Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

[E3 2017] Premiers canons à l’ail dans Dragon Ball FighterZ

miniblob par miniblob,  email  @ptiblob
 
S'il y a un éditeur qui a du faire la gueule pendant cet E3, c'est bien Capcom. Les pauvres comptaient faire un minimum sensation avec le prochain Marvel vs Capcom, au point même de l'appuyer avec une petite campagne marketing dans les rues de L.A. Pas de bol, ils se sont faits voler la vedette par un autre jeu de baston en tag battle, le fameux Dragon Ball FighterZ.
En général, quand Bandaï Namco annonce une nouvelle adaptation d'animé, il n'y a que les fans de la licence en question pour s'enthousiasmer réellement. Ce n'est pas que les jeux en question soient dénués d'intérêt, mais juste qu'ils s'appuient avant tout sur leur fidélité au matériau d'origine pour s'attirer la sympathie du public. Il y avait bien des rumeurs qui circulaient autour d'un nouveau jeu DBZ, mais franchement il y en a eu déjà tellement d'une qualité parfois douteuse qu'on ne s'attendait pas à découvrir une merveille. Ça, bien entendu, c'était avant de voir les premières images de gameplay et d'apprendre que c'était Arc System Works qui était aux manettes du projet.

Ce développeur japonais est un grand spécialiste des jeux de baston, il nous comble depuis des années avec les Blazblue et les Guilty Gear : deux séries dont la dimension particulièrement technique des combats est contrebalancée par un aspect visuel soigné et par un rythme effréné qui les rendent affreusement sexy. Mais Arc Sys a aussi d'autres cordes à son arc, le studio n'en est pas à sa première adaptation, on lui doit par exemple le très sympathique Persona 4 Arena et une ribambelle de titres DBZ dont le dernier épisode 3DS en date, Extreme Butoden.



Il y a donc bien une certaine logique à les voir débarquer avec Dragon Ball FighterZ, d'autant plus que ce dernier profite du rendu 2.5D déjà à l’œuvre sur les derniers Guilty Gear pour s'approcher le plus possible de ce à quoi la série animée ressemble. Concrètement, ils utilisent l'Unreal Engine pour modéliser les combattants et une partie du décors en 3D, ce qui fait que même si le gros du combat se fait sur une perspective 2D classique, il est possible de modifier le point de vue sans transition lors d'attaques spéciales pour en souligner la puissance. Bref, c'est beau, ça pète dans tous les sens et on a vraiment l'impression de voir un épisode de la série.

Manette en main, il est difficile de se faire une idée du véritable potentiel du jeu sur de si courtes sessions. Les combos sortent très vite puisqu'il suffit de matraquer un bouton, les coups spéciaux ne sont jamais trop difficiles à réaliser, on peut se téléporter derrière son adversaire pour seulement une barre de super et en appuyant sur deux touches... En un mot l'ensemble des mécaniques pourraient se résumer à deux adjectifs : fun et accessible. Tag battle oblige, on peut switcher entre trois combattants ou les appeler en renfort juste le temps de coller une petite mandale et de repartir, on ne vous cache pas que c'est alors parfois un peu le bordel à l'écran.



C'est peut-être d'ailleurs la première petite réserve que l'on pourrait adresser au jeu : enchaîner les effets visuels dans tous les sens donne quelque chose de très impressionnant mais pas forcément de très lisible, à voir si avec l'habitude il sera possible ou non de construire de vraies stratégies. L'autre grande question est traditionnelle avec ce genre de jeux : qu'en est-il de la taille du roster ? Pour la démo, il fallait se contenter de six personnages issus de l'ensemble de Dragon Ball Z (Goku, Gohan, Vegeta, Freezer, Cell et Boo) et les présentateurs précisaient bien qu'au final chaque combattant disposerait d'un style propre, ça ressemble très fort à un début de justification pour un casting rachitique... Dans tous les cas, même ne serait-ce qu'avec une quinzaine de personnages jouables, ce Dragon Ball FighterZ s'annonce d'ores et déjà comme l'adaptation de DBZ la plus attirante de ces dernières années.

Dragon Ball FighterZ a déjà fait l'unanimité sur son aspect graphique, il lui reste maintenant à convaincre sur son contenu et son gameplay. Espérons qu'il le fasse à l'occasion de la bêta fermée qui se tiendra à la fin de l'été.
Rechercher sur Factornews