Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
TEST

Age Of Mythology

Stab par Stab,  email
Il était attendu, celui-là. Annoncé comme le jeu qui rassemblerait tous les joueurs STR sur PC et parviendrait à détrôner l'énorme Warcraft 3, voilà maintenant quatre ans qu'Ensemble Studios et Microsoft bossent dessus. Heureusement, il ne déçoit pas. Ou si peu...

Des graphismes d'un nouvel Age


Age of Mythology ressemble, à première vue, à Age of Empires. À tel point que l'on ne remarque pas les différences dans les premiers temps : créer des bâtiments basiques, envoyer les péons récolter bois, or et nourriture... La seule amélioration évidente réside dans la partie technique, et particulièrement les graphismes. AoM est en effet doté d'un des rendus visuels les plus fouillés de son genre; plus élaboré que celui d'un Warcraft 3, le monde environnant est superbe, tant dans le choix de la palette de couleurs que dans la finesse du graphisme lui-même, sans pour autant être surchargé de détails. Les musiques sont quant à elles d'un niveau correct sans être grandioses.



Le jeu nécessite au final une configuration standard pour tourner avec les détails au minimum. En un mot, la partie technique laisse cette sensation : pure (NdSonny : buvez du lait !).



L'unité fait la force



Elément crucial dans un jeu de strat' temps réel s'il en est, le gameplay de AoM figure, lui aussi, parmi les ténors du genre. Tout a été précisément calculé, et chaque chose a sa place. Le nombre d'unités différentes est énorme, car, aux soldats et constructions de combats habituelles, comme les cavaliers, les archers ou les bateaux, viennent s'ajouter les Héros et les Unités Mythologiques... qui font tout le sel d'Age of Mythology. En effet, par le biais de divinités choisies à chaque changement d'âge (elles-mêmes définies par la civilisation adoptée), le joueur a accès à des héros spécifiques, leaders de groupes et redoutables contre l'autre type d'unités spécifiques, les Unités Mythologiques. Eux, en revanche, sont très puissants contre les unités basiques, qui parviennent, elles, à vaincre les héros.



Il faut savoir aussi que, toujours en fonction de la civilisation, la manière de jouer change sensiblement. Par exemple, les Egyptiens possèdent une économie très solide mais ne construisent qu'en pierre, ce qui les rend plus lents. En revanche, les Scandinaves, peuple nomade, vont vite et collectent rapidement des ressources, mais ont un développement très limité en dehors de ce qui concerne directement la guerre. La boucle est bouclée. Les disparités des peuples se complètent à merveille et se valent toutes.



Warcraft 3 "m'a tuer"



Là où Age of Mythology faiblit vraiment par rapport à Warcraft 3, c'est au niveau du multijoueurs. Car le jeu dispose d'arbres technologiques si complexes qu'il est quasi impossible de connaître les combinaisons par coeur, chose pourtant nécessaire avec un gameplay aussi élaboré. En sus, si les civilisations se valent, certains Dieux sont presque inexistants lors des parties en réseau, leur alternative du moment étant beaucoup plus intéressante. Pour finir, il manque deux ou trois choses à l'interface pour être parfaite, et le pathfinding est en dessous de la moyenne du genre, ce qui est pour le moins énervant. Dommage.

Age of Mythology a été travaillé, et ça se sent. Des graphismes très agréables, une richesse incroyable... il aurait pu être le meilleur STR de tous les temps. Mais c'est juste le second meilleur STR de tous les temps, un cran en dessous de Warcraft 3. La jouabilité aurait été un poil plus travaillée, Ensemble aurait fini d'équilibrer comme c'était parti, et il décrochait le pompon. Mais bon, franchement, si vous avez fini le jeu de Blizzard et cherchez quelque chose du même calibre ou presque, AoM s'impose comme une évidence.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews