Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
TEST

Absolute Drift: Zen Edition

Ricardo par Ricardo,  email  @Ricardo13Gaming
Développeur / Editeur : Flippfly Funselektor Labs
Supports : PC / Xbox One / PS4 / Switch / Xbox One X / PS5
Créé par Funselektor Labs (créateurs de art of rally dont Absolute Drift serait un "brouillon" d'après certains), Absolute Drift est sorti fin juillet 2015 sur PC, Mac et Linux, un an plus tard sur PS4 et encore un an de plus sur Xbox One. Le voici qui atterrit enfin sur Nintendo Switch, plateforme qui à priori lui sied à merveille, mais (on va le voir) sur laquelle il y a quelque chose qui coince.

Hey! Lis ça et glisse



Pour rappel, nous avons affaire à un jeu de course mettant en scène des voitures (répliques plus ou moins inspirées de véritables véhicules) en vue de dessus dans un style graphique minimaliste. Ici ce n'est pas la vitesse qui prime, vous ne devez pas vous placer premier (vous serez toujours seul en piste), vous ne devez pas non plus faire le meilleur chrono (enfin si de temps en temps, mais c'est à la marge).

Non le but premier est de faire un maximum de points que vous obtiendrez si vous remplissez les objectifs, en grande partie basés sur votre propension à faire des dérapages, les fameux drifts. Les circuits sont disséminés dans 5 mondes, chaque monde est à débloquer en remplissant des défis toujours à base de drifts mais aussi de collection d'items ou de sauts acrobatiques. L'accomplissement de tous les défis du monde en cours débloque également une nouvelle caisse à savon. Ces défis sont d'ailleurs totalement indépendant des objectifs de courses, vous pourrez donc si vous le désirez débloquer tous les mondes avant de disputer la moindre course. 



Ceci étant dit le coeur du jeu réside dans sa technicité manette en main, la difficulté à anticiper et executer le moindre virage, et il le fait admirablement bien avec notamment une physique des véhicules plutôt pointue. Les 6 modèles proposés sont tous différents dans leur maniabilité et vous bénirez le jeu quand vous débloquerez votre premier bolide tant la caisse de départ est un enfer à contrôler. Au niveau des commandes justement, il vous est possible de choisir entre une boite auto ou manuelle, différents niveaux de direction assistée et jouer sur la sensibilité de la direction. Il existe trois niveaux de difficultés, mais ces derniers ne modifient que les préréglages de la direction assistée et honnêtement je n'ai pas ressenti de différence flagrante. Le jeu est exigeant, et c'est cette difficulté couplée à la grande marge de progression qui rendent le jeu vraiment interessant. 

Ivre, en 2021 il lâche des "Ivre, ..." dans sa critique



Côté contenu c'est un peu chiche : Un tutoriel assez fournit, 5 mondes à explorer, 34 courses réparties aux quatre coins des mondes, 5 défis par course et un leaderboard. Ce sera tout mesdames et messieurs. Mais comme évoqué plus haut, c'est un jeu de scoring, et on y reviens très volontiers pour s'améliorer et augmenter ses scores. Le jeu tente néanmoins un petit enrobage scénaristique avec une "explication" d'où vient cette pratique glissante, explication donnée par une statue de Bouddha que vous ne verrez que deux fois : au début et à la fin de votre exploration des mondes. Donc le Drift viendrait du japon, un pilote de course ayant bu trop de saké aurait découvert cet art en ne pouvant pas conduire droit...

Le jeu distille d'ailleurs quelques signaux venus du soleil levant : les noms des courses sont toutes des villes japonaises, des pancartes écrites en Kanjis sont visibles de temps en temps etc...
Les musiques sont planantes et apaisantes; c'est plutôt une bonne idée pour éviter les crises de nerfs même si personnellement j'aurai aimé qu'elles soient plus rythmées. Elles sont composées par C41 et Nyte, sensés être connus (ils sont en tout cas mis en avant de la sorte), mais ce n'est pas mon genre musical, je vous laisserai en juger par vous-même car moi je découvre ces noms.

Ivre et sous Absolut, il drift sur Switch et se crash



Bon alors qu'est-ce qui cloche sur Switch?

Citons tout d'abord un léger problème d'optimisation sur cette version. Plus on avance dans les mondes, plus il y a du lag (en particulier dans les mondes 4 et 5 où il y a beaucoup de virages en épingles qui s'enchainent). Le jeu étant graphiquement pauvre, assez lent et tournant sur un Unity logiquement à l'aise sur Switch, je ne vois pas bien la raison de ces désagréments, mais ce petit problème n'est qu'une broutille face au véritable soucis de ce portage.

Aussi aberrant que cela puisse être pour un tel titre, nous n'avons aucun moyen d'utiliser une manette avec gâchettes analogiques sur la petite dernière de Nintendo. Déjà, les Switch Pro Controller et autres Joy-cons n'ont que des boutons en lieu et place des gâchettes, soit. Mais même avec une 8BitDo SN30Pro+ par exemple (compatible Switch et PC, entre autres) la console hybride ne gère pas l'analogique de ses gâchettes. Je ne m'étais jamais posé la question et il faut avouer que les jeux Nintendo n'en ont pas besoin dans leur écrasante majorité. Mais alors est-ce que cela viendrait du jeu à la base ? Pour en avoir le coeur net, j'ai lancé Absolute Drift sur PC (en version Zen Edition également) et là aucun problème de cet ordre, on peut ajuster son acceleration aussi finement que possible avec les pads à trigger analogique appairables sur Windows.

J'insiste sur ce point car tout le sel du jeu réside dans ces contrôles : amputer (par la force des choses) la version switch de ceux-ci, c'est casser complètement le gameplay. Sur Switch donc, pour pouvoir garder une vitesse à peu près constante et gérable pour les drifts (à vitesse maximale vous partirez systématiquement en tête à queue), il vous faudra accélérer/décélérer de manière frénétique, ce qui est tout sauf précis et aux antipodes du confort de jeu vu la technicité demandée. Alors oui, à force de s'entêter vous arriverez probablement à atteindre les divers objectifs, mais vous ne parviendrez probablement pas au niveau de score des meilleurs joueurs sur les autres plateformes.

Au final, le principe de jeu atypique et original reste accrocheur, on a réellement envie de s'améliorer et la persévérance est récompensée à chaque course/niveau. Tout est dans le doigté et le contrôle. Un bon petit jeu, qui vu de loin devrait avoir toute sa place sur Switch, mais avec les défaut de ce portage, je vous conseille de le faire... sur une autre plateforme.

PS: On me glisse dans l'oreillette que le jeu sera offert sur l'Epic Game Store le 18 février, quel merveilleux timing n'est-il pas?

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews