Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
PREVIEW

[E3 2016] Premiers combats dans Space Hulk Deathwing

Joule par Joule,  email  @j0ule  
Développeur / Editeur : Focus Streum On Studio
Point final de notre session chez Focus, on a pu apercevoir la toute dernière build de Space hulk Deathwing, le prochain FPS des parisiens campagnards de Streum On Studio. On vous dit tout de suite que le sound design auquel notre __MaX__ national de Factor participe est excellent pour se plonger dans le vif du sujet.
Il faut avouer que de prime abord, on a été un peu déçu de ne pas pouvoir jouer directement au jeu qui semble désormais bien avancé. On a eu un aperçu du quatrième des neuf chapitres qui découpent la campagne, que l'on peut arpenter en solo ou en coopération jusqu'à quatre joueurs. On peut choisir entre cinq archétypes de personnages afin de créer une équipe complémentaire, mais il est tout à fait possible de tous prendre le même personnage, avec les risques que cela induit.

Chaque mission se déroule dans un vaisseau spécifique à l'architecture torturée voire labyrinthique. La carte tactique grand écran et la minimap affichée ingame permettent toutefois de bien se repérer, et de faire monter la tension d'un cran lorsqu'elles se remplissent de points rouges représentant les ennemis. Ceux-ci sont présents, particulièrement vicieux et en nombre : il serait impossible de tous les buter dans un niveau. On a du coup la possibilité de sceller des portes afin de condamner des pans entiers d'une map pour pouvoir respirer quelque peu. On pourra également hacker des parties du vaisseau pour restaurer ses défenses et ainsi s'en faire de puissantes alliées.

L'ambiance si unique des Warhammers est parfaitement retranscrite, que ce soit dans l'esthétique des niveaux, l'éclairage anxiogène à la lampe torche et la fidélité des personnages. On pourrait avoir peur que notre personnage, bien au chaud dans son énorme armure de Space Marines, soit lourdaud, mais la nervosité des affrontements nous a plutôt rassuré. D'ailleurs, l'armure est certes efficace, mais si vous prenez trop de dommages sur une localisation précise, elle peut vite devenir un calvaire. Une jambe endommagée vous handicapera dans vos déplacements, et un bras bien entamé ne pourra plus être aussi efficace, vous empêchant par exemple de lancer des sorts.

A chaque fin de mission, on gagne des XP qu'il est possible de dépenser pour améliorer ses specs et ses pouvoirs. Ca ne sera pas du luxe, vu la difficulté annoncée du jeu qui se veut sans concession.
Space Hulk Deathwing semble avoir pris les qualités de son prédécesseur E.Y.E. Divine Cybermancy en laissant de côté ses défauts brouillons et en y adossant une licence très populaire. Ça sent bon.

SCREENSHOTS