Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Buffy The Vampire Slayer

Joule par Joule,  email  @j0ule  
Les adaptations de séries sont plutôt à la mode ces temps-ci, avec à la clé des jeux bâclés sans aucune créativité ou effort technique. Du marketing pur et dur pour faire tourner la boîte en comptant sur le nom pour faire vendre. Buffy arrive dans le tas, mais il est un des rares à tirer son épingle du jeu.

La loi des séries


Buffy (le jeu) profite à fond de la licence Buffy (la série) qu’il exploite dans ses moindres recoins. On retrouve bien évidemment toutes les têtes d’affiche du petit écran : Buffy, Cordelia, Willow, Alex, Angel ou encore Spike; je dois certainement en oublier. Les vrais acteurs doublent leurs avatars en version originale, ce qui est un vrai bonheur, malgré l’absence vraiment honteuse de sous-titres français. Les décors de la série sont eux aussi bien présents dans les 13 niveaux, et c'est avec avec amusement qu'on se ballade dans le manoir d’Angel, danse au Bronze ou encore s’entraîne au lycée de Sunnydale.

Buff Daddy

Maintenant que les présentations sont faites, attaquons le cœur du jeu. Buffy est un beat them all, c'est-à-dire "moi vois, moi frappe". Il y a bien quelques énigmes de recherche et de réflexion, mais rien de bien nouveau et on s’en sort toujours très rapidement; le jeu est très linéaire et suit un scénario plutôt sympa. On ne bloque quasiment jamais dans le jeu, cela n’arrive que lorsque l’on rencontre des adversaires assez coriaces que l’on affronte jusqu’à leur faire mordre la poussière.

Mon pieu dans ton coeur

Très peu de touches (deux boutons et le stick analogique) servent à enchaîner de manière spectaculaire des combos de folie : coup de pied retourné, choppes, High Kick sauce Trinity, etc… Ces combos (que l’on apprend à maîtriser au fur et à mesure de la progression) sont accompagnés d’effet « à la Matrix », mais vous coûtent de la mana. Une fois la barre d’énergie de votre ennemi au minimum, vous pouvez le terminer à l’aide d’un pieu, d’une batte ou encore d’une pelle, par exemple. Une arbalète permet de varier un gameplay un poil répétitif en se la jouant furtif pour dégommer les ennemis de loin. Une autre arme plutôt loufoque permet de sulfater du vampire grâce au feu de l'enfer ou à l'eau bénite. Un des rares défauts du jeu réside dans la gestion des armes et des objets, qu’il faut changer soit en passant dans des menus, soit arrêter de se déplacer en plein milieu de l’action pour accéder au raccourcis sur le pavé directionnel. Un peu lourdingue…

Michelle, ma belle

Buffy se place dans ce qui se fait de mieux graphiquement sur Xbox, cela fait partie des avantages indéniables d’un jeu exclusif à une plateforme. Les persos sont ultra ressemblants aux originaux, les éclairages dynamiques vraiment bien foutus, et les animations pour une fois réussies. Une bonne exploitation du 5.1. et une ambiance tantôt angoissante, tantôt légère, parachèvent un bilan technique parfait.

Buffy est un bon jeu à licence, ce qui est assez rare pour être souligné. La réalisation exemplaire, un gameplay bien bourrin avec quelques finesses par ci par là, et une durée de vie honnête pour le genre en font un des tous meilleurs jeux de la Xbox, malgré quelques défauts somme toute assez mineurs. Pour preuve, il m’a donné envie de connaître la série, c’est dire…

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews