Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
 
PREVIEW

Dyson Sphere Program

Laurent par Laurent,  email
Développeur / Editeur : Youthcat Studio Gamera Game
Aujourd'hui, on va parler d'exploitation. Non non, rassurez vous, il ne sera pas question du crush de Cyberpunk 2077 dans cette preview, ni même de système Linux ou Windows, mais plutôt de minage, de fabrication et de transport. On va parler de Dyson Sphere Program.
Mais c'est quoi Dyson Sphere Program ? DSP a été développé par 5 développeurs chinois rassemblés sous le label YouthCat (qui n'avait produit qu'un casse-briques original jusque là), il a été kickstarté avec succès il y a deux mois et propose un jeu de gestion de ressources à un niveau rarement vu.
Imaginez en effet un croisement de Factorio pour les mécaniques et de Satisfactory pour le moteur 3D et la verticalité, puis montez l'échelle de 2 crans, en passant de la planète au système solaire puis au cluster de systèmes et vous aurez une petite idée de DSP.

Rise and shine, Mr Dyson Freeman

Dans DSP, l'humanité veut se réfugier dans les univers virtuels, mais pour alimenter le super-ordinateur qui va gérer tous les cerveaux connectés, il faut de l'énergie et c'est là où vous, Nono Icarus le petit robot, intervenez.
Envoyé au fin fond de l'univers, vous déboulez dans un petit système stellaire composé d'une planète de type terrrestre, d'une géante gazeuse, d'une planète volcanique et d'une planète morte et à vous de faire avec pour fabriquer le plus grand capteur solaire de l'univers : la Sphère de Dyson.
Sphère qui, comme vous le savez sûrement, est conçue pour englober le soleil et capter à la source toute son énergie, seule solution fournissant assez de courant au super-ordinateur resté sur Terre pour vous lobotomiser. Cependant, d'ici là, il va y avoir du taf.

Un premier pas vers l'exploitation du soleil : des voiles solaires en orbite

Des première collectes de ressources à la main, aux machines automatisées pour transformer les ressources, jusqu'aux chaines de production interconnectées qui produiront les composants finaux de la sphère, il va se passer un bout de temps. Personnellement j'en suis à 45h et je vais peut-être bientôt pouvoir commencer la sphère... si j'ai assez de courant, si je ne tombe pas à cours de ressources, si mes vaisseaux spatiaux restent alimentés en générateur de saut spatial, et si ma science dépasse le rythme de 3 unités par minute quand il m'en faut encore 10000 pour débloquer les derniers paliers.

DSP n'a vraiment rien à envier à ses ainés, au contraire, il arrive à innover par rapport à ceux-ci. Les convoyeurs peuvent être placés comme vous le voulez et, si vous aimez les spaghettis, peuvent se chevaucher sur 24 (!!!) niveaux différents. Les bâtiments de stockage et de science peuvent s'empiler pour démultiplier leurs capacités sans occuper plus de place au sol. Les énergies exploitables sont nombreuses et permettent de monter en puissance (c'est le cas de le dire) au fil de leur déblocage. On peut même filtrer les ressources qui passent par chacun des petits convoyeurs aériens dès le début sans nécessiter aucune amélioration, ou gérer les priorités entre les différents convoyeurs reliés aux répartiteurs (splitters)... que du bonheur.

Comment sphere plaisir

Et par dessus tout ça, on a la dimension interplanétaire et intergalatique. Si un convoyeur peut parfaitement faire le tour de la planète pour aller chercher une ressource, des tours d'envol pourront ensuite faire transiter vos ressources d'un côté à l'autre de la planète moyennant de l'énergie pour recharger les navettes. Et si après un saut spatial hasardeux à 6 années lumières vous trouvez une ressource rare sur une planète d'un des 64 systèmes stellaires de votre cluster, pas de soucis : montez un système énergétique adapté à la planète, installez un astroport, et à vous les vaisseaux de transport de ressources à travers toute la galaxie...

Filtrage à foison et favoris personnalisables

Franchement, j'évite de vous spoiler mais le jeu est définitivement conçu à grande échelle, avec notamment des statistiques filtrables par planète et par système, que ce soit en ressources ou en énergie consommée, et le jeu vous réserve encore bien des surprises que je vous laisse découvrir.

Au fait, je ne vous ai pas dit mais malgré son statut d'early access, tout ça est déjà dans le jeu qui peut d'ores et déjà être joué dans son intégralité et avec une stabilité surprenante. De mon côté, je cherche encore un bug après 45h de jeu. Il tourne très bien malgré les 12000 ressources convoyées et traitées simultanément sur mon écran et les devs produisent des mini mises à jours tous les 2-3 jours pour peaufiner ici ou là. Pour chipoter, je vais quand même mentionner les petits soucis dûs à la grille non uniforme qui sert de base au placement des unités et qui fait qu'on se retrouve parfois (souvent) avec des machines trop proches ou trop loin d'un convoyeur pour y placer un convoyeur aérien de liaison, mais les machines étant largement pourvues de slots d'entrée/sortie, on trouvera toujours une parade.
Franchement, si vous aimez Factorio et Satisfactory, DSP c'est de l'or en barre. Joli, profond, bien fichu, novateur, vous faisant visiter l'espace comme rarement vous l'avez fait, il vous fera travailler vos méninges en les poussant toujours un peu plus loin pour trouver de nouvelles ressources rares et développer de nouvelles méthodes de production. Sans vouloir trop m'avancer, je ne serais pas surpris qu'il devienne une nouvelle référence du genre.

SCREENSHOTS

Rechercher sur Factornews