Connexion
Pour récupérer votre compte, veuillez saisir votre adresse email. Vous allez recevoir un email contenant une adresse pour récupérer votre compte.
Inscription
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation du site et de nous vendre votre âme pour un euro symbolique. Amusez vous, mais pliez vous à la charte.
 
ARTICLE

Le Guide Factor Apple Arcade, partie 7

Ricardo par Ricardo,  email  @Ricardo13Gaming
 
Alors cette semaine on va faire un focus sur 4 jeux d'éditeurs majeurs du JV. On commence par un JRPG par le maître du genre (Square Enix), ensuite un nouveau Mario Kart-like avec Sonic en tête d'affiche (Sega), un Pac-Man multijoueur (Namco-Bandai) et on finit avec un runner/plate-formes campé par l’illustre Rayman (Ubisoft). Un nouveau jeu ajouté sur Apple Arcade cette semaine, on en est donc à 103 jeux sur Mac et iOS.

Various Daylife

Qu’est-ce que c’est ?

Un jeu de simulation de vie / JRPG automatisé.
C’est développé par Square Enix, et plus précisément par l'équipe derrière Bravely Default et Octopath Traveler.
Exclu Apple Arcade.

On y joue comment ?

Les contrôles sont pensés pour le tactile ; l'appairage d'une manette est possible sur iOS mais elle n'est que partiellement intégrée (pas de retour visuel et certaines actions impossibles). Orientation portrait sur iOS, paysage sur Mac. Si le choix vous est permis, préférez l’iPhone.
(Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et macOS Catalina, avec et sans pad Xbox One et Dualshock 4)

Et ça donne quoi ?

C’est bof.

Grosse déception pour moi avec ce titre. Square Enix à la manœuvre, en plus avec l'équipe derrière Octopath Traveler, j'avais placé trop d'espoirs en ce Various Daylife. Et ça sent le sapin dès le départ de "l'aventure" sur iOS avec un écran en mode portrait imposé, et séparé en deux façon Nintendo DS (sauf que là on n'a qu'un seul écran...). C'est très perturbant et c'est de l'espace d'affichage gâché. Ensuite on se frotte à un système de déplacement inédit en... 1D (vous ne pouvez aller qu'à droite ou à gauche) ! Puis viennent les premiers combats au tour par tour avec un système baptisé "3C" pour Changement (d'état de l'ennemi), Combo et Chance. Ainsi vous devez faire changer d'état les monstres adverses, si vous le faites plusieurs fois, vous gagnez des combos qui peuvent augmenter les dégâts de votre coup Chance. C'est prometteur sur le papier mais, dans les deux premières heures de jeu en tout cas, c'est très rébarbatif.
 
De manière générale, presque toutes vos actions sont automatisées à l'extrême, comme par exemple les quêtes de job ou vous lancez la quête en cliquant sur le bouton, voyez partir puis revenir votre avatar, et voilà quête terminée... Ou bien les expéditions où vos personnages se déplacent tout seuls (encore en 1D), et on attend donc qu'un combat se lance... Du coup on passe beaucoup plus de temps à lire des dialogues pas très passionnants plutôt qu'à exécuter une quelconque action de gameplay. Après avoir terminé le tutoriel on caresse l'espoir de voir venir des bouleversements intéressants (et on y croit quelques dizaines de minutes) puis on en revient à faire des jobs pour améliorer ses stats, inviter au resto ses coéquipiers et faire des combats inintéressants. En résumé : pas très passionnant.
 

Sonic Racing

Qu’est-ce que c’est ?

C’est un jeu de course / Mario Kart-Like.
C’est développé par Sega (Studio HARDlight). Pour rappel HARDlight est un studio européen de Sega connu pour avoir développé quelques jeux mobiles Sonic.
Deuxième exclu Apple Arcade de Sega.

On y joue comment ?

Tactile ou pad lui conviennent, préférez néanmoins la manette si possible. Pas de gyroscope. Vous pouvez choisir l'orientation paysage ou portrait dans les réglages, tout appareil lui conviendra. 
(Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et macOS Catalina, avec et sans pad Xbox One et Dualshock 4)

Et ça donne quoi ?

C’est pas mal.

Tiens, un nouveau Sonic Racing, vous savez la série de chez Sega, pâle copie de Mario Kart ? Bah ils remettent ça, mais cette fois-ci la clique du hérisson entre en piste seule, sans les autres IP de Sega.
Pour pouvoir être un peu crédible, j'ai dû me mettre aussi à Mario Kart Tour, qui m'effrayait, moi grand adorateur de MK8D. J'avais raison d'avoir peur... mais c'est un autre débat. Ici on va parler de ce Sonic Racing, mais je me sens obligé de les comparer tant leur proposition est similaire.

On a deux jeux de Kart, dans lesquels les véhicules avancent seuls, sur des circuits sans possibilité de faire de sorties de piste (murs invisibles) ni de freiner. C'est donc avec un gameplay ultra simplifié qu'on aborde les courses, où l'on ne pourra se démarquer que par les trajectoires et les dérapages. Les 2 titres sont très bien réalisés, c'est très propre et coloré. Côté contenu, difficile à dire pour moi étant donné que ce n'est qu'un avis de démarrage des jeux (quelques heures chacun) mais il semblerait que Mario Kart soit plus riche de ce côté là. 

Parlons donc des différences :
 
Sonic Racing :
  • De très nombreux réglages possibles pour les contrôles. Pad pris en compte et évidemment plus précis pour tenter d'être bien placé.
  • Mode portrait ou paysage au choix dans les réglages, toute l'interface s'adapte alors à cette orientation, un très bon point, assez rare pour être souligné.
  • Bonne sensation de vitesse dès le début du jeu, et plutôt fun à jouer.
 
Mario Kart Tour :
  • Très peu d'option de réglage, mais prise en compte du gyroscope (même s'il ne sert à rien car on ne peut pas régler la sensibilité). Pas de prise en compte des manettes. Au final les contrôles sont mauvais, je n'ai pas trouvé de bon setting, un comble pour un MK.
  • Mode portrait uniquement.
  • Même en 150cc les karts se trainent ... c'est désespérant.

Petit bilan donc : MKT est fait pour le mobile seulement, SR est bien plus polyvalent et fun à jouer, mais moins riche en contenu (sans qu'il soit ridicule pour autant).

Ainsi, je ne pourrais que vous conseiller le jeu de Sega, inclus dans Apple Arcade pour 5€/mois, plutôt qu'un MKT (possédant déjà des micro-transactions dans tous les sens), vraiment complet qu'une fois vous être abonné au "Pass Or" pour 5€50/mois... sans accès aux 100 autres jeux du service d'Apple.

Pac-Man Party Royale

Qu’est-ce que c’est ?

C’est un Battle Royale de ce bon vieux Pac-Man.
C’est évidemment développé par Bandai Namco, en partenariat avec les Français de Pastagames.
Exclu Apple Arcade.

On y joue comment ?

Tactile ou manette, les 2 feront parfaitement l'affaire. Orientation paysage imposée. Pas de device à préférer, tout lui convient.
(Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et macOS Catalina, avec et sans pad Xbox One et Dualshock 4)

Et ça donne quoi ?

C’est pas mal pour le moment mais ça pourrait être génial.
Nouveau jeu à surfer sur la vague des BR, la boule jaune tente de faire un revival à la Tetris 99
Un Pac-Man multi-joueur donc, ce n'est pas courant (c'est en fait une suite de Pac-Man Battle Royale qui n'était disponible qu'en borne d'arcade), et ça ressemble plus à un Bomberman qu'à la mascotte de Namco, ce qui n'est pas un problème, bien au contraire. Dans les faits vous êtes 4 joueurs ayant chacun son compte Apple (donc pas de multi sur un seul appareil, aïe !), vous devez d'ailleurs remplir les places vacantes avec des bots pour pouvoir lancer une partie. Pas de recherche de joueur possible non plus, il faut connaître vos adversaires car vous devez partager le même code de lobby (!). Un seul réglage est proposé : le nombre de rounds nécessaires pour gagner la partie. C'est très léger tout ça.
 
En jeu vous devez donc rester le dernier en vie, en ayant esquivé les fantômes et vos adversaires ayant mangé la boule colorée, mais aussi en ne se faisant pas toucher par le "256-glitch" qui n'est autre que le bord de la map qui se rétrécit comme tout BR qui se respecte un minimum. Si vous perdez la vie, vous contrôlerez alors un fantôme supplémentaire afin d'embêter vos camarades restants sur le plateau, et si vous arrivez à en gober un, vous revenez dans la partie en Pac-Man. Quand le glitch est lancé (au bout de 45 secondes, c'est court) les fantômes disparaissent, alors ne perdez pas de temps ! Les gommes à avaler sont bien évidemment là, et plus vous en mangez, plus vos déplacements seront rapides.

Ce gameplay, simple mais efficace, est très prenant. Mais quelle erreur de ne pas avoir un mode multi local et/ou une recherche d'adversaire en ligne ! Peut-être dans une future mise à jour ? En tout cas le virage BR est bien négocié par Namco, mais le jeu a dû sortir un peu trop vite pour proposer tous les contenus et modes nécessaire à en faire un grand titre. J'espère vraiment qu'il va évoluer rapidement, j'y reviendrai alors avec grand plaisir.

Rayman Mini

Qu’est-ce que c’est ?

C’est un runner.
C’est évidemment développé par Ubisoft, mais ils ont été "épaulés" par Pastagames (encore eux).
Exclu Apple Arcade.

On y joue comment ?

Pensé pour le tactile, vous pouvez très bien utiliser un pad pour gagner en précision, mais vous serez tenté d'utiliser le stick pour diriger Rayman et frustré de vous rappeler que le gameplay ne le permet pas. Préférez les grands écrans pour profiter au mieux des graphismes. Orientation paysage imposée.
(Lancé sur iPhone XS, iPad Pro 11", et macOS Catalina, avec et sans pad Xbox One et Dualshock 4)

Et ça donne quoi ?

C’est pas mal du tout.
 
On finit ce petit focus gros éditeurs avec Rayman, dans sa version Runner, quatrième épisode (après Rayman Run, Fiesta Run et Adventures) sous cette forme qui lui va à merveille. Vous dirigez donc Rayman (mais aussi Barbara, Globox et apparement plus tard Murphy) en quête de Lums comme à son habitude. Niveau réalisation on est en terrain connu avec des bruitages, musiques et graphismes identiques à Rayman Origins/Legends, donc magnifiques. Niveau gameplay, c'est un runner, Rayman court sans cesse, mais peut faire machine arrière en le faisant rebondir sur un mur. Un clic sur la partie gauche de l'écran le fait sauter, il plane si vous restez appuyé, et donne des coups si vous cliquez sur la partie droite. C'est simple, nerveux, parfait pour un mobile. 

Le jeu nous rappelle que cette série sur mobile en fait, avec Super Mario Run, la meilleure expérience du genre, mais nous rappelle aussi comme ce Mini est très (trop) proche de ces prédécesseurs, à priori sans aucune grosse nouveauté. Ayant les 3 jeux précédents, je suis content de pouvoir continuer avec de nouveaux niveaux, mais pas overhypé non plus car trop semblable. Il n'en reste pas moins que Rayman Mini est un très bon titre, assurément à faire pour les abonnés d’Apple Arcade.
On se retrouve la semaine prochaine pour la partie 8 du guide Factor Apple Arcade !
Rechercher sur Factornews