Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

Tony Hawk Project 8

Zaza le Nounours par Zaza le Nounours,  email  @ZazaLeNounours
 
Avec un poil de retard sur nos chers confrères, nous vous proposons la suite et fin de nos previews sur le catalogue Activision automne-hiver 2006 avec la présentation de Tony Hawk's Project 8.
Après s'être aventuré du côté de l'humour potache façon Jackass avec les volets Underground et American Wasteland, Neversoft semble vouloir revenir aux racines de la série avec ce huitième épisode intitulé Tony Hawk's Project 8, soi-disant plus orienté simulation. C'est du moins ce qu'affirme le développeur ; parce que concrètement, pour le peu qu'on en a vu, on a un peu du mal à retrouver le vrai feeling des THPS d'antan.

Le jeu est toujours doté d'un scénario, qui propose ici de se faire remarquer par Tony Hawk en personne, de passsage dans la ville fictive du jeu pour recruter les huit meilleurs skaters du coin. Bon ok, c'est juste un prétexte pour s'envoyer en l'air (au sens propre, hein) sur tout ce que vous pouvez trouver comme rampes, rails, half-pipes ou bowls. La progression se fait en free-roaming, soit une seule grande carte où l'on se balade librement, plutôt qu'en petits niveaux bien découpés. Les environnements aperçus vont de la petite zone résidentielle aux gros buildings (et surtout à leurs toits propices aux tricks en tous genres).

Les objectifs à accomplir sont restés bien mystérieux. Tout juste a-t-on pu découvrir un passage où le joueur doit se faire filmer pendant qu'il réalise des tricks. Le caméraman suit notre avatar sur sa propre planche, caméra au poing, et la vidéo apparait en temps réel via un système de Picture in Picture plutôt sympa : à vous de réaliser des figures de ouf-malade tout en vous arrangeant pour présenter votre bon profil à la caméra.

Du côté de la maniabilité, alors qu'on pouvait s'attendre à un gameplay légèrement revu, plus lent et plus posé, de la part d'un jeu censé être orienté "simu", on se retrouve toujours avec un personnage qui place des grinds de 300 mètres à toute allure, et qui s'envole de manière toujours aussi improbable à la moindre rampe.

Techniquement, alors qu'on nous annonçait également un jeu complètement nouveau, avec des moteurs graphiques et physiques flambants neufs, entièrement pensés pour les consoles next-gen, là encore on est restés sur notre faim. Vous vous rappelez du chouette trailer présenté durant l'E3, avec des animations de folie ultra-détaillées ? Bien, vous pouvez l'oublier alors : Tony Hawk's Project 8 n'a rien, mais alors rien du tout, d'une claque visuelle. On se retrouve devant un jeu aux environnements certes vastes mais tout de même bien vides et peu animés. Les textures sont bien un poil plus fines, quelques effets de lumières par-ci par-là tentent de justifier l'aspect next-gen du titre, mais non, vraiment, il n'y a pas de quoi se relever la nuit. Les animations ne semblent pas non plus avoir franchement progressé depuis les précédents volets. De nombreux bugs de collision étaient également présents, et le skater et sa planche se retrouvaient fréquemment incrustés dans les décors.

Ce Tony Hawk's Project 8, malgré les ambitions de renouveau des développeurs, ne nous a donc pas particulièrement emballés : le gameplay semble très classique (même si nous n'avons pratiquement rien vu des objectifs à accomplir, ce qui est quand même un peu le principal), et graphiquement, il n'y a pas non plus un fossé avec les précédents épisodes. Sûrement la faute au développement multi-plate-forme une fois de plus, le jeu étant également prévu sur consoles vieille-gen.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews