Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
PREVIEW

[E3 2017] Premières diapos pour PES 2018

Joule par Joule,  email  @j0ule  
 
La palme des plus chouettes goodies de cet E3 2017 allait haut la main à Konami pour Pro Evolution Soccer 2018. En effet, les journalistes venant assister à la présentation repartaient avec un belle boîte contenant une manette PS4 et un casque siglés aux couleurs du jeu. Le revers de la médaille, c’est qu’il a fallu se taper 20 minutes d’un Powerpoint soporifique…
Alors que je pensais jouer contre un dev ou un reponsable de Konami pour qu’il m’explique les subtilités de cette nouvelle version, je me suis retrouvé coincé dans une pièce sombre avec un gars beaucoup trop enthousiaste qui nous a passé des diapos. Et y’en avait un paquet : présence de Maradona et d’Usain Bolt (!), nouveaux modes de jeux, nouveau moteur de rendu, nouvelle physique, meilleur network, intégration e-sport, etc. Je vous détaillerais bien le tout si je ne m’étais pas endormi, le jetlag surpassant ma conscience professionnelle de journaliste amateur.
 
Une fois ce calvaire achevé, j’ai enfin pu faire quelques parties contre d’autres personnes présentes, pour un résultat laborieux d’une victoire écrasante 1-0 et de deux roustes, dont je tairai les scores par pêché de dignité. En revanche, le jeu m’a plutôt convaincu lors de cet essai, beaucoup plus que son concurrent direct en tout cas. Les actions sont fluidifiées, le comportement des personnages, la protection du ballon, la pression des défenseurs : tout y est plus simple et plus réaliste.
 
La modélisation et les animations des joueurs et équipes sous contrats priviligiés sont très réussies. On ne sait pas grand chose pour le moment sur le reste des équipes des grands championnats, ni sur les championnats mineurs. Konami promet des nouveautés, mais doit encore combler un énorme retard sur son adversaire de ce côté là.
A mon humble niveau de joueur occasionnel de jeu de foot, le cru 2018 de PES nous apparaît plus convaincant que celui de FIFA. Reste que d’ici septembre, un retournement de situation est tout à fait possible. Ca reste du foot, après tout.
Rechercher sur Factornews