir des colonies et se faire un max de fric en exploitant les ressources locales. Il faut créer des villes, gérer les relations avec les indiens ou les autres colons (commerce, diplomatie, guerre…), récolter et transformer des ressources afin de les revendre ou de les utiliser. L’une de ces ressources est la Cloche de Liberté. Plus vous en avez, plus le sentiment d’indépendance monte. S’il est supérieur à 50% dans chaque ville, vous pouvez déclarer l’indépendance ce qui déclenche une guerre contre la mère patrie. Si vous arrivez à y survivre, vous gagnez la partie. Le jeu se passe au tour par tour, commence en 1492 et finit 300 tours plus tard c'est-à-dire à la fin du XVIIIème siècle.

Le jeu utilisant le moteur de Civilization IV, il ressemble forcément à un gros mod pour ce dernier : on retrouve l’interface, le look général, les zooms pendant les combats, les fenêtres de diplomatie… Firaxis n’a pas fait beaucoup d’efforts. Le pire reste la fenêtre montrant le port dans le pays d’origine. Le Colo original montrait un paysage coloré avec les colons sur le quai prêts à partir alors que ce remake se contente d’une sorte de gros tableau excel. La palette de couleurs est un peu plus terne que dans Civ IV et l’eau est un peu plus jolie. La musique est toujours aussi chouette. Mais derrière cette couche Civ IV se cache bien le gameplay de Colonization.

Coloscopie



Les améliorations sont d’ailleurs minimes par rapport au jeu original : Colonization reprend le principe des frontières des différentes villes introduit avec Civilization III en remplaçant la culture par les cloches de la liberté pour définir la taille des frontières. Les civilisations ne peuvent désormais plus recruter les mêmes pères fondateurs. Comme dans Civ IV, on choisit au début d'une partie entre deux leaders offrant des avantages différents pour chacune des civilisations. Enfin, le changement le plus important se situe quand on déclare l’indépendance : on prend différentes décisions pour rédiger la constitution qui affectent le reste de la partie (monarchie ou république, abolition de l’esclavage, port d’arme, présence d’un aspirateur dans la cave etc…). Par contre, pour une raison qui m’échappe, on ne peut pas jouer avec une carte qui ressemble au vrai Nouveau Monde. On se retrouve toujours avec un truc assez informe divisé en plusieurs îles.

Sinon, c’est du Colo pur jus. Tout le truc est de maintenir un équilibre entre la production de ressources, la production d’armes et la production de cloches de la liberté. Il peut être tentant de privilégier la production de nourriture et de fer pour obtenir de nouveaux colons et pour fabriquer des armes afin d’avoir des tonnes de soldats. Mais le commerce de ressources et surtout de produits finis est essentiel car il rapporte beaucoup et permet d’acheter des canons et des troupes expérimentées. Par contre n’économisez par pour acheter les gros navires de guerre : ils ne serviront à rien face à ce qu’enverra le roi si vous déclarez l’indépendance. A la rigueur faites des Corsaires pour protéger vos bateaux et pillez ceux des autres. La production de Cloches de la Liberté va très vite surtout avec des journaux et des politiciens donc ne vous précipitez pas surtout que le nombre de soldats ennemis qui débarquent lors de la déclaration d'indépendance dépend fortement de cette production. Au passage, vous risquez d’être surpris par la difficulté extrême de la guerre d’indépendance. Essayez de faire des pactes de défenses avec les indiens du coin plutôt que de les massacrer. Ils seront bien utiles quand l’armée royale débarquera.

Multisolo



Le mutijoueur est assez insipide. La coopération entre les joueurs est finalement très limitée et on se retrouve à jouer chacun dans son coin. L’aide de l’autre joueur est surtout utile en cas de guerre. Les indiens se comportent bizarrement. Parfois ils donnent carrément leurs villes et auto-détruisent leur propre civilisation et d’autres fois ils déclarent la guerre sans raison (évitez quand même de fouiller les cimetières trop proches des villes indiennes pour éviter les ennuis). Enfin, on aurait souhaité que le jeu soit un peu plus étoffé. Par exemple à coté d’un Anno 1701, les chaines de production de Colonization paraissent limitées.
Civilization IV : Colonization. Tout est dans le titre : un remake de Colo avec le moteur de Civ IV. Le problème est que Firaxis a fait le minimum syndical et que le résultat n’est pas exempt de défauts. Certes le jeu est toujours aussi chouette et vendu 30 euros mais on ne peut pas s’empêcher de se dire qu’il aurait pu faire partie des scenarios de Civilization IV Beyond The Sword ou de Civilization IV Warlords qui sont déjà de très haute volée. Au final, le jeu ne satisfera ni les nouveaux fans de 4X ni les amoureux de Colonization.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews