Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

Calme et attentif comme The Sojourn

miniblob par miniblob,  email  @ptiblob
Supports : PC / Xbox One / PS4
C'est bien connu, la pratique des jeux vidéo cultive la violence, faisant de nous de véritables bêtes assoiffées de sang et prêtes à commettre les actes les plus barbares qui soient. Quand on aborde ce terrible danger, on a pris l'habitude de pointer du doigt les FPS ou les beat'em all, et pourtant il y a un genre qui porte cette rage directement dans son nom : les casse-têtes. Oserez-vous fracasser vos neurones sur les puzzles de The Sojourn ?
Cette introduction pour le moins putassière est tout bêtement une façon de dire que, lorsqu'on est un jeu vidéo, il est plus facile de faire parler de soi (en bien comme en mal) en mettant en avant des scènes d'action sanguinolentes que des puzzles calmes et complexes. Essayez donc de pondre une bande annonce pour un jeu de réflexion sans pour autant endormir votre spectateur ! Une des solutions, c'est d'embrasser totalement cette particularité et d'en faire une force. Il suffit de jeter un coup d'œil à un trailer de The Sojourn pour comprendre que les développeurs de chez Shifting Tides ont justement parié sur le côté paisible et posé de leur titre pour se démarquer. Le résultat, c'est un jeu de réflexion à la première personne qui lorgne sans vergogne du côté de la séance de relaxation. On est toutefois en droit de se demander si la prise de tête et le lâcher prise font bon ménage.

Visite de jardins statuaires

Pour le présenter rapidement, The Soujourn est donc un titre qui se joue à la première personne et dans lequel on va traverser une succession d'environnements avec un objectif bête comme chou : partir d'un point de départ fixe et atteindre tout simplement la sortie, puis recommencer dans le prochain niveau. Il ne s'agit pas pour autant de marcher bêtement droit devant soi, le chemin se limite toujours à un enchevêtrement d'étroites passerelles en pierre, une sorte de labyrinthe suspendu dans les airs, et il faut jongler avec la possibilité de passer dans un monde de ténèbres pour ouvrir la voie en interagissant avec d'étranges statues. Ça vous semble confus ? En gros, les premiers niveaux vous montrent qu'en passant sur une dalle magique votre vision s'assombrit juste le temps de faire quelques pas, et vous pouvez profiter de cet état de conscience altéré pour échanger par exemple votre place avec celle d'une statue un peu particulière.



Si résoudre les premiers puzzles est un véritable jeu d'enfant, la difficulté va monter ensuite très progressivement, notamment avec l'ajout constant de nouvelles fonctionnalités : la possibilité de dupliquer des statues de téléportation, des statues musicales qui vont créer un chemin le temps de la mélodie, des statues qui projettent un rayon pour accéder au monde des ténèbres, des portails... Bref, dès qu'on pense avoir fait le tour d'une idée, le jeu s'empresse de nous en balancer une nouvelle, et ça nous donne une progression très fluide et agréable. Soyons honnête, si vous avez déjà fait The Talos Principle en long, en large et en travers, vous trouverez même sans doute cette progression un peu trop fluide et il n'y a pas besoin d'être une flèche pour parvenir sans mal au bout du voyage, quitte à avoir parfois l'impression de passer en mode brute force sans forcément se décarcasser. Oui mais ce n'est pas tout, parce que le jeu propose aussi son lot de défis annexes sous la forme d'une cinquantaine de parchemins à récupérer. Encore une fois, les premiers ne devraient pas vous faire des nœuds au cerveau, mais ça se complique quand même pas mal sur la fin... sans toutefois égaler la complexité des étoiles les plus retorses de The Talos Principle.

En direct du compte Twitter du Dalaï-lama

Et puisqu'on joue la carte de la comparaison avec le jeu de Croteam, autant y aller jusqu'au bout en évoquant leurs différences fondamentales dans leur approche de la narration. Ne faites pas les étonnés, il y a bien un scénario dans ces deux jeux de réflexion, ils peuvent sembler très annexes mais dans le fond ils disent aussi beaucoup de l'approche globale qu'ont voulu privilégier les deux développeurs. Dans les deux cas, le propos surfe sur une toile de fond plus ou moins philosophique, mais là où The Talos Principle le fait avec une certaine dérision, The Sojourn reste lui très premier degré. Entre les niveaux, on va croiser des statues qui vont nous raconter une histoire sous la forme d'un petit conte. C'est un déroulé très classique, un personnage qui prend conscience de ses chaînes et qui remet en cause le système établi. C'est aussi appuyé par les petits dictons qui se retrouvent sur chacun des parchemins optionnels. Si vous êtes déjà passé sur le compte Twitter du Dalaï-lama, vous pouvez vous faire une assez bonne idée des maximes à la fois vagues et plutôt consensuelles qui vous y attendent.



Alors c'est sûr, on peut ricaner sottement en se moquant de l'aspect new age low cost du propos, mais il vaut mieux voir le jeu comme un ensemble. On se rend alors compte qu'il dégage une cohérence tout à fait appréciable : il ne se contente pas d'être un jeu calme qui parle de bien être, il met les éléments en place pour nous faire ressentir ce bien être. Ça tient en premier lieu à l'enrobage visuel et sonore qui joue la carte du dépouillement et de la simplicité pour mieux nous poser une ambiance zen. Que ce soit un gong en début de niveau, l'impression de s'immerger ou encore le fait de voir le décor se construire petit à petit sous nos pas, aucun des détails du design n'est tout à fait innocent. Et si on veut aller encore plus loin, c'est son rythme, la façon qu'il a de proposer des énigmes tout en douceur, qui viennent appuyer le propos. La forme rejoint le fond et il faut reconnaître que ça marche, ça détend. En somme, il ne faut pas demander à The Sojourn de se montrer vicieux, retors et sadique dans ses énigmes, c'est tout le contraire, il déploie plutôt une certaine générosité et une bienveillance tranquille.

Si vous voulez voir le jeu en mouvement et avoir un autre son de gong, jetez un oeil à la preview vidéo qu'avait réalisée l'ami billou95 en avril dernier :

Préparez une tasse de tisane mélisse-camomille et un plaid tout doux, vous serez dans les meilleures conditions possibles pour profiter de The Sojourn, le jeu qui conjugue la réflexion à la méditation sans tension ni prétention.
Rechercher sur Factornews